En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Laurent Wauquiez

Suivre le flux rss
Flux RSS
Wauquiez : "Plafonner les minimas sociaux à 75% du Smic"

Laurent Wauquiez / Crédits : LCI

Biographie de Laurent Wauquiez

Né(e) le : 12/04/1975Ancien ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Ancien ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche sous le gouvernement Fillon, il devient en décembre 2014 sécretaire général de l'UMP.

Laurent Wauquiez est un homme politique français né le 12 avril 1975 à Lyon. Après avoir étudié au lycée Louis Le Grand, il intègre l'Ecole normale supérieure en 1994. Viendront ensuite l'Institut d'études politiques de Paris, où il passe l'agrégation d'Histoire, et l'Ecole nationale d'administration. À sa sortie de l'ENA en mars 2001, il intègre le Conseil d'État : il est nommé auditeur en 2001 puis rapporteur près la commission spéciale de cassation des pensions la même année.
 
En 2004, il est élu député UMP de la 1re circonscription de la Haute-Loire. Il devient le benjamin de l'Assemblée nationale française à 29 ans. Il raconte son parcours dans Un huron à l'Assemblée nationale. À l'automne 2005, il rejoint Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur sous le gouvernement Raffarin, et est nommé Secrétaire national auprès du Secrétaire général délégué de l'Union pour un mouvement populaire, Brice Hortefeux.

Le pourfendeur de l'assistanat 
 
En juin 2007, Laurent Wauquiez entre au gouvernement Fillon. Il est nommé secrétaire d'Etat. Porte-parole du gouvernement, il se donne pour mission de moderniser la communication gouvernementale. En 2008, sa liste au Puy-en-Velay remporte les municipales dès le premier tour avec 56,45% des voix. Il est promu dans la foulée Secrétaire d'État chargé de l'Emploi. Il œuvre auprès de Christine Lagarde, la ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi. Lors du remaniement ministériel du 23 juin 2009, il est maintenu à son poste.

Mais en novembre 2010, il laisse l'Emploi pour être promu ministre des Affaires européennes  auprès de Michèle Alliot-Marie. Le 8 mai 2011, sa dénonciation des "dérives de l'assistanat" qu'il considère être "le cancer de la société française", divise la majorité et lui vaut un recadrage de François Fillon et de Nicolas Sarkozy pour être intervenu dans un domaine qui ne le concernait pas. Cette polémique ne l'empêchera pas d'être nommé  le 29 juin ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, en remplacement de Valérie Pécresse, après le remaniement consécutif au départ de Christine Lagarde pour le FMI.

Très, très à droite...

En 2012, il fonde la Droite sociale, deuxième courant de l'UMP, pourfend l'assistanat en proposant de faire travailler quelques heures par semaine les bénéficiaires du RSA (idée reprise par le candidat Sarkozy en 2012), se pose en défenseur en chef des classes moyennes, publie, en avril dernier, un livre "Europe: il faut tout changer", dans lequel il dénonce le Luxembourg comme un "paradis fiscal". Ce qui lui vaut maints reproches...  

Son virage jugé trop droitier par son mentor en politique, le centriste Jacques Barrot, amènera ce dernier à se brouiller avec lui. En décembre 2014, Nicolas Sarkozy, tout juste élu à la présidence de l'UMP, le nomme secrétaire général du parti.

 

Plus d'actualités de Laurent Wauquiez

Nous suivre :
Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

A lire aussi

logAudience