En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Inception


le 02 septembre 2009 à 23h46 , mis à jour le 26 octobre 2009 à 00h00.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Inception

Note de la rédaction

Genre : 
Action

Nationalité : 
USA

Année de production : 
2009

Sortie : 
21/07/2010

Durée : 
2h22min

Réalisateur : 
Christopher Nolan, Christopher Nolan

Acteurs : 
Leonardo DiCaprio, Leonardo Dicaprio, Marion Cotillard, Ellen Page, Ken Watanabe, Michael Caine, Dileep Rao, Joseph Gordon-Levitt, Tom Hardy, Cillian Murphy

Distributeur : 
Warner Bros. Pictures France

Dom Cobb, un voleur expérimenté - le meilleur qui soit dans l'art périlleux de l'extraction - est devenu un fugitif traqué dans le monde entier qui a perdu tout ce qui lui est cher. Mais une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie d'avant - à condition qu'il puisse accomplir l'impossible : l'inception. Au lieu de subtiliser un rêve, Cobb et son équipe doivent faire l'inverse : implanter une idée dans l'esprit d'un individu...  

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

  • Inception - Bande annoncepicto
    Vidéo en cours

    Inception - Bande annonce

  • Inception - Making of 1picto
    Vidéo en cours

    Inception - Making of 1

  • Inception - Interview exclusive Leonardo DiCapriopicto
    Vidéo en cours

    Inception - Interview exclusive Leonardo DiCaprio

  • Inception - Interview Marion Cotillardpicto
    Vidéo en cours

    Inception - Interview Marion Cotillard

  • Rétro 2010 Cinéma Excessif - Juilletpicto
    Vidéo en cours

    Rétro 2010 Cinéma Excessif - Juillet

La critique : Un classique instantané comparable à Blade Runner en son temps. La version blockbuster de Memento et peut-être le meilleur Nolan.

Comme Blade Runner ou Matrix, Inception est le genre de classique instantané qui n'arrive qu'une fois tous les dix ans au cinéma. Rien que dans son préambule, il contient plus de substance, d'enjeux et de promesses que la plupart de films actuellement à l'affiche. A tel point qu'on se demande comment Christopher Nolan va tenir la distance sur près de deux heures trente. En fait, sans problème : de surprise en émerveillement, ce blockbuster à la fois introspectif et spectaculaire a de quoi combler toutes les sensibilités. Sans en dire trop, Inception provoque les mêmes effets sur les spectateurs, transportés au gré des innervations et des circonvolutions d'un énorme cerveau, que le voyage mental sur les protagonistes. L'ensemble fonctionne comme un monde de réseaux et de connexions secrètes plein de replis et de boucles, mis en valeur par un montage provoquant des images de nature indéfinissable. Le rythme est celui d'un songe avec autant d'immobilité que d'accélérations brusques. Les personnages sont à la fois en chair et spectraux ; et Nolan privilégie le réalisme à la bizarrerie des situations pour que les hallucinations (Paris qui se retourne sur lui-même) coulent de source.

 

Inception de Christopher Nolan


Avec ses jeux de miroir mentaux et ses intrigues superposées, l'histoire n'est pas seulement un modèle de construction, elle provoque un effet véritablement vertigineux qui encourage les visions répétées et retranscrit de manière universelle ce qui se cache dans la tête de chacun. Ce qui en fait une expérience à la fois collective et individuelle. C'est aussi et surtout un rêve de cinéphile mélangeant la science-fiction de Verhoeven (Total Recall), le trip selon Parker (Pink Floyd : The Wall - projeté par Nolan à toute l'équipe avant le début du tournage), la mégalopole urbaine et architecturale (Blade Runner), les couloirs rougeâtres d'appartements et l'apesanteur chez Kubrick (Shining et 2001 : l'odyssée de l'espace), l'inquiétante étrangeté de Lynch (Blue Velvet), les cercles vicieux et kafkaïens de Polanski (Le Locataire) - où la fin ramène inexorablement au début - et des scènes d'action échappées d'un épisode de James Bond. Malgré toutes ces citations, le paradoxe veut que Inception ressemble totalement à son auteur qui monte encore d'un cran l'ambition d'un système de manipulation par l'illusion mis au point depuis Following. Renouant avec ses obsessions dans cet immense film-somme (narration fragmentée, subjectivité, double), Nolan convoque des images virtuelles et, fasciné par le cinéma et les interrogations qu'il suscite, ne peut s'empêcher de donner à presque toutes ses histoires la forme de mises en scène.

