En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

X-Men Origins : Wolverine


le 08 septembre 2009 à 16h52 , mis à jour le 08 septembre 2009 à 16h52.
Temps de lecture
0min

Partager le film

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.
X-Men Origins : Wolverine

Note de la rédaction

Genre : 
Action

Nationalité : 
USA

Année de production : 
2008

Sortie : 
29/04/2009

Durée : 
1h45min

Réalisateur : 
Gavin Hood, Gavin Hood

Acteurs : 
Hugh Jackman, Liev Schreiber, Danny Huston, Ryan Reynolds, Taylor Kitsch, Dominic Monaghan, Lynn Collins, Will.I.Am, Daniel Henney, Kevin Durand, Troye Mellet, Scott Adkins, Tim Pocock, Myles Pollard, Tahyna Tozzi

Distributeur : 
Twentieth Century Fox France

Depuis des décennies, James Howlett et son frère Victor Creed survivent côte à côte, prenant part à tous les conflits qui s'offrent à eux et durant lesquels ils peuvent laisser aller libre cours à leur véritable nature. Car James et Victor sont des mutants, dotés de divers pouvoirs dont celui de l'auto-guérison et par conséquent, à ce qu'il semble, de l'immortalité. Une capacité qui les fait repérer par William Stryker, commandant de l'armée américaine à la tête d'un projet appelé Team X. Les deux frères intègrent ainsi une équipe constituée de mutants et, pour la sécurité de leur pays, ils s'engagent dans de nouveaux conflits. Mais alors que Victor prend de plus en plus goût aux massacres, James décide de tout plaquer. En tout cas jusqu'à ce que Creed retrouve sa trace et le prive de sa nouvelle vie. Fou de rage, celui que l'on appelle désormais Wolverine se lance à la recherche de son frère...

Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

Vidéos & Bandes-annonces

  • wolverine_every_hero.flvpicto
    Vidéo en cours

    wolverine_every_hero.flv

  • wolverine_war.flvpicto
    Vidéo en cours

    wolverine_war.flv

  • wolverine_childhood.flvpicto
    Vidéo en cours

    wolverine_childhood.flv

La critique :

S'ils avaient juré leurs grands dieux que la saga X-Men au cinéma se contenterait de n'être qu'une trilogie, les pontes de la 20th Century Fox et de Marvel ne pouvaient bien évidemment pas abandonner une telle franchise, véritable poule aux oeufs d'or et vitrine prestigieuse pour les deux compagnies. Ainsi, sans trahir entièrement leurs dires et sans tomber non plus dans le piège du reboot (qui aurait fait un joli scandale), ils ont trouvé la solution idéale à leur dilemme : le spin-off. Soit prendre un personnage charismatique, pour lequel le public a un fort attachement, et lui offrir son propre film. Et si Magneto avait été un temps évoqué, qui mieux en fin de compte pour cet exercice que Wolverine ? Riche d'un passé toujours mystérieux mais déjà familier du grand public grâce aux films de Bryan Singer et Brett Ratner, il est en plus sans conteste le mutant préféré des spectateurs, bénéficiant aussi bien d'un traitement de faveur dans les scénarios des adaptations que d'une aura mythique héritée de ses aventures en comic-books (la seconde expliquant bien sûr la première). Sans oublier encore que son interprète, Hugh Jackman, est devenu depuis le premier film -et grâce à lui- une véritable star, capable de rameuter les foules presque aussi efficacement que le griffu X-Man et prompt à se laisser repousser les rouflaquettes pour peu qu'on lui assure au passage le poste de producteur. Une conjoncture parfaite pour sortir alors sur les écrans X-Men Origins : Wolverine, le film qui lèvera le voile sur les "Origins" de notre mutant préféré et ouvrira -peut-être- la voie à toute une nouvelle série de longs-métrages.

