En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Jacques Chirac

Suivre le flux rss
Flux RSS
Jacques Chirac, janvier 2011.

Jacques Chirac, janvier 2011. / Crédits : Abacapress.com

Ancien président de la République

PORTRAIT - Jacques Chirac, président de la République entre 1995 et 2007, a été l'un des grands fauves de la vie politique française pendant près de quarante ans.

Jacques Chirac  a été président de la République française de 1995 à 2007, au terme d'une quarantaine d'années d'une vie publique riche. Cet animal politique maintes fois décrié s'est forgé un destin hors norme, parvenant durant sa carrière à préserver un important capital de sympathie.

Après son départ de l'Elysée, Jacques Chirac est même devenu de loin la personnalité politique préférée des Français. Son renvoi, fin 2009, devant un tribunal dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, une première pour un ancien président de la République, n'a pas entamé sa popularité. Tout comme quand il a été reconnu coupable le 15 décembre 2011, à l'âge de 79 ans, de détournements de fonds publics et abus de confiance, et condamné à deux ans de prison avec sursis.


Gaulliste pragmatique


Ce gaulliste pragmatique remporte sa première élection en 1965, comme conseiller municipal de Sainte-Féréole, en Corrèze, département de vieille tradition radicale dont il fait un fief et qu'il représentera à l'Assemblée nationale de 1967 à 1995. Il devient ensuite ministre sans interruption de 1967 à 1974, deux fois chef du gouvernement -sous Valéry Giscard d'Estaing de 1974 à 1976, sous François Mitterrand de 1986 à 1988-, trois fois maire de Paris de 1977 à 1995.

Grace à son bastion parisien, il se lance deux fois, sans succès, à la conquête de l'Elysée, en 1981 et 1988. Il remporte ensuite les élections de 1995 et 2002 en déjouant tous les pronostics. Mais n'enregistre pas que des succès à l'Elysée. Après une dissolution malencontreuse de l'Assemblée nationale en 1997, il est contraint de cohabiter cinq ans avec Lionel Jospin. Et il subit un échec majeur après la victoire du non au référendum européen en 2005. 
 
Amoureux de l'Asie et défenseur des "peuples oubliés"
 
Ces nombreux combats lui ont valu la réputation d'un "tueur". Il a aussi été comparé à un "caméléon" en raison de sa faculté à changer avec les modes : travailliste dans les années 1970, il se fait le chantre du libéralisme à la Ronald Reagan dix ans plus tard, avant de dénoncer la "fracture sociale" en 1995. Jacques Chirac a aussi incarné l'opposition à la guerre en Irak et l'homme de la reprise des essais nucléaires s'est mué en défenseur d'une planète en danger. Après sa retraite, il a ainsi lancé sa Fondation en faveur du développement durable et du dialogue des cultures.

 
Ses nombreux biographes s'accordent à reconnaître que Jacques Chirac est bien plus complexe que l'image qu'il a longtemps donnée : un bon vivant au parler cru, amateur de bière et de tête de veau, "caressant le cul des vaches" dans les salons agricoles. Car cet homme au visage hâlé, élancé, est aussi un amoureux de l'Asie, passionné de sumo, grand défenseur des "peuples oubliés", artisan du dialogue des cultures.

Sa haute silhouette s'est cependant récemment voûtée et sa démarche s'est faite beaucoup plus hésitante, faisant naître les rumeurs de maladie d'Alzheimer.  

Plus d'actualités de Jacques Chirac

Nous suivre :

Wimbledon : tenues féminines, Nike a vu trop court

logAudience