En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

W./E. : Wallis et Edouard : Madonna au cinéma, verdict ?

RLV photo par
le 08 mai 2012 à 06h00 , mis à jour le 09 mai 2012 à 11h24.
Temps de lecture
4min
Madonna

Madonna, lors de l'avant-première de son film W.E., à Londres, le 11 janvier 2012 / Crédits : Abacapress.com

A lire aussi
News Ciné-Séries Si, en musique, Madonna est une icône indiscutable de la pop, au cinéma, c'est quand même une autre histoire. La preuve avec "W./E. : Wallis et Edouard", son second long métrage, sifflé à la dernière Mostra de Venise et dès mercredi dans les salles.

Londres, décembre 1936. Pour pouvoir épouser l'Américaine Wallis Simpson, déjà deux fois divorcée, le Roi Edouard VIII est contraint d'abdiquer, quelques mois seulement après le début de son règne. New-York, février 1998. Malheureuse dans son mariage, Wally Winthrop passe ses journées à l'exposition qui précède la vente aux enchères, chez Sotheby's, des objets ayant appartenus au Duc et à la Duchesse de Windsor. Wally découvre alors peu à peu ce qu'a été la vie de Wallis...
 
Il est toujours phénoménal de voir à quel point, encore aujourd'hui, la star Madonna inspire le monde de la musique. Même lorsque la qualité et les ventes de ses albums varient, elle est au sommet. Au cinéma, le parcours s'avère moins heureux.
 
Depuis le temps qu'elle essaye, Madonna n'a jamais réussi à faire ses preuves que ce soit dans le registre de la comédie ("Who's that girl?" qui aujourd'hui reste connu pour le tube homonyme), de l'érotisme racoleur ("Body" et ses concours de cire sur le torse de Willem Dafoe) ou du biopic ampoulé ("Evita", par un Alan Parker en perte de vitesse).
 
Surtout, elle a loupé quelques propositions qui auraient pu jouer en sa faveur comme par exemple participer à l'un des plus grands films fantastiques des années 90 ("L'échelle de Jacob", d'Adrian Lyne, en 1991 - elle fut remplacée au dernier moment par Elizabeth Peña) ou même à un film culte controversé ("Boxing Helena", de Jennifer Chambers Lynch). Aujourd'hui, elle doit s'en mordre les doigts.  

D'actrice à réalisatrice

Au cinéma, sa dernière prestation en tant qu'actrice remonte à "A la dérive", de son ex-boyfriend Guy Ritchie, un nanar absolu. Faute d'avoir percé en tant qu'actrice, Madonna passe derrière la caméra.

"Obscénité et Vertu" (2008) sera son coup d'essai, réalisé sous l'influence de cinéastes comme Godard, Visconti, Pasolini et Fellini (rien que ça !). Une expérience pas honteuse mais guère concluante où elle évoquait son parcours à travers trois personnages marginaux, sans faire l'ombre d'une apparition.

"W./E. : Wallis et Edouard", son second long métrage, semble plus lui tenir à cœur. Déjà parce qu'il s'agit d'un véhicule pour Alek Keshishian, son grand ami et réalisateur de "In Bed With Madonna", qui a cosigné le scénario.

Ensuite parce que l'ambition consiste à parler du rôle des femmes dans la vie des hommes sur quasiment un siècle. Deux femmes à deux époques distinctes : Wallis Simpson la femme d'Edouard VIII (Andrea Riseborough) et une épouse mal mariée (Abbie Cornish). A travers leurs parcours semés d'embûches, un éloge féministe sur la nécessité d'émancipation et d'indépendance.

Essaye encore !

Si, de toute évidence, les intentions sont bonnes, Madonna n'en a fait qu'à sa tête pendant le tournage et n'a pas écouté les conseils d'une équipe technique par trop complaisante. Du coup, elle a confondu film historique et défilé de mode. C'est sûr, les costumes sont soignés et la reconstitution appliquée. Mais il manque l'essentiel : l'âme.

Les acteurs semblent exsangues, l'intrigue repose sur une structure artificielle et le montage lorgne souvent vers le clip vidéo à l'aune de cette scène inaugurale à peine supportable. Et ne comptez pas sur la bande-son kitsch pour faire passer la pilule...

En dépit de l'accueil désastreux de son film à la dernière Mostra de Venise et des mauvaises critiques à son égard, Madonna compte bien renouveler l'expérience de réalisatrice et travaille actuellement sur son nouveau projet au titre pour l'heure inconnu : adapter l'histoire de Jane Digby, une aristocrate anglaise du XIXe siècle, fille d'amiral, qui fit scandale en raison de ses mœurs légères, tour à tour maîtresse d'un comte grec et du roi Othon de Grèce avant de se marier avec un Cheikh bedouin en Syrie. Une période qui intéresse particulièrement Madonna qui y voit "une incroyable histoire d'amour". L'espoir fait vivre.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Enquête : les jouets de Noël 20% moins chers en novembre qu'en décembre

      Enquête : les jouets de Noël 20% moins chers en novembre qu'en décembre

      logAudience