X-MEN ORIGINS : WOLVERINE
Un film de Gavin Hood
Avec Hugh Jackman, Liev Schreiber, Danny Huston, Taylor Kitsch, Ryan Reynolds,
Durée : 1h37

Depuis des décennies, James Howlett et son frère Victor Creed survivent côte à côte, prenant part à tous les conflits qui s'offrent à eux et durant lesquels ils peuvent laisser libre cours à leur véritable nature. Car James et Victor sont des mutants, dotés de divers pouvoirs dont celui de l'auto-guérison et par conséquent, à ce qu'il semble, de l'immortalité. Une capacité qui les fait repérer par William Stryker, commandant de l'armée américaine à la tête d'un projet appelé Team X. Les deux frères intègrent ainsi une équipe constituée de mutants et, pour la sécurité de leur pays, ils s'engagent dans de nouveaux conflits. Mais alors que Victor prend de plus en plus goût aux massacres, James décide de tout plaquer. En tout cas jusqu'à ce que Creed retrouve sa trace et le prive de sa nouvelle vie. Fou de rage, celui que l'on appelle désormais Wolverine se lance à la recherche de son frère...

L'un des éléments prépondérants pour juger de la qualité d'une adaptation est, en toute logique, le respect dont elle a fait preuve envers son matériau d'origine. Non pas qu'il faille recopier servilement son modèle mais, au contraire, il faut le digérer, le faire sien, pour en comprendre le sens et y apposer son propre regard, ceci afin d'accoucher d'une oeuvre qui n'existe que par elle-même et qui soit à la fois solidement attachée à ses origines. Et si X-Men Origins : Wolverine est un spin-off, il est aussi et bien évidemment une adaptation, qui plus est d'un matériau dont les admirateurs sont légion, connaissant sur le bout des doigts une mythologie ayant de quoi faire pâlir n'importe quelle saga sur quelque support que ce soit. Une adaptation qui fera donc grincer les dents de plus d'un tant elle peut prendre ses aises avec sa source. Nous trouverons ainsi des personnages dont les origines ont été modifiées, d'autres dont ce sont les pouvoirs, encore certains autres qui n'ont rien à faire ici, sans compter que Wolverine n'est que le quart du bad-ass qu'il est censé être à cette époque... Le fan pointilleux ne manquera pas alors de soupirer ou s'offusquer à intervalles régulières devant tant de libertés prises, la plus incroyable étant très certainement que les scénaristes ont décidé de faire de Victor Creed, plus connu sous le pseudo de Dent-de-Sabre, le frère de Wolverine ! Une intrigue qui débarque de nulle part, présentée à nous d'entrée de jeu. Mais alors, après tout, pourquoi pas ? Si l'on fait le compte des décennies de bons et loyaux services qu'a prodigué Wolverine dans les pages des publications Marvel, son passé est loin d'être d'un seul tenant et est même d'ailleurs sans cesse sujet à l'exploration de pistes nouvelles par les auteurs. Pendant un temps, il fut ainsi même suggéré dans les pages du comics que Creed était en réalité le père de Logan, alors faire aujourd'hui de lui son frère ne devrait pas poser spécialement de problème. Sauf que, pour parvenir à ce but, les créateurs du film ont humanisé Dent-de-Sabre sans retenue, coupant de fait toute connexion ou ressemblance avec son apparition dans le premier X-Men, où Tyler Mane l'incarnait sous un jour bien plus bestial (sans même parler du maquillage) et aucunement fraternel envers Wolverine. Pour un film censé revenir sur les origines de ses personnages, ça la fout mal, ou alors il faudrait nous expliquer cette "régression" qui ne sera ici qu'à peine évoquée, peinant à établir une continuité avec les autres films comme nombre d'autres éléments.


