En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Will Smith

Suivre le flux rss
Flux RSS
Image générique silhouette Bios

Crédits : TF1News

Biographie de Will Smith

Né(e) le : 25/09/1968

Il est de ceux qui font l'actualité à chacune de leurs sorties. Will Smith est bel et bien de ces figures incontournables du cinéma mondial au même titre que Brad Pitt, Julia Roberts, George Clooney, ou Angelina Jolie.

Une enfance commune pour un élève brillant : le prototype du grand garçon
C'est à Philadelphie que Willard Christopher Smith Junior voit le jour le 25 septembre 1968. Elevé dans une famille baptiste par une mère, Caroline Bright, qui œuvre dans une école et Willard Christopher Smith, son père, honnête technicien de son état, celui qui mesurait déjà 1m87 dès son treizième anniversaire, vit une enfance paisible et heureuse jusqu’au moment où ses parents divorcent. Affecté et marqué par cette expérience, l’adolescent n’en reste pas moins l’un des plus populaires élèves des écoles qu’il fréquente. Incroyablement charismatique aux dires de tous mais aussi brillant, Will Smith est en effet de ceux qui impressionnent. Par leur taille, par leur intelligence mais aussi en raison de leurs qualités humaines, ce qui lui vaudra d’ailleurs le surnom qu’il reprendra comme nom de scène, The Fresh Prince. Ainsi, après des études secondaires réussies dans la très renommée Julia Reynolds Masterman Laboratory and Demonstration School de Philly, le grand garçon se voit offrir la possibilité d’entrer dans le prestigieux MIT, en étant de surcroit l’heureux bénéficiaire d’une bourse d’études.

Or, le jeune Willard a du caractère et dès ses plus jeunes années, ses idoles sont loin d’être celles qui sortent des grandes Universités américaines. De fait, les figures montantes du Hip hop d’alors et ceux qui marquèrent leur époque, d’Ali jusqu’Eddy Murphy, impressionnent et influencent grandement celui qui se destine à être des leurs. Et c’est notamment parce qu’il croit en son étoile qu’il refusera la possibilité que lui offre le Massachusetts Institute of Technology. En effet, depuis sa rencontre avec Jeff Townes et Clarence Holmes alias Ready Rock C, le futur acteur se passionne pour la musique et écume avec son groupe, Dj Jazzy Jeff & The Fresh Prince, les scènes de la cité chère aux Sixers. Au point de tout faire pour devenir un MC professionnel et cela quelque en soit le coût.

prince_de_bel_air_ 3Le Hip Hop comme rampe de lancement
Acharnement, ténacité et passion aidant, nos compères vont parvenir à donner corps à leurs ambitions quelques années plus tard. Et l’activité de Will Smith n’y sera pas étrangère. Ainsi, en 1987, Rock The House, leur premier album sort dans les bacs et se fait remarquer avec le titre, Girls Ain't Nothing But Trouble. Deux années plus tard, l’heure est à la réussite commerciale et à la reconnaissance artistique. En effet, avec Parents Just Don't Understand, le groupe remporte un Grammy Award et un beau succès public. Loin de s’arrêter là, l’album He's the DJ, I'm the Rapper confirme le talent des jeunes gens en s’offrant un double disque de platine.

Atypique parmi les groupes de hard rap de l’époque, Dj Jazzy Jeff & The Fresh Prince attire l’œil et suscite l’adhésion de tous, au point que la Warner Bros, désireuse de trouver un jeune héros populaire et consensuel, songe à lui pour la série qu’elle projette de mettre en scène.

L’arrivée à la télévision : The Fresh Prince of Bel Air
C’est donc ainsi que Will Smith, à dix huit ans seulement, se voit offrir le rôle de Will dans Le Prince de Bel Air, une série qui racontera l’histoire d’un jeune homme de Philadelphie que sa mère envoie rejoindre la riche famille de son oncle, qui réside dans la luxueuse banlieue de Los Angeles qu’est Bel Air. Ayant une vitrine sans commune mesure sur NBC durant six années, le néo-comédien apprend vite et signe une bonne partie de ses dialogues. Gagnant en notoriété, la série sera un phénomène aux Etats-Unis et en Europe. L’expérience est dès lors très fructueuse pour celui qui poursuit en parallèle sa carrière musicale.

prince_de_bel_air_ 1En effet, alors que Summertime, extrait de l’album Homebase devient un hit mondial, le jeune prodige rencontre tout d’abord sa future femme, Jada Pinkett venue auditionner pour le rôle de sa petite amie. Il l’épousera le 31 décembre 1997 en secondes noces et lui donnera deux enfants, Jaden Christopher Syre Smith et Willow Camille Reign Smith, qui porteront trois, le nombre d’enfants dont le comédien est le père - Willard Smith III étant issu d’une précédente union.

