En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Cannes 2006 décodé

Edité par
le 17 mai 2006 à 06h22
Temps de lecture
4min
TF1/LCI Festival de Cannes 2006 Palais des festivals
À lire aussi
News Ciné-Séries La ville de Cannes s'apprête à vivre sa quinzaine la plus effervescente de l'année avec l'ouverture de son 59e Festival. Et pour marquer l'événement, le film très attendu "Da Vinci Code" fait l'ouverture hors compétition. 20 films briguent cette année la Palme d'or décernée par un jury présidé par le cinéaste hongkongais Wong Kar-Wai.

Retrouvez la chronique cannoise de Sandra Freeman !

Mercredi soir. Les festivaliers cannois auront le privilège de découvrir la superproduction Da Vinci Code, adaptée du roman que l'on ne présente plus, réalisée par Ron Howard avec dans les premiers rôles Tom Hanks, Audrey Tautou et Jean Reno. La 59e édition du Festival de Cannes constitue une rampe de lancement idéale pour le long métrage très attendu visible depuis l'après-midi en France et dans la foulée dans le reste du monde. Le film ne sort que vendredi aux Etats-Unis. Inutile de dire que pas grand monde ne peut échapper à la déferlante Da Vinci Code qui submerge depuis quelques jours de la plupart des médias.

Est-ce que cela peut porter une ombre sur le reste de la présentation cannoise ? Pas du tout. Au contraire semblent dire les organisateurs qui comptent bien capitaliser sur l'événement. D'autant que la semaine prochaine, une autre grosse production américaine viendra faire un tour sur la Croisette, hors-compétition là encore, le troisième volet de X-Men signé Brett Ratner et qui promet une belle montée des marches avec Halle Berry, Hugh Jackman ou encore Ian McKellen.

"Renouvellement"

Entre et après ses deux superproductions, la compétition de "renouvellement", comme la qualifie la direction du festival, verra s'affronter vingt films sur 1.500 visionnés. Aux côtés de nouveaux venus comme le Chinois Lou Ye, l'Italien Paolo Sorrentino, ou le Britannique Andrea Arnold distingué dès son premier long métrage (Red road), Cannes reste fidèle à son souci de refléter l'actualité : les attentats du 11 septembre 2001 seront abordés par le réalisateur Paul Greengrass (Vol 93), mais aussi par Oliver Stone qui présentera 20 minutes de son prochain film World Trade Center.

Les festivaliers retrouveront également des abonnés de la Croisette, comme l'Italien Nanni Moretti (Le caïman), l'Espagnol Pedro Almodovar (Volver) ou le Britannique Ken Loach qui vient pour la huitième fois avec Le vent se lève. Très attendue également l'Américaine Sofia Coppola qui présente "Marie-Antoinette". La France est représentée par trois films : Flandres de Bruno Dumont, Selon Charlie de Nicole Garcia, et Quand j'étais chanteur de Xavier Giannoli.

Wong Kar-Wai et ses jurés

Si le cinéma asiatique est moins présent que les années précédentes, il est grandement représenté par le président du jury, le réalisateur de Hong Kong, Wong Kar-wai. Pour le seconder, Gilles Jacob et son équipe ont fait appel à l'actrice chinoise Zhang Ziyi (Tigre et Dragon, La maison des poignards volants, Mémoires d'une geisha), la réalisatrice argentine Lucrecia Martel (La Cienaga), l'actrice anglaise Helena Bonham Carter (Chambre avec vue, Big Fish), l'acteur américain Samuel L. Jackson (Kill Bill, Star Wars...), le réalisateur français Patrice Leconte (Ridicule, Les Bronzés 3), le réalisateur palestinien Elia Suleiman (Intervention divine), l'acteur et réalisateur anglais Tim Roth (Pulp Fiction, The War Zone) et l'actrice italienne Monica Bellucci.

Le couple qu'elle forme avec Vincent Cassel ne sera pas séparé pendant la quinzaine cannoise puisque le comédien français a été choisi pour être le maître des cérémonies d'ouverture et de clôture. Le palmarès sera connu le dimanche 28 mai peu avant la projection du film français, Transylvania de Tony Gatlif, avec Asia Argento et Amira Casar.

(Photo : devant le Palais des festivals - LCI)

Commenter cet article

  • David : Je l aime pas trop ce festival (pue le fric)...mais la presence d Elia Souleimane est bienvenue...

    Le 17/05/2006 à 17h14
      Nous suivre :
      Le Bardarbunga : un volcan sous haute surveillance

      Le Bardarbunga : un volcan sous haute surveillance

      logAudience