En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

César 2012 : six récompenses pour The Artist !

Edité par
le 24 février 2012 à 20h30 , mis à jour le 25 février 2012 à 08h45.
Temps de lecture
5min
Les César

Les César / Crédits : DR

À lire aussi
NewsLe déroulé de la soirée avec le palmarès qui consacre The Artist de Michel Hazanavicius.
 

Le palmarès des César 2012 est dévoilé ! Un événement qu'Excessif.com vous a fait vivre en direct et qui a vu la victoire de The Artist avec six récompenses. Retour sur la soirée minute par minute et le palmarès complet de la 37e cérémonie des César du cinéma français.
The Artist de Michel Hazanavicius
Pour ouvrir cette cérémonie, c'est un Guillaume Canet tendu et ému qui consacre la bonne santé du cinéma français "en dépit du téléchargement" sans trop entrer dans les détails. Quelques bons mots pour masquer son anxiété.

Il en profite pour livrer un hommage au regretté ingénieur de son Pierre Gamet.

 

S'ensuit  le traditionnel montage d'Antoine De Caunes qui, à la façon de Billy Crystal, parcourt les films nommés de l'intérieur. Le montage se termine sur la scène de boîte de nuit qui se poursuit comme par magie sur la scène du théâtre du Chatelet, avec JoeyStarr sur scène.

 

Une fois au micro, Antoine De Caunes enchaîne les jeux de mots qui ne fonctionnent pas vraiment sur le public, soulignant les thématiques dures des succès populaires (pédophilie, chômage, maladie), mettant encore en avant les records de cette années au cinéma.

 

C'est ensuite Tahar Rahim qui remet le César du meilleur espoir féminin ex æquo à Naidra Ayadi pour Polisse et la grande Clotilde Hesme pour Angèle et Tony. Avant qu'Antoine De Caunes vanne Omar Sy sur son rire "sonore".

 

Vient ensuite Mathilde Seigner et "ses listes" qui cite quelques grands acteurs passés un jour par la case des seconds rôles, avant de récompenser Michel Blanc dans L'Exercice de l'Etat. Son premier César ! Mathilde Seigner, intenable, demande à JoeyStarr de monter sur scène car il était son préféré. Sympa pour Michel Blanc...

 

Passée une nouvelle vanne d'Antoine De Caunes concernant le pirate qui aurait leaké une copie d'Intouchables sur internet, c'est Helena Noguerra qui remet le César des meilleurs costumes à Anaïs Romand pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close. Un nouveau clin d'oeil aux phrases de sa maman Lio, et une blague de De Caunes sur Pétain plus tard et elle remet le César des meilleurs décors à l'américain Laurence Bennett pour The Artist.

 

C'est Alexandre Astier, venu sans son armure, mais suivi de personnages déguisés, dont un dragon, et pressé par Antoine de Caunes, qui remet le César du meilleur film d'animation au Chat du rabbin réalisé par Joann Sfar et Antoine Delesvaux. Il y parvient grâce au mot-clé "clé".

 

C'est Aura Atika, décolleté en valeur, qui vient remettre le César du meilleur espoir masculin à Grégory Gadebois pour Angèle et Tony.Deux César pour le film d'Alix Delaporte.

 

Antoine De Caunes fait des blagues sur le prochain Desplechin qu'il imagine en 3D avant d'appeler Sylvie Testud et son grand décolleté vide pour remettre le César du meilleur premier film au Cochon de Gaza réalisé par Sylvain Estibal, évoquant sur scène le 7ème lard. L'humour est à l'ordre du jour pour les César.

 

Julie Ferrier vient ensuite déguisée sur scène pour un sketch sur les animaux de cinéma, un moment de malaise dans la salle qui pouffe poliment. Fort heureusement elle appelle un chien à la rescousse, bien plus drôle.

 

Elle revient ensuite sans perruque pour remettre le César du meilleur film documentaire, après avoir évoqué le Patrick Dewaere de Marc Esposito, à Tous au Larzac réalisé par Christian Rouaud, ému et locace.