Mais alors, peut-on prendre ce X-Men Origins : Wolverine comme une entité à part entière et ne se soucier à aucun moment de sa nature d'adaptation ou de spin-off ? Bien sûr, c'est possible. Si l'on veut, on peut faire totalement abstraction de ce qui entoure le film pour ne s'intéresser qu'à lui, à sa façon de nous présenter un personnage, son parcours, sans établir le moindre parallèle annexe. Comme un épisode spécial libéré de toute cohérence narrative. Et c'est là où se trouvera la plus grosse déconvenue car, si le scénario prend des libertés parfois irritantes, un montage n'ayant d'autre but que de couper au plus court fait que l'histoire de ce spin-off est en plus loin de se montrer convaincante ou même réellement passionnante. Pourtant ce ne sont pas les pistes intéressantes qui manquent et nous aurions alors adoré voir -quitte à partir dans cette voie- la relation fraternelle entre Wolverine et Dent-de-Sabre être plus approfondie, surtout après la manière dont sont introduits ces personnages et qui appelait à un conflit épique à travers les âges diablement prometteur (le générique de début a une sacrée classe). Mais voilà, parce qu'ils n'oublient pas non plus complètement que les fans sont des gens dangereux si on vient à les énerver, les responsables du film tentent malgré tout de faire apparaître le plus d'aspects du passé connu de Wolverine dans le film. Une attention louable au demeurant, et qui serait appréciée si seulement on avait bien voulu accorder une durée un peu plus longue au montage final. La petite centaine de minutes aura donc bien du mal à contenir toutes les étapes du parcours de notre héros, et le film filera droit jusqu'à sa conclusion sans même que l'on ait pu s'en rendre compte. Dire que l'on s'ennuie devant X-Men Origins : Wolverine serait alors mentir mais il est néanmoins indéniable qu'il manque du souffle épique que nous attendions, faisant s'enchaîner ses séquences de façon parfois pataude (certaines transitions manquent vraiment de fluidité et font trop sentir les économies de bout de chandelle pour raccourcir la durée, désamorçant pour beaucoup la dramatisation) et cantonnant la très grande majorité de ses mutants à des rôles qui frôlent la figuration.

Vraiment dommage, d'autant que nous attendions du réalisateur Gavin Hood qu'il parvienne à assurer un peu plus de tenue et de rigueur à tout ça après avoir mis en image l'oscarisé Mon nom est Tsotsi et le thriller post-11 septembre Détention Secrète. Une jeune filmographie (en tout cas en tant que réalisateur, puisque Hood faisait déjà le comédien au début des années 90 dans par exemple American Kickboxer) qui donnait l'impression que l'homme savait traiter ses sujets avec intelligence, au moins aussi bien qu'il parvenait à donner vie à ses personnages. Las, nous ne retrouverons rien de cela dans ce spin-off, le réalisateur n'ayant certainement pas réussi à s'imposer sur ce qui constitue son premier blockbuster. Et son talent de ne s'exprimer alors qu'au travers de quelques magnifiques plans, lesquels confèrent parfois presque à son film de super-héros des allures de conte moderne. Mais surtout, ce sont bien évidemment les scènes d'action qui vont nous intéresser ici, les affrontements entre mutants surpuissants ayant toujours le potentiel de nous lâcher au visage des séquences fort réjouissantes et, sur ce point, Hood livre en effet quelques jolis moments, portés par les compositions de Harry Gregson-Williams et qui usent plutôt bien des spécificités des personnages. On aura beau alors encore noter la présence de quelques couacs dans le montage et des attitudes/poses frôlant parfois le ridicule chez les mutants (il faut voir Wolverine couper un escalier métallique en accéléré, effet comique involontaire assuré), des scènes comme la prise d'assaut de la base en Afrique ou le duel final sauront nous contenter en matière de cascades et effets pyrotechniques. C'est peu, mais c'est déjà ça !

X-Men Origins : Wolverine est donc une semi-déception, le film étant loin d'être aussi abouti et maîtrisé que nous l'aurions espéré avec Gavin Hood à ses commandes. Pas forcément respectueux de l'univers et la mythologie dans lesquels il évolue, ce premier spin-off de la franchise X-Men fera très certainement hurler les fans les plus hardcore du comic Marvel tandis que les autres, et le reste du public, profiteront d'un long-métrage divertissant mais sans plus, ne se donnant pas le temps de prendre l'ampleur qu'il aurait mérité. Malgré cela, le film est quasi-assuré d'un joli succès, et l'on commence alors à parler plus sérieusement d'autres spin-off comme Magneto ou X-Men : First Class (une scène après le générique de fin évoque aussi un potentiel Wolverine 2). Des occasions de rattraper ce rendez-vous manqué ?

PitouWH

Toutes les news X-Men Origins : Wolverine


Commenter cet article

      Nous suivre :
      WAT

      logAudience