L'Odyssée de Pi


le 07 septembre 2009 à 17h50 , mis à jour le 07 septembre 2011 à 00h00.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
L'Odyssée de Pi

Note de la rédaction

Genre : 
Aventure

Nationalité : 
Etats-Unis

Année de production : 
2011

Sortie : 
19/12/2012

Durée : 
2h07min

Réalisateur : 
Ang Lee

Acteurs : 
Suraj Sharma, Adil Hussain, Gérard Depardieu, Irrfan Khan, Tabu, Rafe Spall, Ayush Tandon, James Saito

Distributeur : 
Twentieth Century Fox

A la suite d'un naufrage spectaculaire en pleine mer, le jeune Pi Patel âgé de 17 ans, se retrouve seul survivant à bord d'un canot de sauvetage. Seul, ou presque... Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. C'est le début d'une aventure incroyable. L'instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d'un courage insoupçonné pour résister aux éléments déchainés. Porté par un espoir indéfectible, l'aventure de Pi l'emmènera bien plus loin encore.

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

La critique : A la hauteur des promesses d'émerveillement

Qualifié de chef-d'œuvre par James Cameron et tourné avec les caméras et la technologie du groupe Cameron-Pace, "L'odyssée de Pi", adaptation a priori impossible du roman de Yann Martel, est un livre d'images proprement stupéfiant, fonctionnant sur l'émotion et l'émerveillement, qui contient autant d'excitation que de vertige. C'est tout ce que l'on demande au cinéma. Il s'agit aussi et surtout d'un exploit technique parfaitement relevé, illustrant le combat d'un jeune indien qui, après avoir perdu sa famille, se retrouve sur un radeau de survie, seul avec un tigre du Bengale. Comme dans "Avatar", il y a derrière le divertissement un engagement écologique qui invite à prendre conscience de l'espace et du temps, rappelant que nous sommes responsables de la façon dont nous modifions notre environnement.
Les aventures ne manquent pas de cruauté (le zèbre et l'orang-outang face à la hyène, l'île perdue avec les suricates) et l'efficacité du survival opposant l'homme et la nature est amplifié par une utilisation de la 3D remarquable - sans conteste la meilleure depuis "Avatar". La symphonie des images et des sons fait que l'on oublie tout. Plus précisément, toutes les séquences avec le tigre du Bengale époustouflent (cela peut paraître saugrenu de dire ça mais en plus d'être d'une beauté inouïe, le tigre joue très bien). Cette épopée féérique et mystique est prompte à émerveiller toutes les catégories et toutes les sensibilités de spectateur, en particulier les enfants, jusque dans la confrontation au danger et à la mort traitée sans infantilisation. Les adultes seront sans doute sensibles à la réflexion sur les mythes et l'approche d'Ang Lee qui exploite au mieux des séquences plus intimistes ou mélodramatiques, rappelant au passage qu'il est autant le réalisateur de "Tigre et Dragon" que du "Secret de Brokeback Mountain". Un cinéaste imprévisible donc pour un résultat enchanteur et prodigieux.
Romain LE VERN

Commenter cet article

      Nous suivre :
      WAT

      logAudience