En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Fantastic Mr. Fox


le 02 septembre 2009 à 21h52 , mis à jour le 09 octobre 2009 à 00h00.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Fantastic Mr. Fox

Note de la rédaction

Genre : 
Animation

Nationalité : 
USA

Année de production : 
2009

Sortie : 
17/02/2010

Durée : 
1h27min

Réalisateur : 
Wes Anderson, Wes Anderson

Acteurs : 
Bill Murray, Jason Schwartzman, Anjelica Huston, Michael Gambon, Meryl Streep, Owen Wilson, Helen Mccrory, Willem Dafoe, Adrien Brody, Brian Cox, Roman Coppola, Garth Jennings, Jarvis Cocker, James Hamilton, Mario Batali

Distributeur : 
Twentieth Century Fox France

Monsieur et Madame Fox s'épanouissent avec leur fils et leur neveu, Kristofferson. Mais ce tranquille mode de vie, aussi apaisant qu'une partie de campagne, finit par les travailler au corps et à l'esprit. Malgré lui, Maître Renard retombe dans son ancienne vie de voleur de poulets. "Chaos reigns", said the fox

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

  • Fantastic Mr. Fox - Bande annoncepicto
    Vidéo en cours

    Fantastic Mr. Fox - Bande annonce

  • Rétro 2010 Cinéma Excessif - Févrierpicto
    Vidéo en cours

    Rétro 2010 Cinéma Excessif - Février

La critique : Le film le plus ambitieux de Wes Anderson.

Toqué du plan fixe sur-cadré et de la transformation des personnages en marionnettes, Wes Anderson a utilisé l'animation pour adapter un conte de Roald Dahl - qu'il avait lu, enfant, dans les années 70 et qui l'avait beaucoup marqué. Si, en apparence, Fantastic Mr Fox s'adresse aux enfants, l'énergie créatrice du cinéaste s'exprime en dehors de cette norme qui a fini par accréditer à tort l'idée selon laquelle l'animation est un support exclusivement réservé aux très jeunes. Pour commencer, Wes Anderson devrait attirer un public beaucoup plus étendu, notamment ses fans de la première heure qui ne seront pas dépaysés et retrouveront ses marques de fabrique : l'irréalisme festif, l'extravagance amortie, le dandysme mélancolique. Ensuite, il s'agit sans doute de son film le plus ambitieux, ne serait-ce que sur un plan technique, avec une utilisation consommée de la stop-motion (image par image), déjà utilisée par Henry Selick dans L'étrange Noel de monsieur Jack,Coraline et surtout La vie aquatique, que Wes Anderson avait déjà co-scénarisé avec Noah Baumbach. Enfin, il y a un personnage à la mode : le renard qui parle.

 

fantastic_mister_fox_1


 
A défaut de le rapprocher de celui, maléfique et sublime, qui annonce le règne du chaos dans Antichrist, de Lars Von Trier, Mr Fox est à mettre en relation avec le héros d'un vieux film culte : Le roman de Renard, de Ladislas Starewitch (1930), qui reste célèbre pour avoir été le premier long-métrage d'animation de marionnettes. Afin de conserver cet esprit d'extase enfantine, Wes Anderson est parti de la trame limpide de Roald Dahl pour plaquer son spleen Baudelairien ("Combien nous sommes grands et poétiques dans nos cravates et nos bottes vernies") et trouver une résonance personnelle chez ce renard adulte qui n'arrive pas à quitter une adolescence idéalisée (période d'épanouissement de son génie de voleur), à assumer son rôle de père et à veiller sur les siens. Si quelques habitués (Jason Schwartzman, Bill Murray, Willem Dafoe, Owen Wilson et Adrien Brody) se chargent des voix dans Fantastic Mr Fox, on les reconnaît aussi par les regards, les expressions, les vêtements ou les attitudes.
 
Surtout, Wes Anderson a conservé cette façon simple de dire des choses compliquées avec comme toujours une tonne d'idées par plan. Même si la fin, trop fidèle au bouquin, ne permet pas la magistrale montée d'émotion que l'on ressent à chaque conclusion de ses précédents films. La mise en scène reste d'une précision cinématographique. L'impassibilité (le sens du comique immobile et magnétique, la sophistication décadente) enchaîne toujours aussi joyeusement sur l'épique, le merveilleux, l'héroïsme miniature. Rien n'est dramatisé, mais tout va plus ou moins de travers, de mal en pis avec une accumulation de détails, d'anecdotes, de micro-péripéties. Entre temps, on aura vu du cidre devenir de l'or, repéré des hommages subliminaux aux films d'horreur et aux westerns, entendu en fond sonore une chanson du Robin des bois de Disney, ressenti tout et son contraire dans un même fragment de scène. De la comédie dépressive à la tristesse burlesque, il n'y a qu'un battement de cil. 
 


Romain LE VERN


Commenter cet article

  • massondl : En fait, je regrette amèrement de mettre laisser entraîner par mon fils de huit ans. rien de m'a plu : graphisme, scénario, musique, dialogue,... j'ai à peine esquisser un sourire une fois, ça traîne en longueur, c'est pauvre, ... bref, je manque de goût ou vraiment ça n'en vaut pas la peine, désolé

    Le 18/02/2010 à 17h40
  • foot1999 : Roald Dahl est un très bon auteur. J'ai déjà lu le livre "Fantastique Maître Renard". Je vais allé voir le film ! C'est un très bon film !!!

    Le 31/01/2010 à 12h17
      Nous suivre :
      WAT

      logAudience