En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Clash de la semaine : Bradley Cooper VS Colin Farrell

Edité par
le 07 juin 2011 à 00h02
Temps de lecture
5min
Bradley Cooper dans Limitless de Neil Burger

Bradley Cooper dans Limitless de Neil Burger / Crédits : Gaumont

À lire aussi
DossiersCette semaine, le clash oppose Bradley Cooper, le beau-gosse de Very Bad Trip à Colin Farrell, icône un peu fanée de London Boulevard. Mâle et sexy en diable !
Very Bad Trip 2 de Todd Phillips

 

BRADLEY COOPER

 

DATE ET LIEU DE NAISSANCE. Le 5 janvier 1975 à Philadelphie, en Pennsylvanie.

 

BON A SAVOIR. Il parle bien le français, qu'il a appris au cours d'un échange scolaire de 6 mois à l'université, et qui l'amena à vivre dans une famille française à Aix-en-Provence.

 

VIE PRIVEE, VIE PUBLIQUE. Il a été marié à l'actrice Jennifer Esposito de décembre 2006 à octobre 2007. Et il s'est séparé très récemment de Renée Zellweger avec laquelle il est resté plus de deux ans.

 

SES DEBUTS. Après ses études, Bradley se lance dans le métier d'acteur. Il commence dans un épisode de Sex and the City, dans les séries The $treet, Alias, Kitchen Confidential ou encore Nip/Tuck. Au cinéma, on le découvre dans Serial noceurs, une comédie fun avec Vince Vaughn et Owen Wilson.

 

LE FILM SUCCES. Pour une mise de départ de 35 millions de dollars, Very Bad Trip en a rapporté plus de 465 au box-office mondial (en France, près de 2 millions de spectateurs l'ont vu en salles), ce qui en fait, à ce jour, le plus gros succès de tous les temps pour une comédie classée R (interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés). Et ce n'est pas fini, le film faisant également un carton en DVD. Rien qu'aux Etats-Unis, il s'agit d'ores et déjà du plus gros succès pour une comédie en DVD, la somme de ses locations et de ses ventes devant cumuler, en fin de carrière, aux alentours des 10 millions d'unités.

 

SON MEILLEUR FILM. Very Bad Trip

 

IL A DIT. A propos des rumeurs sur son homosexualité : "Je trouve ça cool d'être pris pour un gay. Si l'on en croit toutes ces rumeurs, tous les célibataires mâles de Hollywood sont gays!"

 

SA VIDEO CULTE.

 

 

Colin Farrell dans le film Le Rêve de Cassandre

 

COLIN FARRELL

 

DATE ET LIEU DE NAISSANCE. Le 31 mai 1976 à Castleknock, dans la banlieue de Dublin

 

BON A SAVOIR. L'imprévisible Colin Farrell ne cesse de surprendre au gré de ses prestations filmiques dans des œuvres aussi dissemblables qu'Alexandre d'Oliver Stone et Le Nouveau monde, de Terrence Malick. Pourtant, il est loin de faire l'unanimité. Ses mots, tranchants, sont pourvus d'une lucidité et d'une honnêteté qui renforcent la séduction. Colin atteste : "tout ce que l'on dit sur Hollywood est vrai : hypocrisie, connerie, duperie... ce n'est pas le genre d'endroit que je fréquente. Là-bas, si tu n'es pas un acteur qui rapporte de l'argent, tu n'existes pas." Loin de soigner, voire de policer son image, l'acteur a des plaisirs aussi simples que ceux de Bacchus : faire la fête, fumer des Malboro Light ou des joints, boire de la bière, regarder des tas de dvd et surtout être en présence de femmes. Il a réalisé son rêve le plus cher : jouer aux côtés d'Al Pacino, dans La Recrue ; en effet, Colin admire depuis qu'il est très jeune ce « monstre » d'Hollywood.

 

VIE PRIVEE, VIE PUBLIQUE. Il a eu une brève relation avec Muireann McDonnell, une jeune étudiante en médecine. Colin Farrell est maintenant père de deux enfants d'unions différentes. Il a un premier garçon James Padraig Farrell avec le mannequin Kim Bordenave. Et son deuxième garçon Henry Tadeusz Farrell né de sa relation avec l'actrice (et chanteuse polonaise) Alicja Bachleda-Curus qu'il a rencontrée sur le tournage d'Ondine.

 

SES DEBUTS. A la fois rugueux et touchant, insaisissable et bourrin, instinctif et animal, Colin Farrell est le paradoxe le plus singulier du cinéma US actuel. En seulement quelques années, son ascension a été spectaculaire. Dernier d'une famille de quatre enfants, Colin naît prématuremment en 76 (même pas un kilo à sa naissance) et découvre très vite le cinéma en compagnie de sa sœur cadette qui elle aussi se régale de bobines. Jeunot, il admire Al Pacino et Marylin Monroe - il a même longtemps pensé que l'icône glamour de l'Amérique Kennedyiste redescendrait du ciel ! - et il n'est pas impossible que ce premier l'ait inspiré pour performer son personnage dans Miami Vice, que d'aucuns voient déjà comme le nouveau Scarface. Selon la tradition familiale, il sera footballeur (son père et son oncle ont été deux grands footballeurs professionnels) mais toujours pas remis de Certains l'aiment chaud, l'un des films qu'il aime le plus au monde, Colin décide au grand dam de sa famille d'embrasser la carrière de comédien.

 

LE FILM SUCCES. Les journalistes aimeraient lui coller une étiquette (on le compare souvent à un Brad Pitt Irlandais ou même au meilleur import irlandais depuis la Guiness) mais on n'y arrive pas. On aimerait le caser dans un registre mais c'est impossible. On aimerait le critiquer mais c'est difficile. Colin Farrell n'est pas une star au sens Hollywoodien du mot. C'est un bloc entier qui jure, crache, cause de tout sans tabous, fréquente les meilleurs plateaux de cinéma, impose sa présence magnétique (la caméra donne souvent l'impression d'être amoureuse de lui) et se fiche de ce que l'on peut penser de lui. Le Carpe Diem tatoué sur son corps n'est pas là par hasard : il a très bien compris que la vie est dure comme courte et qu'il n'y a pas de temps à perdre. Sa prestation (remarquée) dans Tigerland lui permet de voler la vedette à Bruce Willis dans l'intéressant Mission Evasion, de Gregory Hoblit ; et de figurer aux côtés de Tom Cruise dans Minority Report, film de SF formellement immense et secrètement subversif (Spielberg renonce à l'idée de perfection et la conception d'une société ricaine parfaite) qui arrache les mirettes au propre comme au figuré. Dans le film susmentionné, l'acteur met subtilement en valeur un personnage secondaire passionnant. Alternant gros blocs et productions intimistes, Farrell slalome et en profite pour révéler une étonnante palette émotionnelle lui permettant d'exprimer n'importe quelle situation.

 

SON MEILLEUR FILM. Miami Vice.  

 

IL A DIT. "A mes 17 ans j'ai traversé une période de grave dépression. J'ai fini sur le divan d'un psy qui m'a fait noter tout ce que je prenais en une semaine. Trop d alcool et de drogue pour ma santé. J'ai divisé les doses par deux

 

SA VIDEO CULTE.

 

 

 

Commenter cet article

  • mrcinecine : Son meilleur film de colin farell : Miami Vice??? euh franchement non...rien que "Minority Report" est largement mieux après c'est vrai que ce n'est qu'un rôle secondaire.

    Le 23/01/2012 à 12h52
      Nous suivre :
      WAT

        BuzzMoiLeZap #43

      logAudience