En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le Magasin des suicides : noir, c'est noir

par
le 25 septembre 2012 à 17h40 , mis à jour le 26 septembre 2012 à 09h36.
Temps de lecture
3min
Le Magasin des suicides de Patrice Leconte

Le Magasin des suicides de Patrice Leconte / Crédits : ARP Sélection

A lire aussi
News Ciné-Séries Patrice Leconte a choisi le film d'animation musical pour adapter le livre de Jean Teulé. Une mise en scène inspirée mais un scénario en deçà des espérances.

Dans une ville où les citoyens sont tous dépressifs, la maison Tuvache se porte bien. Cette famille tient une boutique où l'on vend les meilleurs accessoires pour se donner la mort et chaque membre de la maisonnée broie du noir en inventant des remèdes à la vie. Jusqu'au jour où la patronne accouche d'un bébé souriant qui deviendra un petit garçon respirant le bonheur, au grand dam de ses parents.

Une fantaisie mortuaire 

Adapter "Le Magasin des suicides" au cinéma n'était pas une mince affaire. L'idée d'un film d'animation est sûrement la meilleure, l'oeuvre de Jean Teulé regorgeant d'idées saugrenues et baignant dans une atmosphère humorostico-macabre. C'est ce que retranscrit à merveille la mise en scène de Patrice Leconte avec ces mises à mort potaches et son sentiment de désespoir urbain. Visuellement, le long-métrage mise sur la fantaisie mortuaire : les couleurs éclatent comme des bulles de poison, les contrastes se balancent au bout des cordes et les décors fourmillent de lames tranchantes. Le film pétarade dans tous les sens graphiques et sait aussi proposer des instants de grâce.

Si la mise en scène du cinéaste parvient à habiller le roman original avec subversion et élégance, les choix scénaristiques manquent quant à eux d'un grain de folie pour remporter totalement l'adhésion. Si de bons choix perdurent (l'introduction, le climax), le reste séduit moins (la fin guimauve par exemple). Les chansons viennent surtout  plomber le rythme de l'oeuvre comme si le film se jetait avec un parpaing dans les eaux boueuses d'une mauvaise cadence. "Le Magasin des suicides" respire l'énergie et déborde d'efforts mais il aurait gagné en simplicité narrative, l'apport musical étant trop présent pour que l'intrigue ne s'émancipe avec la beauté d'un corps qui tombe dans la nuit.

Commenter cet article

  • sweams570 : Hier après avoir vu "The secret" qui est un excellent film avec un très bon scénario ! J'ai voulu enchainer avec "le magasin des suicides" je suis fan de Tim Burton, Mais dès le générique de début il y a eu un couac une espèce de Tim Burton un peu délavé avec une sonorité à la Danny Elfmann captivante mais sans vraiment être à la hauteur. Un peu comme jouer un morceau magnifique sans avoir le talent qui va avec. ça sonne pas mal, mais c'est sans envergure. Ce film n'est pas mauvais, j'ai vu pire, mais pour la première fois après 40 minutes j'ai craqué et j'ai préféré rentré chez moi me passer "l'étrange noel de monsieur jack". Un Tim Burton sans la maitrise, ni le talent qui va avec. Curieux allez-y mais il ne faut pas être trop exigeant.

    Le 29/09/2012 à 16h24
  • barbac56 : Dommage que cela soit une comédie musicale. Je n'irait donc pas le voir.

    Le 26/09/2012 à 08h42
  • marianou33 : J'ai vu la bande-annonce, mais je n'aime pas la qualité du dessin...Je n'irai pas le voir, dommage, parceque l'histoire me semblait originale...

    Le 26/09/2012 à 06h37
      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      logAudience