 

Inception de Christopher Nolan

 

Même si cette plongée surréaliste dans les méandres est dépourvue de connotation sexuelle, elle maintient un degré permanent d'intensité esthétique et émotionnelle. Pour y arriver, Nolan utilise tous les moyens que lui offre le cinéma, tandis que les personnages sont pour la plupart idéalement interprétés. Leonardo Di Caprio est formidable en héros Nolanien : tourmenté par des ambivalences morales, hanté par le remords et le doute, travaillé par la schizophrénie. Autour de lui, Joseph Gordon-Levitt (en lévitation, juste génial), Ellen Page (extraordinaire en architecte de l'esprit dont le personnage évoque celui dans Paprika, de Satoshi Kon), Tom Hardy, Cillian Murphy et Ken Watanabe sèment l'ambiguïté par leur simple présence. Au milieu de ce concert de performances météoriques, Nolan distille par sa mise en scène virtuose, son amour pour les comédiens (la manière dont ils évoluent dans le cadre, les regards, les attitudes, les confrontations) et sa capacité à créer des atmosphères torves (la mélancolie urbaine, déjà présente dans les Batman) un charme qui hante durablement. A tous les niveaux, Inception flotte à des altitudes que peu de blockbusters peuvent atteindre. Preuve qu'après The Dark Knight, son auteur peut encore se surpasser.
 
Romain LE VERN

Toutes les news Inception


Commenter cet article

  • redpill : Super film meme si le Scénario manque un peu du surprendre.

    Le 24/06/2011 à 14h31
  • mccoy : Quelle malaise j'éprouve devant le consensus autour d'Inception je préfère citer la critique (de Will Self il paraitrait) la plus juste que j'ai pu lire et qui résume assez bien mon sentiment : "j'aurais aimé partir avant la fin de la superproduction à effets spéciaux de l'été, Inception, un film qui, loin d'être intelligent, n'est que l'idée que ce fait un imbécile d'un film intelligent"

    Le 05/11/2010 à 20h51
  • markorel76 : Un scenar qui sort des sentiers battu et qui vous colle a votre siege . Au bout des 2h30 on se rend comtpe qu on a pas vu le temps passé et on se posera toujours la question apres une fin de nuit si " on est toujours dans un rêve ? "

    Le 27/09/2010 à 21h08
  • deathpopstar : Le film dure 2h30 ? C'est simple : une fois que le film était fini j'ai cru qu'il n'avait duré qu'1h !! J'ai même pas vu le temps passé tellement j'ai été absorbé par ce déluge d'images cohérents, puissants, logiques et un scénario béton et presque mathématique. Les acteurs servent tous très bien le film. Quant à la musique, je dis bravo tellement j'ai trouvé le tout poignant !!! Vite le DVD !!!!!

    Le 15/09/2010 à 23h53
  • journaleux34 : Christopher Nolan a réussi à créer une histoire tellement irréaliste et compliquée qu'on se demande deux choses : comment un simple homme a pu imaginer ça et surtout réussir à le faire assimiler aux spectateurs en 2h20 ? La réalisation est parfaite (vive la non-utilisation à outrance des effets spéciaux !) et le casting contient des futures stars. Un film déjà culte.

    Le 16/08/2010 à 12h30
      Nous suivre :
      WAT

        Foozap #003

      logAudience