En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Jérôme Cahuzac

Suivre le flux rss
Flux RSS
Jérôme Cahuzac

Jérôme Cahuzac / Crédits : AFP

Biographie de Jérôme Cahuzac

Né(e) le : 19/06/1952 - Talence (Gironde)Homme politique français

L'ancien médecin, député dans le Lot-et-Garonne et président de la Commission des finances à l'Assemblée, a été ministre délégué en charge du Budget dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avant d'être acculé à la démission en 2013 pour une histoire de compte bancaire à l'étranger non déclaré.

Jérôme Cahuzac fut un temps chirurgien plastique, spécialisé dans le cuir chevelu et l'implantation capillaire. C'est d'ailleurs sur des questions de santé qu'il trace d'abord son chemin quand il décide de basculer dans la vie politique. Le médecin passe en effet par le cabinet de Claude Evin, à la santé, de 1988 à 1991. En 1995, il épaule Lionel Jospin, à l'assaut de l'Elysée, sur des sujets de santé publique. En 1997, il est élu député dans le Lot-et-Garonne et devient maire de Villeneuve-sur-Lot en 2001.

A la tribune de l'hémicycle, il est considéré comme un orateur brillant, qui s'exprime sans jamais utiliser de notes lors d'interventions minutées émaillées de formules incisives. Peu à peu l'homme se taille une réputation sur les questions budgétaires et fiscales. Avant de rejoindre le gouvernement de Jean-Marc Ayrault en tant que ministre délégué en charge du Budget en 2012, Jérôme Cahuzac se fait remarquer comme président de la Commission des finances à l'Assemblée nationale. Au cours de la campagne présidentielle de François Hollande, il est naturellement en charge des questions budgétaires et fiscales. Il est connu pour son franc-parler. Et ne tait pas son envie d'accéder au Budget.

L'ascension de l'un des ministres les plus importants du gouvernement Ayrault est pourtant stoppée net à la fin de l'hiver 2013. Accusé par Mediapart d'avoir détenu un compte bancaire en Suisse, le ministre, bien qu'il démente alors ces affirmations, est contraint de démissionner le 19 mars après l'ouverture d'une information judiciaire notamment pour "blanchiment".

Le site d'investigation a dégaîné le 4 décembre avec une enquête sur un compte "non déclaré" à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève, clôturé en 2010 et dont les avoirs ont été déplacés à Singapour. "Ca me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques", dit un homme présenté comme le ministre à un interlocuteur non identifié sur l'enregistrement diffusé par Mediapart. L'enquête de police démontrera que l'enregistrement n'a "subi aucune altération ou modification" et que Jérôme Cahuzac était probablement un des interlocuteurs.

Le 2 avril, coup de théâtre : Jérôme Cahuzac avoue aux juges en charge de l'enquête avoir détenu un compte bancaire à l'étranger. Il est mis en examen pour "blanchiment de fraude fiscale". L'Elysée, Matignon et la majorité se désolidarisent tandis que l'opposition tente d'atteindre François Hollande et son Premier ministre, à travers ce qui restera l'affaire Cahuzac.

A lire aussi : 4 mois de mensonges

A lire aussi : Comprendre l'Affaire Cahuzac

Plus d'actualités de Jérôme Cahuzac

Nous suivre :
Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

logAudience