En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Kim Jong-un

Suivre le flux rss
Flux RSS
Kim Jong-un, photo datée du 4 novembre 2011

Kim Jong-un, photo datée du 4 novembre 2011 / Crédits : AFP PHOTO / HO / KCNA via KNS

Jeune et inexpérimenté, Kim Jong-un, le fils de Kim Jong-il, est désormais à la tête de la Corée du Nord. En raison du culte du secret existant dans le pays, quasiment aucune information n'est disponible sur lui.

Que sait-on de Kim Jong-un, le nouveau président nord-coréen ? Il est le 3e fils de Kim Jong-il et n'était donc pas prédestiné à lui succéder. Mais le premier étant illégitime et le second peu intéressé par les affaires publiques, au point de s'être discrédité dans plusieurs affaires, il a été choisi par défaut. Au-delà de ces informations basiques, difficile d'en savoir plus.  Même son année de naissance -1983  ou 1984- est sujette à caution. Il aurait également effectué des études en Suisse, probablement sous un nom d'emprunt.
 
Kim Jong-un était en fait inconnu sur la scène internationale -voire nationale- jusqu'en septembre 2010.  Il est alors désigné pour succéder à son père. Dans cette optique, il est promu du jour au lendemain général quatre étoiles, sans avoir effectué son service militaire, et vice-président de la commission de défense nationale. Objectif : entamer la transition et préparer la succession de son père, malade. Un an plus tard, le 19 décembre 2011, le décès de Kim Jong-il le propulse à la tête de l'Etat avec une formation forcément imparfaite -tout juste a-t-il pu se rendre une fois en Chine au printemps 2011.
 
Kim Jong-un, qui ressemble à son grand-père Kim Il-sung, le fondateur de la dynastie, est donc entouré de nombreux conseillers, dont sa tante et le mari de celle-ci, qui fait office de Premier ministre. Sera-t-il manipulé ou saura-t-il naviguer dans l'architecture du pouvoir nord-coréen où l'armée et le parti des travaillistes ont chacun un rôle prédominant ? Saura-t-il imposer sa jeunesse dans une société où les anciens sont très écoutés ? Il est trop tôt pour le savoir. Comme il est trop tôt pour savoir s'il restera sur la même ligne diplomatique que son père, s'il consentira à une ouverture ou bien, au contraire, radicalisera un régime qui dispose de la bombe atomique.

Plus d'actualités de Kim Jong-un

Nous suivre :
Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

A lire aussi

logAudience