En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Jean-Francois Copé

Suivre le flux rss
Flux RSS
Jean-François Copé UMP

Jean-François Copé/Image d'archives / Crédits : ABACA

Biographie de Jean-François Copé

Né(e) le : 05/05/1964 - Boulogne-Billancourt - Hauts-de-SeineHomme politique

Secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé est devenu une figure clef de la majorité. Retour sur le parcours d'un ambitieux.

Depuis l'âge de 10 ans, Jean-François Copé a une certitude : "il sera président de la République". Un rêve de petit garçon qui le poursuit, reconnaît-il, et qu'il n'hésite pas à afficher même si cela en agace plus d'un. Au lycée Victor Duruy, à Sciences-po, et même le jour de son mariage  où il annonce aux invités : "vous avez de la chance, vous êtes au mariage d'un futur président de la République !"

Cet ambitieux assumé a déjà pas mal ferraillé et s'est tracé un destin. Il est devenu l'une des figures clef de la majorité. Ses relations avec Nicolas Sarkozy sont complexes, ambigües : alternance de brouilles, réconciliations, humiliations. Le président s'en méfie, c'est un rival, ils ont beaucoup de points communs.

Investi secrétaire général de l'UMP depuis novembre 2010, ce poste il l'a obtenu à l'arraché, détrônant son rival Xavier Bertrand. Il a suivi les conseils que Sarkozy alors maire de Neuilly lui a donné lors de leur première rencontre en 1990 : " en politique, on, ne te donnera jamais rien ! Il ne faut pas demander, il faut prendre !". Précepte qu'il a appliqué chaque fois que c'était nécessaire. Autre similitude avec l'ancien maire de Neuilly, Jean-Francois Copé a su constituer ces dernières années des réseaux dans les milieux patronaux, syndicaux ou médiatiques qui lui seront utiles pour l'avenir.

Un parcours de bon élève 

Né à Boulogne- Billancourt le 5 mai 1964, une enfance bourgeoise, un père médecin gastro-entérologue, Roland Copé, juif d'origine roumaine, sa mère, Monique Ghanassia est elle, juive d'Algérie. La seconde guerre mondiale, l'exode, la fuite du grand-père médecin et de sa famille, recueillis par des fermiers dans la Creuse, la résistance, ont construit le socle intime de JFC.

L'ambiance familiale est un peu artiste. Son père adore le théâtre, fréquente des comédiens et des metteurs en scène et s'est mis à faire l'acteur dès la retraite venue. Jean-François Copé apprend le piano à l'âge de 8 ans. Il n'hésite pas aujourd'hui, dès que l'occasion se présente, de jouer en public, du jazz ou de la bossa-nova dans sa ville de Meaux, par exemple.

Sciences-Po, puis l'ENA dont il sort 35e sur 140. Il adhère ensuite au RPR, parcours logique de celui qui comme le raconte la légende familiale, affichait à l'âge de 9 ans la photo de Georges Pompidou au-dessus de son lit.
 

L'entrée en  politique sous Chirac

En 1995, il reste fidèle jusqu'au bout à Jacques Chirac, un homme à qui il doit sa formation politique. Jean-François Copé revendique ainsi le terme de "bébé Chirac". Dans la foulée de la présidentielle, ce suppléant de Guy Drut, devient député RPR de Seine-et-Marne, est nommé ministre de la jeunesse et des sports dans le gouvernement d'Alain Juppé, mais est fauché en 1997 par la dissolution. Il est élu maire de Meaux de 1995 à 2002 et depuis 2005. Il a occupé plusieurs fonctions ministérielles dont celle de porte-parole du gouvernement de Raffarin puis de Villepin, sera ensuite ministre délégué à l'Intérieur, puis au Budget. Un joli parcours gouvernemental, mais sans jamais occuper de portefeuille régalien.

Sérieux, lisse, droit dans son ambition, on lui reproche son style techno, sa volonté de tout régenter, son arrogance. En 2007, Nicolas Sarkozy méfiant, le vire du gouvernement, espère le neutraliser en le nommant à la tête du groupe UMP de l'Assemblée nationale.  JFC le vit comme "une épreuve "qu'il  transformera  en machine de guerre. Chantre autoproclamé de " l'hyper-Parlement", il impose sa    "coproduction législative", créant un véritable rapport de force avec l'exécutif.  Il devient le chef incontesté des députés UMP, relais entre les parlementaires et l'exécutif, incontournable pour faire voter les textes.  

"Les quatre mousquetaires"

L'ancien " bébé Chirac" va affirmer son image, dévoiler ses visées élyséennes pour 2017. Il lance son club politique, Génération France, un "think-tank " qui revendique 3500 adhérents et mobilise une centaine de parlementaires, qui lui permettent d'élargir son influence. Par ailleurs, il peut s'appuyer sur l'amitié de trois hommes avec qui il forme "les quatre mousquetaires" : Francois Baroin, Bruno Le Maire et Christian Jacob. Ce quator de chiraquiens déjeune ensemble tous les mois et constitue la force de frappe de Jean-Francois Copé pour l'avenir même s'ils ont chacun une ambition propre.

Devenu incontournable, Jean-François Copé a été enfin investi par Sarkozy pour diriger l'UMP. Le 19 novembre 2012, à l'issue d'une bataille acharnée avec François Fillon, Jean-François Copé est élu à la présidence de l'UMP. 

Plus d'actualités de Jean-François Copé

Nous suivre :
Chine : un automobiliste sauvé des eaux par un tractopelle

Chine : un automobiliste sauvé des eaux par un tractopelle

logAudience