En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

Avis Du Jour : Inside Man

Edité par
le 29 juin 2006 à 03h05
Temps de lecture
5min
insidemanhaut

insidemanhaut /

Dossiers
L'Avis du Jour met en avant l'opinion rédigée et argumentée de l'un des membres du forum de dvdrama. Stanislas Berton donne aujourd'hui son sentiment sur Inside Man, le dernier Spike Lee.



Inside Man ou pour nos chers esprits franco centrés : L’homme de l’intérieur. Pourquoi ce sous- titre ridicule ? Une traduction plus appropriée eut été : « La Taupe » voire « L’homme à l’intérieur » ou pourquoi pas pour lui donner une touche plus artistico contemplative ou série B d’aventure intra corporelle au choix : « A l’intérieur de l’Homme » ?
Mais non, ce fut « L’homme de l’intérieur », qui dans ce beau pays de France obsédé par l’ordre et la sécurité et dans lequel on se plaint également de la présence de flics à chaque coin de rue, laisse planer le doute persistant pendant toute la durée du film que Nicolas Sarkozy va surgir d’un coin sombre et arrêter tout le casting en prônant la rupture et botter le cul à ces quatre braqueurs de banque, trop intelligents pour être de simples braqueurs de banque et encore moins pour être arrêtés par Monsieur Sarkozy. Lequel, rassurez-vous, s’abstient de toute intervention dans ledit métrage.

Le réalisateur, Spike Lee, fait lui preuve de beaucoup moins de retenue. Avec une virtuosité tantôt ébouriffante, tantôt tape à l’œil, il fait progressivement monter la sauce (ou devrais je dire plutôt le soufflé) et la tension en entrecoupant son long flash back relatant le braquage par des morceaux des interrogatoires des différents suspects et parvient grâce à cet habile artifice à faire naître chez le spectateur un sentiment trouble : celui d’être complètement omniscient (intérieur/extérieur de la banque, côté flic/otages/magouilleurs en haut lieu, avant/après) mais en même de sentir furieusement que quelque chose ne tourne pas rond et qu’il est en train de se faire mener joyeusement en bateau.



Bingo ! Sans vouloir gâcher le suspens (d’un autre côté on m’a fait le coup pour Sixième Sens et Usual Suspects) on se rend compte dès la fin du générique que effectivement on s’est fait un peu avoir et que Inside Man est une belle esbroufe, un non film, une mise en abîme vertigineuse. Question de point de vue.
En d’autres termes Inside Man c’est beaucoup de bruit et deux heures pour pas grand-chose.
« Mais alors tout ce plan tordu, cette virtuosité machiavélique ce n’était finalement que pour… » bref une vague histoire de règlements de compte historique dont on se contrefout totalement et qui fait a posteriori office de prétexte pour faire fonctionner un film à plein régime avec un moteur à vent pendant plus de deux heures. Et pour réussir cet exploit, il faut bien avouer que Inside Man, c’est palpitant, roublard mais palpitant.


En étant honnête, on décèle bien une vague thématique de fond courant sur la durée du métrage critiquant d’un côté la stigmatisation systématique dont sont victimes les émigrés alors que ceux-ci servent la communauté (tout le monde y passe, normal, c’est New York) tandis que les vrais coupables sont riches, puissants et en liberté (jusqu’à ce que le flic noir tin tin… thématique habituelle chez Spike Lee) et d’un autre côté le portrait d’un monde post 11 septembre rejoignant le flamboyant mais didactique V pour Vendetta sur l’idée que quand tout le monde porte un masque, chacun peut être un terroriste en puissance. La suspicion est partout et le quidam de base comme le terroriste se fondent dans une même masse informe traitée sans distinction par un pouvoir paranoïaque dépassé par les événements.



En creusant un peu, on peut soutenir l’idée qu’ Inside Man est dans un autre registre une vertigineuse mise en abîme et par conséquent une réflexion sur les rapports film/image filmée c'est-à-dire dans ce cas : un film sur quasiment rien sur un braquage pour quasiment rien.
Critique d’Hollywood qui fait des grosses machines pleines de vent, peinture d’un monde qui tourne à vide obsédé par la menace terroriste, code secret en direction des extra terrestres avec les clignements de paupière comme signaux de morse. Les paris sont ouverts.

Finalement, la question fondamentale à vous poser si vous voulez connaître la chance que vous aurez d’apprécier L’homme de l’intérieur est la suivante :
Qu’est ce que vous attendez du cinéma ?
Qu’il ne soit qu’un divertissement destiné à reposer vos neurones abrutis par une journée de travail ou épuisés par la vie, vite vu, vite détendu, vite oublié. Deux heures d’oubli, deux heures de répit ce qui en soi est déjà énorme.
Par contre, si vous pensez que le cinéma, c’est des images en mouvement qui vous changent, vous transforment, établissent un dialogue et vous ouvrent de nouvelles portes aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, vous risquez d’avoir le sentiment d’avoir somptueusement perdu votre temps.
Pour ma part, à la question L’homme de l’intérieur, c’est comment, je répondrai en citant le Barde : Much ado about nothing.



Exprimez-vous ! Pour que le texte de votre choix paraisse dans la rubrique L'avis du jour, envoyez le par mail à laurent.tity@dvdrama.com en précisant sous quel nom ou surnom vous voulez être publiés. Votre texte peut porter sur le sujet de votre choix en rapport avec le DVD ou le cinéma, que ce soit sur un film, un acteur, un réalisateur ou un évènement de l'actualité, ... Tous à vos claviers !
Commenter cet article

  • HellJohn : C'est simple, philip Mon analyse de "Inside Man", je l'ai tapé spécialement pour qu'elle soit publiée, alors j'aimerais bien que ça soit le cas, en plus au moins j'ai une chance de gagner un p'tit dvd.

    Le 30/06/2006 à 01h18
  • philip : Qu'on m'explique en quoi c'ets important cette soudaine publication de ce que tu as pensé du film? tu n'as qu'à faire comme d'hab et copier tout ça sur le forum.

    Le 30/06/2006 à 00h38
  • HellJohn : Ha mais j'y pense... Vu que c'est un avis du jour Contre ("Inside Man"), peut-être que la rédac va publier demain un avis du jour Pour : le mien ! lol ;)

    Le 29/06/2006 à 21h05
  • locktal : Pas d'accord avec cet avis... Je trouve au contraire qu'Inside man est l'un des meilleurs films de Spike Lee, qui fait preuve dans ce film de plus de finesse que dans ses derniers films un peu caricaturaux. Et les problèmes qu'il aborde sont hélas réels. Par ailleurs, ce film est un film de prise d'otage parfaitement maîtrisé, efficace et haletant. L'interprétation est de grande classe et le finale fait vraiment froid dans le dos. Pour moi, un excellent opus de Spike Lee, ni prévisible ni caricatural...

    Le 29/06/2006 à 16h01
  • HellJohn : Ouais Bah j'attends toujours qu'ils publient mon analyse de "Inside Man".

    Le 29/06/2006 à 13h14

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      WAT

      logAudience