En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Woody Allen : "Rome est beaucoup plus agitée que Paris"

par
le 25 juin 2012 à 18h56 , mis à jour le 26 juin 2012 à 14h11.
Temps de lecture
3min
To Rome With Love de Woody Allen

To Rome With Love de Woody Allen / Crédits : Mars Distribution

À lire aussi
News Ciné-Séries Dans "To Rome with Love", Woody Allen mélange les destinées, les générations et les désirs comme il l'avait fait à Paris. De passage en France, le réalisateur a évoqué jeudi les préoccupations d'un homme que ses 76 ans n'ont en rien assagi. TF1News y était.

En balade à travers l'Europe ces dernières années, Woody Allen égrène ses films (un par an) en brassant ses obsessions incurables ou récentes. Le réalisateur new-yorkais était de passage à Paris pour présenter son film. Rencontre lors d'une micro-conférence de presse en présence d'une trentaine de journalistes à l'hôtel Bristol, un des lieux de tournage de son précédent opus "Midnight in Paris".

"Sous un aspect comique, chaque film que j'écris possède un fond de tristesse", constate le réalisateur fixant ses genoux derrière ses lunettes à grosses montures noires. "La vie a toujours en elle-même un élément de tristesse et d'insatisfaction". Nul ne jurerait a priori que To Rome with Love est l'œuvre d'un "misanthrope" comme Woody Allen se qualifie lui-même. Le film appartient une nouvelle fois au registre de la comédie et possède la dynamique virevoltante caractéristique du cinéaste de "Tout le monde dit I Love you".

À Rome, Woody Allen a bel et bien profité d'une énergie nouvelle, poursuivant son exploration du territoire européen. "Rome est plus agitée que Paris ou New York. Les gens sont là pour profiter, ils aiment manger, aller à l'opéra... Je dirais que Paris est plus romantique et que New York est plus névrosée". S'il ne cache pas que ses tournages en Europe sont dus à des questions de budget, Woody Allen est à chaque fois enthousiasmé par son nouveau lieu de travail. "J'avais toujours rêvé d'être un cinéaste européen !".

"C'est plus facile d'être célèbre"

Une des thématiques de "To Rome with Love" est la célébrité, éphémère, parfois injustifiée, jouissive et dévoreuse. "La vie est dure, que l'on soit quelqu'un de célèbre ou non, commente Woody Allen (...). Si l'on est célèbre, on subit l'assaut des paparazzis, des journalistes, on perd sa vie privée... Mais, à choisir entre les deux, c'est bien plus facile d'être célèbre car les pressions que l'on subit ne mettent pas notre vie en danger et qu'on a le droit à plein de privilèges immérités".

Woody Allen n'est pas venu simplement pour discuter des avantages d'être riche et adulé. Le septuagénaire confronte également les générations, posant la question de la sagesse qu'a acquise un homme âgé. "Il y a un mythe derrière tout ça. Vieillir ne m'a apporté aucune maturité. On dit qu'avec le temps, l'homme s'assagit, qu'il est davantage dans l'acceptation. Non, avec l'âge, il est surtout de plus en plus difficile de se lever". Mauvaise nouvelle pour le personnage d'étudiant américain interprété par Jesse Eisenberg, près de tomber éperdument amoureux à ses risques et périls. "Avec l'âge vient la sagesse", espère-t-il naïvement. "Avec l'âge vient l'épuisement", ironise son ami et modèle incarné par Alec Baldwin.
Mais nous, on ne se fait pas de souci pour le réalisateur qui œuvre déjà à son prochain film : tournage prévu cet été entre San Francisco et New York avec Cate Blanchett et à nouveau Alec Baldwin.

To Rome with Love, de et avec Woody Allen. Avec aussi Ellen Page, Alec Baldwin, Jesse Eisenberg, Roberto Begnini, Penelope Cruz, Judy Davies... Sortie le 4 juillet.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      logAudience