En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Summer Wars


le 04 février 2010 à 16h54 , mis à jour le 04 février 2010 à 16h54.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
Summer Wars

Note de la rédaction

Genre : 
Animation

Nationalité : 
Japon

Année de production : 
2009

Sortie : 
09/06/2010

Durée : 
1h54min

Réalisateur : 
Mamoru Hosoda, Mamoru Hosoda

Acteurs : 

Distributeur : 
Eurozoom

L'ère des réseaux communautaires est plus que jamais d'actualité. En se connectant au monde de Oz depuis son ordinateur, son téléphone ou bien même sa télévision, vous avez accès à des millions d'avatars en ligne pour une expérience intense hors des limites de la réalité. Durant l'été, Kenji, lycéen timide et petit génie des mathématiques, trouve un job au service maintenance de Oz. Mais ces tâches sont contrariées par la venue de Natsuki, la fille dont il est amoureux. Celle-ci lui propose de l'accompagner en famille pour jouer le rôle du "fiancé". Entre les sentiments, un virus informatique, et les soucis familiaux, les ennuis ne font que commencer ...

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

La critique : Des rires aux larmes, Summer Wars nous entraine dans la plus belle histoire de l'été.

Nous avions quitté Mamoru Hosoda avec La Traversée du Temps, petite merveille de cinéma ludique sur fond de failles temporelles. Voici le cinéaste de retour avec une oeuvre originale imaginée par lui-même. Désertant les contrées verdoyantes de sa précédente création tout en poursuivant sur ses thématiques intimes, Mamoru Hosoda s'affirme en tant que réalisateur avec lequel il faudra compter, en témoigne son Summer Wars de haute volée. Entouré des talents communs de Yoshiyuki Sadamoto au chara-design et du scénariste Satoko Okudera, le studio Madhouse livre le film d'animation de l'été, une oeuvre capable de toucher tous les âges par l'intelligence de son propos ainsi que son énergie communicative. L'été s'annonce épique.


Une oeuvre d'animation universelle

 

L'une des réussites rares de Summer Wars réside dans cette faculté de confronter virtuel et réel, le numérique au physique. Cette problématique à priori insoluble trouve pourtant ici une passionante incarnation. La famille de Natsuki, l'élement perturbateur dans la sage vie de Kenji, devient le centre de toutes les attentions alors que la catastrophe rôde autour d'eux. Les scènes avec la fratrie sont typiques des oeuvres japonaises avec des sentiments exacerbés, des rires, des pleurs. Tout le dispositif de mise en scène contribue à nous rendre acteur des destinés se déroulant sous nos yeux. Le procédé se montre payant, et nous sommes plus d'une fois touché par des péripéties très terrestres. La mort, l'amour, la naissance, les conflits intra-familiaux, le rire, la vie, la dépendance ... On a l'impression que Summer Wars aborde chaque grand thème avec une précision d'ethnologue sans jamais nous lasser, ne perdant pas de vue sa mission, divertir, emporter le spectateur au sein d'un récit vaste et simple à la fois. Osons le mot, grand-public, sans limiter la puissance de son propos universel.

 

Summer Wars de Mamoru Hosoda

 

Monde virtuel et monde des hommes


Ainsi le fameux monde de Oz, super-réseau virtuel, est un lieu combinant bon nombre d'influence de la culture nippone. Cette gigantesque marmite rappelle parfois les visions oniriques d'un certain Paprika (de Satoshi Kon) avec lequel Summer Wars partage le goût pour la surenchère graphique, la perte des repères "réalistes". Loin d'être l'anti-thèse redoutée du monde réel, Oz est au centre de toutes les attentions. A la fois monde communautaire vertigineux et illimité (un Facebook puissance 1000), il devient naturellement le pendant de la tragédie familiale. L'équilibre de Oz est intimement lié à la réussite d'une modeste famille soudée. La plus belle des leçons du film ne résiderait-elle pas ici ? Avec de la tolérance et de la compréhension mutuelle, tous les possibles deviennent accessibles, et toute catastrophe ... surmontable.

 

Vincent MARTINI

Commenter cet article

  • tinalakiller : J'attendais beaucoup de ce film d'animation qui selon moi se révèle assez décevant malgré son constat de notre monde, notamment à travers certaines images d'animation qui rappellent les Pokémon.

    Le 05/03/2011 à 00h26
  • jujulcactus : «Summer Wars» a tout les ingrédients nécessaires pour faire passer à ses spectateurs une aventure passionante qui ne se prend pas complétement au sérieux (à l'image de la scène finale), qui explore une question moderne et récurrente sur la place du virtuel dans la société, et qui impose son réalisateur comme un grand de l'animation, à une distance respectable du maitre Miyazaki, remarquable!

    Le 07/05/2010 à 19h57
      Nous suivre :
      WAT

        David Guetta en bad trip !

      logAudience