Une carrière qui se diversifie avec le cinéma
Mais cette série va lui servir de tremplin vers le cinéma. Ainsi, les rôles modestes vont s’enchaîner dès 1992, avec Where the Day Takes You, puis Made in America en 1993 et Six degrés de séparation la même année où il donne la réplique à l’immense Sidney Poitier, en jouant le rôle de son fils, Paul. L’activité cinématographique de Will Smith reste cependant anecdotique et il devra à ses autres activités de rester attractif.

Bad_Boys_ 1En 1995, Bad Boys de Michael Bay changera sans conteste cette donne, d’autant plus que la série qui l’a fait connaître cesse en 1996 et que DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince arrêtent leur collaboration en 1993 avec Code Red, leur dernier opus commun. Aux côtés de Martin Lawrence et Téa Léoni, Will Smith va sans conteste faire impression et surtout connaître un succès suffisamment notable pour attirer plus encore, les producteurs d’Hollywood. Et c’est notamment grâce à ce rôle de flic débonnaire et risque-tout que s’ouvriront les portes d’Independance day, son premier blockbuster.

Les débuts d’un acteur qui s’affirme
Dans la peau du capitaine Steven Hiller, bien décidé à chasser de la surface de la Terre, les extra-terrestres qui l’ont envahie, Will Smith gagne ses galons d’acteur « bankable » ; en effet, Independance Day emporte les records les uns à la suite des autres, se positionnant alors comme le second plus gros succès commercial de l’histoire derrière Jurassic Park de Steven Spielberg. Puis, l’année suivante, il remet cela en jouant aux côtés de Tommy Lee Jones dans Men in Black. Avec ce deuxième énorme succès pour son troisième film en tant que tête d’affiche, le nouvel acteur prodigue d’Hollywood étonne et ne cesse de confirmer. Avec Ennemi d'Etat en 1998 où il fait tout pour échapper à Gene Hackman, sous la houlette experte de Tony Scott. Puis, Wild Wild West l’année suivante, un film réalisé par Barry Sonnenfeld (Men in Black, The Mask) où il rayonne aux côtés de Salma Hayek, Kenneth Branagh et Kevin Kline, en James West.

independence_day_ 2Il est d’ailleurs intéressant de souligner que malgré cette réussite incroyable, Will Smith n’oublie pas sa première passion puisque ses deux premiers albums solo, Big Willie Style et Willenium triomphent dans les charts, comme les titres phare des BO de Men In Black et de Wild Wild West qui vont devenir de véritables succès planétaires.

Ainsi, celui qui s’était permis de refuser un rôle dans le premier volet de la trilogie Matrix des frères Wachowski, s’avère absolument incontournable pour l’industrie à la fin des années 1990. Et ce n’est pas La légende de Bagger Vance en 2000 sous les ordres de Robert Redford, qui infléchira la tendance pour au contraire, révéler des talents d’acteur jusque là sous-estimés.

Ali ou la reconnaissance de ses pairs
2001 et l’expérience Ali menée sous la férule du grand Michael Mann vont représenter un nouveau tournant dans la carrière du rappeur-comédien. En effet, Will Smith travaille tellement le rôle qu’il impressionne même les plus réticents en prenant plus de dix sept kilos pour camper l’immense Mohammed Ali. Et la transformation du jeune acteur sera telle qu’il gagnera le droit de concourir aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur. Défait par Denzel Washington pour son rôle dans Training day, le touche-à-tout de génie opère alors une inflexion dans sa carrière.

ali_ 2Tout d’abord, Born To Reign, son troisième LP en solo sera un échec commercial malgré de bons échos. Sony le congédiant, Will Smith se trouve alors de trouver un nouveau label et signe alors un nouveau contrat avec Interscope Records ce qui lui permettra de sortir notamment Lost & found en 2005. L’homme fait alors une pause salvatrice avant de reprendre possession du devant de la scène. Men In Black 2 aux côtés de Michael Jackson et son habituel compère marque son retour.

