En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Création


le 02 septembre 2009 à 22h55 , mis à jour le 28 avril 2010 à 00h00.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Création

Note de la rédaction

Genre : 
Comédie dramatique

Nationalité : 
USA

Année de production : 
2009

Sortie : 
17/11/2010

Durée : 
1h48min

Réalisateur : 
Jon Amiel

Acteurs : 
Paul Bettany, Martha West, Anabolena Rodriguez, Guy Henry, Christopher Dunkin, Jennifer Connelly, Freya Parks, Paul Campbell, Ian Kelly, Zak Davies

Distributeur : 
Mars Distribution

Le conflit de Charles Darwin, tiraillé entre ses recherches sur la théorie de l'évolution et sa relation, avec sa femme, très religieuse, et donc en opposition avec le travail de son mari.

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

La critique : On peut mourir pour Jennifer Connelly, mais pas mourir d'ennui.

L'ambition - revenir à «l'origine des espèces» - était louable. Au bout de cinq minutes, on comprend le traquenard : le titre trompeur évoque moins les théories de l'évolution que l'imagination de Darwin et tient pour la «création» au sens artistique. Il y avait bien un sujet en or : le conflit entre la science et la théologie en pleine société Victorienne. Mais, suite aux pressions du lobby créationniste, Jon Amiel (Les Tudors) a dû capituler et se rendre aux conventions académiques de l'hagiographie poussiéreuse. En somme, tout ce qu'il fallait éviter. Au gré d'un scénario romanesque au possible, il illustre quelques bonnes idées (la fille décédée de la scarlatine qui réapparaît tel un fantôme, le deuil et l'art tutoyant à ce moment-là une forme de démence) avant de les sacrifier comme un sagouin, notamment à travers des flashbacks mièvres où l'on apprend au bout d'une demi-heure que Darwin n'était pas qu'un illustre scientifique: c'était avant tout un homme, un père de famille aimant et responsable qui parlait autant avec son cœur qu'avec sa tête. A force de naviguer à vue, sans direction ni de point de vue, et de ne rien assumer (tout le contraire d'un film comme Agora, d'Alejandro Amenabar), ce spectaculaire échec artistique finit par couler, comme un bateau sans ressource. Ceux qui s'y sont engagés (le couple Jennifer Connelly/Paul Bettany, John Collee, le scénariste de Happy Feet, le chef-opérateur Jess Hall, le metteur en scène Jon Amiel) auraient mieux fait de se casser une jambe.


Romain LE VERN

Commenter cet article

      Nous suivre :
      WAT

        Foozap #003

      logAudience