En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

Being Human (US) : Interview d'une colocation paranormale

par
le 18 octobre 2011 à 09h00 , mis à jour le 18 octobre 2011 à 11h29.
Temps de lecture
5min
Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino.

Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino. / Crédits : Muse Entertainment Enterprises

À lire aussi
DossiersLes trois acteurs principaux de Being Human (US), Sam Witwer, Sam Huntington et Meaghan Rath ont répondu à nos questions.

Voilà bien un trio hors normes, trois colocataires en mode surnaturel qui vivent ensemble pour le pire et le meilleur. Being Human (US) réunit un vampire, un loup-garou et un fantôme dans un appartement qui fleure bon le paranormal. A l'occasion de la diffusion de la première saison sur SyFy, nous avons interrogé Sam Witwer (Aidan), Sam Huntington (Josh) et Meaghan Rath (Sally). Trois acteurs qui s'y connaissent en crocs, en griffes et en spectres.

 

Propos recueillis par Julie VINCENT et Nicolas SCHIAVI. Traduction par Nicolas SCHIAVI.

 

Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino.

 

Etait-ce rassurant pour vous d'être engagés sur une série qui était le remake d'une autre et qui connaissait le succès ?

Meaghan Rath) Nous n'avions pas connaissance du show anglais lors de nos auditions et ne savions pas à quoi nous attendre. Lorsque nous l'avons su, nous avons décidé de ne pas regarder la série pour ne pas nous laisser influencer pendant les essais.

 

Sam Huntington) Nous avons été au courant plus tard dans le processus d'audition et j'ai regardé queqlues vidéo sur You Tube. D'après ce que j'ai vu, nous avons réussi à faire quelque chose d'original. 

 

Sam Witwer) J'ai vu toute la première saison de la version anglaise depuis la fin du tournage. On se demande ce qui va nous arriver... Pour être honnête, le premier et le deuxième épisode sont identiques. Ensuite, les séries deviennent différentes. Elles sont complémentaires et mon personnage n'est pas du tout le même. Ma version d'Aidan est beaucoup plus trouble et dans un premier temps moins drôle que l'original. J'aime que Being Human (US) ait construit un vampire avec une conscience si lourde qu'il est triste. Il est malheureux parce qu'il n'arrive pas à oublier...

 

Est-ce un hasard que vos deux personnages travaillent dans un hôpital ?

SH) Josh trouve ce travail grâce à Aidan, lors de leur première rencontre. Mon personnage aime aider les gens et se retrouver sur ce terrain là est une aubaine.

 

SW) L'une des meilleures raisons pour Aidan, c'est qu'il a accès à des poches de sang. Il a décidé de rester clean et de ne pas tuer des gens pour se nourrir. Le sang l'aide à rester en vie. L'hôpital l'aide mais il se sent faible et coupable. Les vampires ne peuvent pas rester loin du sang indéfiniment. Cela les rendrait fous. Aidan a une connexion avec le sang...

 

Je crois surtout que ce job leur permet de rester humain...

SH) Tout à fait. Ce travail permet à Josh de rester humain et interroge l'humanité en général.

 

Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino.

 

Meaghan, comment gérez-vous le fait de ne pouvoir rien toucher, ni objets, ni les autres acteurs ?

MR) Ce fut très difficile au départ, pour nous tous.

 

SH) Pour toi surtout. Elle était despérée de ne pouvoir me toucher ! Je lui disais de rester professionnelle et faire son boulot...

 

MR) Quand vous devenez passionnée par le rôle, vous cherchez ce contact physique avec votre partenaire. Aussi frustrant que cela ait été, ça m'a permis de nourrir mon personnage. J'étais frustrée en tant qu'actrice mais cela a été bénéfique pour le rôle. Sur le fait d'être habillée toujours de la même manière, au moins c'est confortable. Je peux garder mon micro et me relaxer pendant que les garçons se changent dans leur caravane. La réalité de Sally fait qu'elle est gelée dans le temps.

