En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Julian Assange

Suivre le flux rss
Flux RSS
Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, le 23 octobre 2010

Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, le 23 octobre 2010 / Crédits : Abacapress.com

Informaticien, activiste du web

Julian Assange est le fondateur de Wikileaks, un site web ayant révélé des documents offciels et tenus secrets.

En novembre 2010, Julian Assange est selon le magazine Forbes l'une des personnalités  les plus puissantes du monde : il vient de divulguer sur Wikileaks plus de 250 000 documents secrets, mettant à mal la diplomatie américaine. Cet activiste du web, luttant pour la transparence de l'information, reste très secret sur sa vie privée. Né en Australie en 1971, Julian est fils de comédiens. Balloté à travers tout le pays par ses parents, membres d'une troupe de théâtre, il intègre au cours de sa jeunesse 37 écoles et 6 universités. Pour échapper à l'agressivité de son beau-père, membre de la secte Antiniketan Park Association, Julian se réfugie dans l'informatique.

Avant même l'avènement d'internet, il devient hacker sous le nom de "Mandax" au sein du collectif International Subversives et s'infiltre illégalement dans les réseaux de l'administration américaine à la recherche de scoops. En octobre 1989, la NASA est victime d'un bidouillage informatique: le mot "branleur" s'affiche sur ses écrans d'ordinateurs. Julian est sur le  banc des accusés et échappe de peu à dix ans de prison, faute de preuves valables. Peu après ce scandale, sa femme divorce, entraînant Julian Assange dans une profonde dépression, dont il ressort physiquement métamorphosé: ses cheveux sont désormais blancs comme neige, lui conférant un visage angélique, comme le raconte un article de L'Express de 2010.

"L'organe de renseignement le plus puissant du monde"

Julian ne renonce pas pour autant à sa passion et fonde Wikileaks en 2006. Le site web a pour but de révéler au grand public des documents sur les écarts de conduite des gouvernements, tels que le sadisme des troupes américaines à l'égard des civils dans les guerres d'Afghanistan et d'Irak: la vidéo Collateral Murders, diffusée sur le site web en 2007, montre des soldats tirants sur des irakiens à Bagdad. De par son succès, le site obtient vite la participation de dissidents issus de pays où la censure est forte (Chine, Iran), mais également d'une communauté de journalistes, éditeurs, correcteurs qui analysent, corrigent, et enrichissent ces documents. 

Considéré comme un héros de la transparence pour certains - il reçoit d'Amnesty international un Media Award en 2009 pour la diffusion d'informations sur des assassinats - et un détracteur pour d'autres, l'insaisissable Julian Assange suscite de vives polémiques. En plus d'une centaine de procès intentés contre son site, Julian Assange est régulièrement la cible de nombreuses suspicions. Peu après une demande d'hébergement de son site internet en Suède - le pays bénéficiant de lois préservant l'anonymat des sources - il est accusé d'agressions sexuelles sur deux jeunes Suédoises. La procédure a connu de nombreux revirements: fermée quelques heures après l'accusation, l'enquête à été réouverte le 18 novembre 2010 avec un avis de recherche international lancé par Interpol. 
 
Mais Julian Assange, incessant voyageur, tient à ne pas laisser de traces derrière lui : il utilise plusieurs téléphones et change régulièrement de numéros. Il dénonce  également "un complot  américain", visant à fragiliser Wikileaks, qui pourrait devenir selon lui "l'organe de renseignement le plus puissant du monde". 

Plus d'actualités de Julian Assange

Nous suivre :
Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

logAudience