 

Alice Taglioni s'amuse à citer basiquement Nietzsche, fredonne du John Williams, imite Dark Vador, invite le public rétissant à la suivre, avant de remettre le César de la meilleure musique à Ludovic Bource pour The Artist.

 

C'est le moment de rendre hommage à la belle Kate Winslet, qui a bien mis ses atouts en avant ce soir. Avec un accent à couper au couteau, Antoine De Caunes loue son naturel tout en envoyant quelques piques aux actrices vieillissantes ayant recours à la chirurgie esthétique. Puis vient le montage d'extraitsqui n'oublie ni Titanic ni Créaturescélestes. Et c'est Michel Gondry, qui l'a dirigée dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind qui lui remet son César d'honneur devant une salle debout, lui ayant auparavant récité un fantastique poème, le moment le plus drôle de la soirée jusque là. Bonne joueuse, elle renvoie la balle à Gondry.

 

Vient ensuite l'attendue vanne Megaupload pour ouvrir la séquence nécrologie. Le moment émotion après le moment le plus drôle. L'hommage le plus appuyé allant à Marie-France Pisier.

 

Vient ensuite Kad Merad qui pulvérise le pupitre à son entrée sur scène pour remettre le César de la meilleure actrice dans un second rôle à Carmen Maura dans Les Femmes du 6e étage. La seconde actrice étrangère à recevoir ce type de récompense.

 

Antoine De Caunes entame ses blagues sur Intouchables et son succès en Allemagne avant qu'un trio magique composé de Zoé Félix, Audrey Fleurot et Olivia Bonamy récompense le meilleur court métrage, L'Accordeur d'Olivier Treiner.

 

Antoine De Caunes part dans une série de vannes adressées au président de la république et c'est Sara Forestier, complètement délirante dans la relecture de son passage triomphal, qui remet le César du meilleur scénario original à Pierre Schoeler pour L'Exercice de l'Etat.

 

Valérie Lemercier fait son apparition dans un clip Bollywood, suivi par François Berleand en Tamagotchi, avant que Mathieu Kassovitz, cité par Berleand dans son sketch et non sans humour, ne vienne remettre le César de la meilleure photographie à Guillaume Schiffman pour The Artist.

 

Suit un petit malaise quand Antoine De Caunes parle des joints de Pierre Aïm, avant qu'un nouvel hommage soit rendu à Annie Girardot.

 

Frédéric Beigbeider vient ensuite remettre le César du meilleur scénario adapté à Yasmina Reza et Roman Polanski pour Carnage. Une occasion de rappeler Kate Winslet sur scène, les deux étant absents.

 

Antoine De Caunes s'adresse ensuite au ministre de la culture Frédéric Mitterrand, ancien présentateur de la cérémonie, évoquant ses "diableries". Vient ensuite Valérie Bonneton et ses vannes sur l'haleine d'Antoine De Caunes, niveau école primaire, pour remettre le César du meilleur montage à Laure Gardette et Yann Dedet pour Polisse. Puis celui du meilleur son, avec la traditionnelle blague du "son sont" à Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce pour L'Exercice de l'Etat.

 

C'est au tour de Laurent Lafitte de faire son show avec les césar du meilleur français dans l'actrice américaine, très drôle, pour ensuite remettre le César du meilleur film étranger à Une séparation réalisé par Asghar Farhadi.

 

Viennent ensuite Julie Depardieu et Eric Elmosnino dans un sketch pas très drôle, un brin gênant, pour remettre le César du meilleur réalisateur à Michel Hazanavicius pour The Artist. Le quatrième de la soirée.

