En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Operacion E

Operacion E : l'autre versant de l'histoire du fils de Clara Rojas

par
le 28 novembre 2012 à 05h45
Temps de lecture
3min
Operacion E de Miguel Courtois Paternina

Operacion E de Miguel Courtois Paternina / Crédits : EuropaCorp Distribution*

News Ciné-Séries Le réalisateur Miguel Courtois Paternina nous propose de suivre l'histoire vraie d'un paysan colombien à qui les Farc ont imposé la garde de l'enfant de l'otage Clara Rojas, enlevée en même temps qu'Ingrid Betancourt. Dans les salles à partir d'aujourd'hui.

Tout le monde se souvient de la médiatisation autour de l'enfant de Clara Rojas, né en captivité en janvier 2004 alors que sa mère était retenue par les FARC en pleine jungle colombienne. Mais ce n'est que trois ans plus tard que l'existence de l'enfant, Emmanuel, est révélée par un détenu qui avait réussi à s'échapper. On sait depuis que l'enfant, malade, souffrant d'un bras cassé, avait été séparé de sa mère et confié à un paysan pour qu'il en prenne soin. L'histoire d'"Operacion E", réalisé par Miguel Courtois Paternina, démarre à ce moment-là et permet de faire la lumière sur la période entre la naissance de l'enfant et la libération de sa mère en janvier 2008.

On découvre alors les conditions de vie de cet homme, déjà à la tête d'une famille nombreuse, dans la jungle hostile mais aussi dans une zone de guerre, ses difficultés à nourrir correctement tout le monde mais surtout son incapacité à trouver de quoi soigner l'enfant. Un jour, il décide de fuir pour la santé du petit et le bien de sa famille... Commence alors un parcours épique semé de difficultés.

"Operacion E" se laisse voir de deux façons. On apprécie le côté documentaire du film qui raconte, sans forcément prendre parti, une histoire aussi incroyable que passionnante de deux destins. Grace à un minutieux travail d'enquête en Colombie, le réalisateur éclaire le spectateur sur les nombreuses zones d'ombres qui entouraient cette affaire lors de sa révélation. Surtout, il réhabilite un homme que tout le monde, que ce soit dans le camp des Farc ou dans celui du gouvernement colombien, croyait coupable, accusé d'avoir kidnappé l'enfant alors qu'il ne cherchait que son bien-être. Il passera six ans en prison, avant d'être libéré au mois d'avril dernier sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Entre documentaire et thriller politique, "Operacion E" parvient à trouver son équilibre et ne laisse pas son spectateur indifférent.

Commenter cet article

  • Cinéphile : Excellente critique ! Bravo et merci

    Le 29/11/2012 à 00h44
  • hifrane : Comme toute ideologie ...

    Le 28/11/2012 à 13h48
  • gamalix : Que de vies cassées pour une idéologie !!!!

    Le 28/11/2012 à 08h05
      Nous suivre :
       Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      Patrick Juvet à Renaud : "Si il veut qu’on parle, je suis là"

      logAudience