Puis, c’est au tour d’I, Robot en 2004 et d’Hitch en 2005 d’inscrire la filmographie de Will Smith dans une continuité plus satisfaisante. Mais ce qui distingue ces métrages, des précédents, c’est que pour la première fois, l’acteur s’implique financièrement et personnellement en tant que producteur. L’initiative est notable et augure d’une carrière qui prend un virage évident.

En parallèle, Will Smith retourne ainsi sur les plateaux de télévision dans la série d’All of us, en tant qu’acteur mais aussi en tant que producteur exécutif avant de s’investir dans d’autres rôles plus marquants au cinéma.

i_robot_ 1A la recherche du bonheur, un premier jalon
En 2006, notre acteur fait confiance à Gabriele Muccino (Juste un baiser, Souviens-toi de moi) pour raconter l’histoire de Chris Gardner. Sa performance est époustouflante et met au jour, une capacité à l’émotion que l’on n’y prêtait guère. De fait, aux côtés de son fils, Jaden, l’acteur signe l’une de ses plus belles prestations cinématographiques et récolte une nouvelle nomination aux Oscars. Grâce à cette « incarnation du rêve américain », Will Smith repart néanmoins du Kodak Theater les mains vides, laissant le trophée convoité à Forest Whitaker pour son rôle dans le Dernier Roi d’Ecosse.

Et pourtant, celui que l’on ne voyait qu’en justicier désireux d’une cause va franchir un cap que Je suis une légende en 2007 ne fait que confirmer. Seul à l’écran pendant la moitié de l’adaptation du livre de Richard Matheson que signe Francis Lawrence, le natif de Philly est incroyable d’intensité et mérite amplement l’étoile qu’on lui réserve aux côtés des véritables stars hollywoodiennes.

hancock_ 3Une fois rasséréné et prêt à d’autres expériences, l’heure vient alors pour lui d‘incarner à l’écran le premier super héros dépressif en campant le rôle d’Hancock. Véritablement hilarante et commercialement très fructueuse, cette production cependant peu fameuse aura le mérite d’apporter à Will Smith, un nouveau succès.

L’avenir de Will Smith
Reste maintenant à l’acteur-producteur-musicien de poursuivre une carrière plus riche et sélective qu’auparavant. Et l’avenir semble pour Willard Christopher Smith plus que radieux. A l’affiche de Sept vies de son comparse Gabriele Muccino, notre homme a trouvé un nouveau défi. Défi qui semble pourtant n’être qu’un début lorsque l’on sait ce qui l’attend pour les années à venir…

sept_vies_ 3En effet, celui qui jusqu’alors a été récompensé par plus de trente cinq prix internationaux a une liste de projets plus ou moins certains et surtout particulièrement alléchants. Ainsi, Old Boy de Steven Spielberg doit rendre hommage au manga originalement adapté par Park Chan Wook, tout en offrant à l’acteur, l’opportunité d’une première statuette dorée. Mais ce sont surtout les possibles suites de Je suis une légende, de Men In Black, de Bad Boys ou d’Hancock qui intriguent, tout comme le troisième film du couple Muccino-Smith, initialement connu sous le nom de Ce que je sais de l’Amour. Tous plus ou moins liés à la santé de leurs producteurs respectifs, il y a fort à parier que ces métrages mériteront le détour, tout comme les autres projets qu’on lui prête (Captain America, The Last Pharaoh, Trial of Chicago 7, Time Share…), s’ils se font. Ainsi, les biopics consacrés à Nelson Mandela et Marvin Gay pour lesquels Will Smith est cité, pourraient également constituer des challenges de choix qui inscriraient l’acteur d’Ali, comme l’un des meilleurs comédiens de sa génération. De plus, même s’il ne s’en sent pas entièrement digne pour l’heure, ses activités de producteur suscitent aussi la curiosité, notamment lorsque l’on apprend qu’il contribuera à la réalisation d’un remake de Karate Kid où son jeune fils tiendra le premier rôle.

sept_vies_ 7En définitive, Will Smith n’a pas fini de nous surprendre et il y a fort à parier que l’éclectique personnage qui fut le Prince de Bel Air, saura faire et oser ce qu’il faut pour être une fois encore en position de relever le challenge des Oscars. En attendant, profitons de Sept vies, son dernier film, et saluons la trajectoire sans pareille de ce talent protéiforme qui en moins de vingt ans est devenu l’une des personnalités les plus illustres du cinéma américain et mondial.

Plus d'actualités de Will Smith

Nous suivre :
Italie : une exposition photo au fond de la mer

Italie : une exposition photo au fond de la mer

A lire aussi

logAudience