 

Gilles Lellouche, bien dans son rôle promo pourLes Infidèles, se charge du César de la meilleure actrice qui revient à Bérénice Béjo pour The Artist. Son premier, qu'elle avoue avoir tant voulu dans un déluge d'émotion. (Lire aussi : César 2012 : Bérénice Bejo meilleure actrice surprise)

 

Une "vanne pétard" made in De Caunes plus tard, Nicole Garcia fait sa déclaration d'amour et de courage aux acteurs pour remettre le César du meilleur acteur à Omar Sy pour Intouchables. Une grosse surprise avec un Omar Sy extrêmement ému sur scène, qui gagne ce César pour sa toute première nomination. (Lire aussi : César 2012 : Omar Sy meilleur acteur)

 

C'est enfin Guillaume Canet, apaisé par rapport à son ouverture, qui remet la récompense suprême, le César du meilleur film, à The Artist (produit par Thomas Langmann réalisé par Michel Hazanavicius) le grand vainqueur de la soirée et qui continue sa moisson de prix. (Lire aussi : Les César n'ont pas raté The Artist)

 


Pour cette 37e Cérémonie des César, voici la liste des lauréats :

 

Meilleur film
L'Exercice de l'Etat (produit par Denis Freyd réalisé par Pierre Schoeler)
La Guerre est déclarée (produit par Edouard Weil réalisé par Valérie Donzelli)
Le Havre (produit par Fabienne Vonier réalisé par Aki Kaurismaki)
Intouchables (produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou, Laurent Zeitoun réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache)
Pater (produit par Michel Seydoux réalisé par Alain Cavalier)
Polisse (produit par Alain Attal réalisé par Maïwenn)
The Artist (produit par Thomas Langmann réalisé par Michel Hazanavicius)

Meilleur réalisateur
Alain Cavalier pour Pater
Valérie Donzelli pour La Guerre est déclarée
Michel Hazanavicius pour The Artist
Aki Kaurismaki pour Le Havre
Maïwenn pour Polisse
Pierre Schoeler pour L'Exercice de l'Etat
Eric Toledano et Olivier Nakache pour Intouchables
 
Meilleure actrice
Ariane Ascaride pour Les neiges du Kilimandjaro
Bérénice Béjo pour The Artist
Leïla Bekthi pour La Source des femmes
Valérie Donzelli pour La Guerre est déclarée
Marine Foïs pour Polisse
Marie Gillain pour Toutes nos envies
Karin Viard pour Polisse

Meilleur acteur
Sami Bouajila pour Omar m'a tuer
François Cluzet pour Intouchables
Jean Dujardin pour The Artist
Olivier Gourmet pour L'Exercice de l'Etat
Denis Podalydes pour La Conquête
Omar Sy pour Intouchables
Philippe Toretton pour Présumé coupable

Meilleure actrice dans un second rôle
Zabou Breitman dans L'Exercice de l'Etat
Anne Le Ny dans Intouchables
Noémie Lvovksy dans L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Carmen Maura dans Les Femmes du 6e étage
Karole Rocher dans Polisse

Meilleur acteur dans un second rôle
Michel Blanc dans L'Exercice de l'Etat
Nicolas Duvauchelle dans Polisse
Joey Starr dans Polisse
Bernard Le Coq dans La Conquête
Frédéric Pierrot dans Polisse
 

Meilleur espoir féminin
Naidra Ayadi pour Polisse
Adèle Haenel pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Clotilde Hesme pour Angèle et Tony
Céline Sallette pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Christa Théret pour La Brindille

Meilleur espoir masculin
Nicolas Bridet pour Tu seras mon fils
Grégory Gadebois pour Angèle et Tony
Guillaume Gouix pour Jimmy Rivière
Pierre Niney pour J'aime regarder les filles
Dimitri Storoge pour Les Lyonnais

Meilleur scénario
Valérie Donzelli, Jérémy Elkaïm pour La Guerre est déclarée
Michel Hazanavicius pour The Artist
Maïwenn et Emmanuelle Bercot pour Polisse
 Pierre Schoeler pour L'Exercice de l'Etat
Eric Toledano et Olivier Nakache pour Intouchables

