En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Astérix et Obélix : au service de sa Majesté


le 01 février 2010 à 22h23 , mis à jour le 01 février 2010 à 22h23.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Astérix et Obélix : au service de sa Majesté

Note de la rédaction

Genre : 
Comédie

Nationalité : 
France

Année de production : 
2011

Sortie : 
17/10/2012

Durée : 
1h40min

Réalisateur : 
Laurent Tirard

Acteurs : 
Gérard Depardieu, Edouard Baer, Guillaume Gallienne, Vincent Lacoste, Fabrice Luchini, Catherine Deneuve, Guillaume Galienne, Valérie Lemercier, Bouli Lanners, Charlotte Le Bon, Jean Rochefort, Gérard Jugnot

Distributeur : 
Wild Bunch Distribution

50 avant Jésus Christ. César a soif de conquêtes. A la tête de ses glorieuses légions il décide d'envahir cette île située aux limites du monde connu, ce pays mystérieux appelé Brittania, la Bretagne. La victoire est rapide et totale. Enfin... presque. Un petit village breton parvient à lui résister, mais ses forces faiblissent. Cordelia, la reine des Bretons, décide donc d'envoyer son plus fidèle officier, Jolitorax, chercher de l'aide en Gaule, auprès d'un autre petit village, connu pour son opiniâtre résistance aux Romains... Dans le village gaulois en question, Astérix et Obélix sont déjà bien occupés. Le chef leur a en effet confié son neveu Goudurix, une jeune tête à claques fraîchement débarquée de Lutèce, dont ils sont censés faire un homme. Et c'est loin d'être gagné. Quand Jolitorax arrive pour demander de l'aide, on décide de lui confier un tonneau de potion magique, et de le faire escorter par Astérix et Obélix, mais aussi Goudurix, car ce voyage semble une excellente occasion pour parfaire son éducation. Malheureusement, rien ne va se passer comme prévu...

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

La critique : Un divertissement efficace plombé par un rythme inégal

Autant être franc, ce nouvel épisode des aventures d'Astérix et Obélix nous laisse un peu circonspects. Si le pari du réalisateur Laurent Tirard ("Le Petit Nicolas") de reprendre l'entreprise à succès que sont les adaptations des deux héros de Goscinny et Uderzo, est plutôt gagné, on ne peut s'empêcher de sortir de la projection un tantinet déçu.

Certes, on ne se plaindra pas des idées souvent ingénieuses distillées avec finesse ça et là durant cet "Astérix et Obélix : au service de sa Majesté" (le générique très James Bond, les clichés sur les Gaulois, sur les Bretons, l'ambiguïté qui peut émaner du tandem...). On ne se désolera pas non plus de la remise en avant du duo principal qui était plutôt (trop ?) effacé dans le dernier film en date, d'autant que l'association Edouard Baer et Gérard Depardieu (seul rescapé des précédentes aventures) fonctionne bien. On ne reprochera surtout pas à ce nouveau film de retrouver l'esprit d'origine des bandes dessinées. On ne déplorera encore moins certains choix de casting comme Guillaume Gallienne (le Breton Jolitorax), Fabrice Luchini (parfait en César) ou Valérie Lemercier (Miss Macintosh)...

Mais, ce qui est le plus gênant dans ce quatrième film "live" Astérix et Obélix, c'est son rythme. Si on s'amuse souvent des facéties et des clins d'œil, il faut avouer que, parfois, on trouve le temps long, surtout quand les personnages discutent, philosophent, s'analysent... Nous ne sommes plus dans "Astérix chez les Bretons" mais dans Astérix chez le psychanalyste. Et pour un film qui est également censé s'adresser à un jeune public, on peut douter de la patience des bambins notamment au cours de la dernière heure d'un film qui affiche une durée de 1h49 ! Un manque de dynamisme qui gâche le plaisir de retrouver nos chers héros.


Si le constat peut paraître sévère, on reste inévitablement sur le souvenir des précédents épisodes. "Astérix et Obélix : au service de sa Majesté" n'a pas à rougir, bien au contraire car, s'il reste plusieurs crans en dessous de la version « cartoonesque » livrée par Alain Chabat, il est nettement meilleur que "Astérix et Obélix contre César" de Claude Zidi et "Astérix aux Jeux Olympiques" de Frédéric Forestier et Thomas Langmann. Héros populaire par excellence, Astérix n'a toutefois rien perdu de sa superbe et conserve un énorme capital sympathie qui devrait faire de ce nouveau film un beau succès populaire.

 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      WAT

      logAudience