En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Angela Merkel

Suivre le flux rss
Flux RSS
Angela Merkel interrogée par la chaîne ARD, 7/6/12

Angela Merkel interrogée par la chaîne ARD, 7/6/12 / Crédits : TF1/LCI

Biographie de Angela Merkel

Né(e) le : 17/07/1954 - Hambourg, AllemagneFemme politique allemande, Chancelière, physicienne

Première femme à accéder à la chancellerie allemande, Angela Merkel dirige le pays depuis 2005. Partisante de la rigueur pour sortir de la crise, elle a imposé sa vision à ses partenaires européens. En septembre 2013, elle a remporté les législatives pour la 3e fois.

Née le 17 juillet 1954 à Hambourg, Angela Merkel est la fille d'un pasteur protestant. Physicienne de profession, elle devient députée de la Volkskammer (parlement de la RDA) en 1989. L'année suivante, elle adhère à la CDU (l'Union chrétienne-démocrate) et entre en 1991 au gouvernement d'Helmut Kohl, en tant que ministre des Femmes et de la Jeunesse. Elle récupère le ministère de l'Environnement, de la protection de la nature et de la sécurité des réacteurs en 1994.
 
En 1999, le scandale des caisses noires éclate au sein de la CDU. Kohl est décrédibilisé. Angela Merkel s'en écarte, et décide désormais de mener sa carrière seule. Devenue présidente de la CDU en 2000, elle est chargée de redonner un nouvel élan au parti. En 2005, après des résultats mitigés et d'âpres négociations entre la CDU et le SPD (le parti de Gerhard Schröder), un gouvernement de grande coalition est formé, et Merkel est élue à sa tête.

Rigueur à tout prix

Première femme à accéder à la chancellerie allemande, Angela Merkel ne tarde pas à faire ses preuves. Son programme de gouvernement est organisé autour des mots d'ordre "assainir, réformer et investir". Il a également pour objectif de réintégrer les seuils exigés par le Pacte de stabilité et de relancer la croissance et l'emploi. En 2009, malgré la crise économique qui touche l'Europe, elle est réelue largement, et peut même gouverner sans le SPD.

Pendant les quatre ans qui suivent, elle continue à imposer la rigueur à l'Allemagne afin d'assainir les finances. Et cela marche : le chômage baisse, la croissance repart (malgré beaucoup de bas salaires et d'emplois précaires) et le pays s'impose plus que jamais comme la première puissance économique de l'Union européenne -même si Angela Merkel irrite beaucoup par son intransigeance.

Un triomphe, mais une coalition

Au point qu'Angela Merkel exige que ses partenaires, notamment la Grèce puis l'Italie, en grande difficulté économique, mènent également une politique d'austérité, malgré ses conséquences sociales parfois désastreuses. L'arrivée de François Hollande, partisan de la relance, à la tête de la France l'oblige à mettre (un peu) d'eau dans son vin à partir de mi-2012.

Cela ne l'empêche pas cependant de rester très populaire en Allemagne, où elle remporte triomphalement les législatives du 22 septembre 2013. Mais le mauvais score du parti libéral FDP, son allié, éjecté du Parlement, l'oblige à former à une coalition avec le SPD. Comme en 2005.

Plus d'actualités de Angela Merkel

Nous suivre :
La Paris Games Week sur MYTF1News : par ici le programme !

La Paris Games Week sur MYTF1News : par ici le programme !

logAudience