Meilleure adaptation
David Foenkinos pour La Délicatesse
Vincent Garenq pour Présumé coupable
Olivier Gorce, Roschdy Zem, Rachid Bouchareb, Olivier Lorelle pour Omar m'a tuer
Mathieu Kassovitz, Pierre Geller, Benoît Jaubert pour L'Ordre et la morale
 Yasmina Reza et Roman Polanski pour Carnage

Meilleur film d'animation
Le Chat du rabbin réalisé par Joann Sfar et Antoine Delesvaux
Le Cirque réalisé par Nicolas Brault
La Queue de la souris réalisé par Benjamin Renner
Le Tableau réalisé par Jean-François Laguionie
Un monstre à Paris réalisé par Bibo Bergeron

Meilleur premier film
17 filles réalisé par Muriel et Delphine Coulin
Angèle et Tony réalisé par Alix Delaporte
Le Cochon de Gaza réalisé par Sylvain Estibal
La Délicatesse réalisé par Stéphane et David Foenkinos
My Little Princess réalisé par Eva Ionesco

Meilleur film étranger
Black Swann réalisé par Darren Aronofsky
Discours d'un roi réalisé par Tom Hooper
Drive réalisé par Nicolas Winding Refn
Le Gamin au vélo réalisé par Jean-Pierre et Luc Dardenne
Incendies réalisé par Denis Villeneuve
Melancholia réalisé par Lars Von Trier
Une séparation réalisé par Asghar Farhadi

Meilleur documentaire
Le Bal des menteurs réalisé par Daniel Leconte
Crazy horse réalisé par Frederick Wiseman
Ici on noie les Algériens réalisé par Yasmina Adi
Michel Petrucciani réalisé par Michael Radford
Tous au Larzac réalisé par Christian Rouaud

Meilleur court métrage
L'Accordeur d'Olivier Treiner
La France qui se lève tôt de Hugo Chesnard
J'aurais pu être une pute de Baya Kasmi
Je pourrais être votre grand-mère de Bernard Tanguy
Un monde sans femmes de Guillaume Brac

Meilleure musique
Alex Beaupain pour Les Bien-aimés
Bertrand Bonello pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Ludovic Bource pour The Artist
M et Patrick Renson pour Un monstre à Paris
Pierre Schoeler pour L'Exercice de l'Etat

Meilleur montage
Anne-Sophie Bion et Michel Hazanavicius pour The Artist
Laurence Briaud pour L'Exercice de l'Etat
Pauline Gaillard pour La Guerre est déclarée
Laure Gardette pour Polisse

Dorina Rigal Ansous pour Intouchables

Meilleur son
Pascal Armant, Jean Goudier, Jean-Paul Hurier pour Intouchables
Jean-Pierre Duret, Nicolas Moreau, Jean-Pierre Laforce pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Olivier Hespel, Julie Brenta et Jean-Pierre Laforce pour L'Exercice de l'Etat
Nicolas Provost, Rym Debbarh-Mounier, Emmanuel Croset pour Polisse
André Rigaut, Sébastien Savine, Laurent Savinet pour La Guerre est déclarée

Meilleure photo
Pierre Aïm pour Polisse
Josée Deshaies pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Julien Hirsch pour L'Exercice de l'Etat
Guillaume Schiffman pour The Artist
Mathieu Vadepied pour Intouchables

Meilleurs costumes
Catherine Baba pour My Little Princess
Mark Bridges pour The Artist
Christian Gasc pour Les Femmes du 6e étage
Viorica Petrovici pour La Source des femmes
Anaïs Romand pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
 

Meilleurs décors
Laurence Bennett pour The Artist
Alain Guffroy pour L'Apollonide, souvenirs de la maison close
Pierre-François Limbosch pour Les femmes du 6e étage
Jean Marc Tran Tan Ba pour L'Exercice de l'Etat
Wouter Zoon pour Le Havre

Commenter cet article

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      WAT

        Nicole Scherzinger se livre dans Big Fat Lie

      logAudience