 

SW) C'est intéressant car lorsque vous la voyez assise sur le canapé ou allongée sur un coussin, tout est en bois. Rien ne bouge.

 

SH) Essayez de penser deux secondes au fait que vous ne pouvez laisser aucune empreinte...

 

Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino.

 

Une question musicale pour vous, Sam Witwer. Est-ce que le fait d'avoir un groupe, d'être musicien, vous permet de trouver le bon rythme sur les plateaux de tournage ?

SW) Il y a un rythme dans chaque scène, chaque scénario et chaque histoire. Quand vous êtes musicien, tout est conçu en rythme. En termes de notes, hautes et basses. Ecrire une chanson revient à écrire une histoire. Quand j'écris, j'essaye de faire ressentir le flot de tout l'album.

 

SH) Quelle est le nom de ta chanson sur les robots ?

 

SW) The King of the Robots. Lorsque vous écoutez cette chanson et ses paroles, il y a un lien évident avec Being Human (US). Certains acteurs très connus, tout comme certains groupes se répètent inlassablement. Quand on devient très célèbres, on garde malheureusement le même rythme. Il faut contraster les notes, nuancer son jeu.

 

Sam Huntington, comment appréhendez-vous les effets spéciaux qui vous transforment en loup-garou ?

SH) Franchement, je ne dors pas bien la nuit d'avant. Je stresse d'avoir une journée bestiale. Durant le maquillage, je dois rester debout pendant des heures et essayer de m'impliquer le plus possible avec les techniciens. C'est un défi car je dois être parfaitement à l'aise pour jouer et cela prend très longtemps. J'en ai de partout : sur le visage, le torse, les mains, les bras...

 

SW) Je peux raconter l'histoire du nez, ou plutôt du museau ? Sam a eu une journée de travail de vingt heures entre le maquillage et le tournage. Il avait quatre heures pour se reposer avant d'enchaîner avec une autre journée de dix neuf heures. Le truc marrant, c'est que lorsqu'il a le museau sur son visage, on ne le reconnaît pas... Donc ils n'ont pas beoin de lui !!! 

 

SH) J'ai donc demandé : "Pourquoi vous ne prenez pas quelqu'un d'autre pour ces plans ?" Quand ils ont réalisé qu'ils le pouvaient, ils l'ont fait. C'est un gamin de dix sept ans qui m'a remplacé. C'était un gros travail pour lui et mes doublures. Quand tout est fini, il faut encore plusieurs heures pour tout enlever. Vous êtes tout recouvert d'une glue surpuissante et de produits chimiques donc je dois prendre une douche d'une heure pour tout enlever. On a tous de longues journées mais les journées loups-garous sont encore plus longues. Je suis très fier de ses séquences car les maquillages sont magnifiques et le loup-garou est terrifiant.

 

Being Human US Saison 1. Une série fantastique américaine avec Sam Witwer, Sam Huntington, Meaghan Rath, et Mark Pellegrino.

 

Meaghan, les fantômes de Being Human (US) peuvent passer de l'autre côté d'une porte lorsqu'ils en ont fini avec le monde des vivants. Avez-vous déjà imaginé ce qu'il y a derrière la porte et ce que signifie cette lumière ? Etes-vous croyante ?

MR)  Je crois à la vie après la mort. J'ai besoin de croire qu'il y a quelque chose après. Pour être honnête, je ne sais pas ce qu'il y a derrière la porte et comment notre série va interpréter ceci. Je veux penser que nous ne restons pas bloqués dans une sorte de purgatoire. Sally se bat contre cette idée. Elle ne veut pas rester coincée.

 

SW) Aidan va voir un prêtre qui ne croit pas à la vie après la mort. En temps que vampire, il s'interroge énormément sur la question. J'aime qu'elle soit posée dans la série.

 

SH) Personne ne sait ce qu'il y a après la mort. C'est la grande question. La série la pose en disant qu'il y a peut-être l'humanité. C'est tout à fait adapté.

Commenter cet article

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      WAT

        Clara Morgane et Jey Olivier nous ouvrent les portes de leur maison d'artistes

      logAudience