En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Jérôme Kerviel

Suivre le flux rss
Flux RSS
Jérôme Kerviel en juin 2008

Jérôme Kerviel en juin 2008 / Crédits : AFP/M.Bureau

Biographie de Jérôme Kerviel

Né(e) le : 11/01/1977 - Pont-l'Abbé, FinistèreTrader

Jérôme Kerviel est le trader accusé par la Société Générale de lui avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros le 24 janvier 2008 sur des prises de positions non autorisées sur les marchés financiers.

Jérôme Kerviel est le trader accusé par la Société Générale de lui avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros le 24 janvier 2008 sur des prises de positions non autorisées sur les marchés financiers. Le jeune homme, mis en examen pour "faux", "abus de confiance" et "intrusion informatique", s'est engagé en 2008 dans une longue bataille judiciaire dont l'enjeu est le partage des responsabilités avec la hiérarchie de la banque. Condamné en première instance à trois ans de prison ferme et au remboursement de la perte de la banque, ce qui prendrait environ 180.000 ans, il a fait appel car, a-t-il argué, "je considère que je ne suis pas responsable de cette perte et des faits qui me sont reprochés, j'ai toujours agi en connaissance de cause de ma hiérarchie".
 
Jérôme Kerviel est né le 11 janvier 1977 à Pont-l'Abbé dans le Finistère. Issu d'une famille modeste, il est décrit par tous comme un étudiant sans histoire, discret et sportif, pratiquant le judo, le football et la voile. Passionné par l'économie et libéral dans l'âme, il s'inscrit sur la liste du candidat UMP aux élections municipales de Pont-l'Abbé en 2001. En septembre 2000, il obtient à l'université Lyon-II un DESS Finance spécialité "Management des opérations de marché", une formation visant à former des contrôleurs de back et de middle office.

"Faire gagner de l'argent à la banque"

Une fois diplômé, Jérôme Kerviel est embauché par la Société Générale au sein de la division banque d'investissement et de financement (SG CIB) afin d'assurer le suivi des positions du trading et de vérifier la règlementation. En 2005, Jérôme Kerviel  passe du middle office où il a appris les procédures de contrôle de la banque, au front office, la salle des marchés, en qualité de trader, où il est chargé de prendre des positions sur des indices de contrats à terme.
 
Ambitieux et volontaire, acharné au travail, Jérôme Kerviel tente de se faire remarquer par la hiérarchie et par ses pairs sortis des grandes écoles (Centrale, Polytechnique). Se sentant "moins considéré que les autres au regard de son cursus universitaire, de son parcours professionnel et personnel", il commence alors à prendre des risques en exécutant des opérations fictives sur les marchés financiers des produits dérivés pour "faire gagner de l'argent à la banque sans détournement à son profit".

Héros de BD et de sites Internet
 
Le 18 janvier 2008, la Société Générale assure découvrir des manipulations du trader. Son PDG, Daniel Bouton, annonce 4 jours après que la banque a été victime d'une fraude et dépose plainte. L'instruction est confiée aux juges Renaud Van Ruymbeke et Françoise Desset. Le 8 février 2008, la cour d'appel de Paris ordonne la détention provisoire de Jérôme Kerviel dans le quartier VIP de la Santé, à Paris. Il est remis en liberté le 18 mars 2008.
 
Passé du statut d'inconnu à celui de phénomène mondial, héros de plusieurs de BD et de sites internet internationaux qui le décrivent comme le bouc émissaire d'un système financier fou, Jérôme Kerviel, assisté de ses avocats, tend à prouver la responsabilité de sa hiérarchie, les défaillances des contrôles internes à la banque et les manquements des commissaires aux comptes.

La Société Générale blâmée

Le 23 mai 2008, la Société Générale rend publiques les conclusions de deux rapports, l'un interne "la mission Green" et l'autre, rédigé par un cabinet indépendant, révélant les défaillances des contrôles exercés par les supérieurs hiérarchiques mais aussi des complicités internes.  Le 4 juillet 2008, la Commission bancaire inflige un blâme et une amende à la Société Générale pour des "carences graves du système de contrôle interne" qui avait rendu possible la fraude.
 
Tout occupé à sa défense et à ses différentes confrontations aux acteurs de l'affaire qui porte désormais son nom, Jérôme Kerviel travaille à mi-temps, jusqu'en 2011, chez LCA (Lemaire consultants et associés), une société spécialisée dans la sécurisation de projets informatiques, à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Lors de son procès en appel qui s'est ouvert le 4 juin 2012, il a affirmé être "sans profession depuis un an" et "actuellement" sans revenus. Il a été condamné le 24 octobre 2012 par la cour d'appel de Paris à 5 ans de prison dont 3 ferme et à payer 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts. L'ancien trader pourrait se pourvoir en cassation.

Plus d'actualités de Jérôme Kerviel

Nous suivre :
A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

logAudience