En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Star Trek


le 08 septembre 2009 à 13h54 , mis à jour le 08 septembre 2009 à 13h54.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Star Trek

Note de la rédaction

Genre : 
Science fiction

Nationalité : 
USA

Année de production : 
2008

Sortie : 
06/05/2009

Durée : 
2h08min

Réalisateur : 
J.J. Abrams, Jj Abrams, Jj Abrams

Acteurs : 
Chris Pine, Zachary Quinto, Karl Urban, Leonard Nimoy, Zoe Saldana, John Cho, Winona Ryder, Eric Bana, Simon Pegg, Bruce Greenwood, Anton Yelchin, Greg Ellis, Jennifer Morrison, Rachel Nichols, Ben Cross, Christopher Doohan, Jimmy Bennett, Clifton Collins Jr., Lucia Rijker, Chris Hemsworth, Kelvin Yu, Spencer Daniels, Marlene Forte, Pavel Lychnikoff, James Cawley, Sonita Henry, Jacob Kogan, Paul Mcgillion

Distributeur : 
Paramount Pictures France

La plus grande odyssée spatiale de tous les temps voit le jour dans le nouveau «Star Trek», mettant en scène le premier voyage d’un tout nouvel équipage à bord de l’U.S.S. Enterprise, le vaisseau spatial le plus sophistiqué de l’histoire. Dans ce périple semé de dangers, d’action et d’humour, les nouvelles recrues doivent tout faire pour empêcher le plan diabolique d’un être maléfique menaçant l’humanité toute entière dans sa quête de vengeance. Le sort de la galaxie est entre les mains de deux officiers que tout oppose : d’un côté, James Kirk, originaire de la rurale IOWA, tête brulée en quête de sensations fortes, de l’autre, Spock issu d’une société basée sur la logique et rejetant toute forme d’émotion. Quand l’instinct fougueux rencontre la raison pure, une improbable mais puissante alliance se forme et sera seule en mesure de faire traverser à l’équipage d’effroyables dangers, là où personne n’est encore jamais allé.

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

  • Star Trek - Bande annoncepicto
    Vidéo en cours

    Star Trek - Bande annonce

  • Star Trek - Superbowlpicto
    Vidéo en cours

    Star Trek - Superbowl

  • Star Trek - Bande annonce 2picto
    Vidéo en cours

    Star Trek - Bande annonce 2

La critique : Star Trek est le grand film de divertissement que l'on pouvait attendre.

Stardate 2009. Star Trek, le onzième. Capitaine JJ Abrams aux commandes. Après de longs mois d'attente, ce fameux reboot que tous les fans de la licence craignent a enfin pris son envol à bord de l'Enterprise, mythique vaisseau de la Fédération. A son bord, un tout nouveau casting, une esthétique modifiée et la rencontre réinventée entre deux personnages phares de l'univers : James T. Kirk et Spock. Oubliez tout ce que vous connaissez sur Star Trek ? Le jeu en vaut la chandelle...

 


 

 

 

Il y d'abord ce pari insensé : inventer une dimension parallèle à une franchise datant de 40 ans tout en reprenant les personnages de la série originale et des premiers longs-métrages. Une dimension parallèle d'où s'échappe Nero (Eric Bana) bien décidé à venger la disparition de son peuple en confrontant Spock à sa propre douleur, sa propre dépossession. Les nombreuses surprises scénaristiques dues à la déformation du continuum espace-temps fera hurler les fans les plus acharnés. Pourtant, certains d'entre eux pourraient bien être émerveillés par le respect du réalisateur envers leur communauté et la réinvention téméraire de la légende trekienne.

Ce film est donc avant tout celui d'un auteur et témoigne de la patte indélébile que l'on retrouve dans chacun des projets de JJ Abrams. Star Trek regorge de références scientifiques, philosophiques et esthétiques empruntées à Alias (la boule rouge, arme absolue des Romuliens), Lost (le voyage dans le temps qui donne son sens et sa cohérence à l'histoire) ou encore Cloverfield (le monstre sur la planète des glaces Delta Vega). Si JJ Abrams n'est pas encore tout à fait débarrassé de ses tics de mise en scène, il insuffle au métrage une telle intensité dramatique, un tel désir d'entertainer malicieux que les vire-voltages habituels de l'objectif font tourner la tête, dans le bon sens du terme.

 

 

 

 

S'il sera forcément difficile d'accepter que leurs héros en uniforme sont ceux qu'ils connaissent mais pas dans le même espace-temps, rassurons tout de même ceux qui aiment les dix premiers films et les six séries, dignes héritages du patrimoine légué par Gene Roddenberry. Les clins d'oeil à la pelle (le chien du Capitaine Jonathan Archer, Sulu en parfait escrimeur...) et le rôle d'importance donné à Leonard Nimoy en satisferont beaucoup. JJ Abrams ne se contente pas d'offrir au premier interprète de Spock un rôle de caméo comme ceux qui poussent comme des mauvaises herbes dans chaque adaptation cinématographique d'une série TV. Il offre au personnage et à l'acteur, un rôle clé dans cette gigantesque entreprise de réappropriation. Plus qu'un hommage creux, un geste d'intelligence.


JJ Abrams n'est jamais aussi doué que lorsqu'il caractérise les personnages, leur donnant une profondeur et un mystère inattendus. Dans son royaume audiovisuel, ce sont les ambitions et les fêlures des protagonistes qui fondent la dramaturgie. Le réalisateur s'est lancé dans une nouvelle mythologie sur les bases d'une science-fiction pré-existante. S'il réussit, c'est aussi grâce au travail des scénaristes Roberto Orci et Alex Kurtzman et d'un casting qui se révèle comme l'une des excellentes surprises du projet. Chris Pine et Zachary Quinto trouvent rapidement leurs marques et c'est sans peine que l'on croit à leur amitié naissante. Le reste de la distribution est également un brillant succès et chaque protagoniste secondaire a sa petite heure de gloire. Le cinéaste a beau emprunter une autre route temporelle, son discours est tout à la gloire de la philosophie positiviste de la licence. Au final, la destinée est plus forte que tout. Le Capitaine Kirk, Spock, McCoy, Scotty, Uhura, Sulu et Chekov étaient nés pour se rencontrer. A n'importe quelle époque.

 

 

 

 

De la construction sonore aux effets spéciaux, Star Trek est enfin le grand film de divertissement que l'on pouvait attendre. Michael Giacchino trouve un parfait terrain musical pour libérer quelques symphonies grandiloquentes et des choeurs puissants, évocateurs des trous noirs mangeurs de planète ou puissance des machines. Sa partition accompagne à merveille cette aventure spatiale épique qui ne manque jamais de souffle. Comme des étoiles filantes, les quelques notes emblématiques du générique original s'échappent dans l'infini de l'espace, mine de rien bouleversé par la révolution née de la vision d'un homme. Where no man has gone before ? JJ Abrams l'a fait.

Toutes les news Star Trek

Commenter cet article

  • tinalakiller : à part les effets spéciaux, y a grand chose à retenir. La série ne m'a jamais réellement intéressé, et sincèrement en regardant ce film, j'ai pas envie de la regarder ! il se passe dans ce film un peu tout et n'importe quoi, et à part quelques uns, les acteurs sont plutot mauvais !

    Le 03/03/2011 à 00h29
      Nous suivre :
      WAT

        Nicole Scherzinger se livre dans Big Fat Lie

      logAudience