ARCHIVES

50 ans de James Bond : une journée très Bond dans le monde


le 05 octobre 2012 à 16h00 , mis à jour le 05 octobre 2012 à 21h24.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
News Ciné-Séries James Bond fête aujourd'hui ses 50 ans d'aventures au cinéma, l'occasion de nombreux événements et célébrations un peu partout dans le monde.

La sortie de "James Bond 007 contre Dr No" le 5 octobre 1962 a donné le coup d'envoi aux prospères aventures cinématographiques de l'inoxydable agent secret britannique au service de sa Majesté, universellement célébré vendredi, 50 ans plus tard. Et pour lancer les festivités, cette nuit, les notes du générique du prochain James Bond, "Skyfall", interprété par la diva britannique de la soul Adele ont été dévoilés sur internet. La chanson, dans la pure veine des musiques de Bond, s'est placée directement en tête des plus vendues sur iTunes, la boutique en ligne d'Apple (Lire aussi Voici "Let the Skyfall", le générique du nouveau James Bond). Elle a été révélée trois semaines avant la sortie du film en salle de Sam Mendes -à partir du 26 octobre-, dernier épisode en date d'une lucrative saga qui a engrangé au box-office mondial plus de 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros).
 
En attendant le film, dans lequel le musclé Daniel Craig campera pour la troisième fois James Bond, les fans peuvent acquérir quelques-uns des objets mythiques des films, mis en vente par Christie's. En plus de quarante lots proposés en ligne depuis le 28 septembre, dix sont vendus vendredi soir dans les locaux londoniens de la célèbre maison d'enchères. Le clou de la collection est l'Aston Martin DBS noire conduite par Daniel Craig dans la scène d'ouverture de "Quantum of Solace" (2008), lors d'une course poursuite sur les routes italiennes. La voiture est estimée entre 100.000 et 150.000 livres (entre 125.000 et 190.000 euros). Une vente excpetionnelle qui ponctue une journée James Bond dans le monde entier avec notamment la sortie d'un documentaire, "Everything or Nothing: The Untold Story of 007" réalisé par Stevan Riley,un happening au Musée d'Art moderne de New York (MoMa), dédié à "Goldfinger" (1964), une nuit consacrée aux musiques des 22 films de James Bond est organisée par l'Académie des Arts et des Sciences du cinéma de Los Angeles...

Joyau du patrimoine britannique
 
Cinquante ans après son apparition sur grand écran, le plus célèbre agent du MI6, macho séducteur adepte des voitures puissantes et des gadgets technologiques dernier cri, a su résister aux bouleversements historiques et culturels du monde. Cette icône mondiale est vue au Royaume-Uni comme un joyau du patrimoine national : en témoigne son rôle aux côtés de la reine lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. "Bonsoir, M. Bond" lui lance Elizabeth II avant de l'accompagner pour un parachutage fictif sur le stade olympique, qui a fait forte impression.
 
"La réputation de Bond, qui est devenu une marque internationale, signifie que si vous êtes des services de renseignements britanniques, vous pouvez aller partout dans le monde (...), les gens savent qui vous êtes, ce que vous représentez, une petite lumière s'allume dans leur tête : James Bond !", a expliqué sur la BBC Alan Judd, auteur de romans d'espionnage qui travaillait auparavant pour le Foreign Office.
 
L'agence du tourisme britannique a d'ailleurs lancé une campagne en utilisant le slogan "Bond is GREAT Britain", entrecoupant les vues de paysages emblématiques du pays avec des passages des films. "007 a réalisé de nombreuses missions critiques pour la Reine et le pays, donc il est légitime que nous en appelions à ses services maintenant pour encourager davantage de personnes à venir en vacances en Grande-Bretagne", souligne Mark Di-Toro, de VisitBritain.
 

Commenter cet article

  • le_lutin_paris : C'est votre avis, beaucoup, dont moi, pensent l'inverse. En tout cas, il a signé pour encore 2 autres films, au moins.

    Le 05/10/2012 à 17h12
  • gockwerb : Vivement qu'on passe à un autre James Bond. Daniel Craig n'incarne en rien 007...

    Le 05/10/2012 à 16h18
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience