En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
Rejoignez-nous sur Facebook
Retrouvez les coulisses de l'info TF1 et LCI et partagez les meilleures vidéos avec vos amis
Devenez fan

Dexter : Interview du créateur Jeff Lindsay

par
le 05 octobre 2011 à 00h00 , mis à jour le 10 octobre 2011 à 13h36.
Temps de lecture
5min
Dexter - Saison 6. Série créée par James Manos Jr en 2006. Avec : Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, James Remar et Lauren Velez.

Dexter - Saison 6. Série créée par James Manos Jr en 2006. Avec : Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, James Remar et Lauren Velez. / Crédits : Showtime

DossiersLe créateur de Dexter, Jeff Lindsay, était à Paris pour présenter son cinquième roman : Ce délicieux Dexter.

Jeff Lindsay était récemment à Paris pour présenter Ce délicieux Dexter, cinquième tome des aventures de Dexter qui sort le 10 Novembre aux éditions Points. L'occasion unique de parler de la série télévisée avec Michael C. Hall adaptée de ses romans et d'évoquer son style littéraire. Interview du créateur du serial-killer le plus connu du petit écran.

 

Propos recueillis et traduits par Nicolas SCHIAVI

 

Ce délicieux Dexter - Jeff Lindsay

Pourquoi avoir choisi Miami comme lieu d'action et quelle influence cette ville a-t-elle eu sur vos romans ? 

Jeff Lindsay) C'est chez moi. Il était impensable que je place l'action ailleurs. C'est là où j'ai grandi. Miami a énormément changé et il m'est possible de me perdre dans le voisinage où j'avais l'habitude d'aller. La ville est devenu un personnage. Il y a quelque chose en Miami qui la rend plus intéressante, plus vitale que beaucoup d'autres lieux. Elle est appropriée pour Dexter.

 

Est-ce parfois difficile de voir d'autres auteurs se servir de votre personnage pour écrire des histoires différentes ?

JL) Pas vraiment car c'est un médium différent pour lequel je n'ai pas envie de travailler. A partir d'un moment, Dexter a fini d'être ma création pour devenir une série télévisée que j'aime regarder.

 

Comment pourriez-vous décrire l'évolution de Dexter Morgan depuis ses premiers meurtres ?

JL) Je ne pense pas vouloir le changer consciemment. Il évolue moins que moi. Une partie de ce que vous écrivez est un journal intime. Si je change, ce que j'écris se transforme. Dexter ne deviendra jamais subitement un clown dans un cirque, mais si je commence à m'inquiéter plus à propos de la pollution, cela se ressentira dans mes livres.

Jeff LindsayAvez-vous décidé rapidement d'utiliser une narration à la première personne ?

JL) Absolument. ce fut un choix conscient. Premièrement, cela attire le lecteur. Deuxièmement, cela me permettait de comprendre ce qu'il avait en tête. Il est plus facile de ressentir de la sympathie et de l'empathie pour lui.

 

Sur un modèle presque similaire, pensez-vous que les scénaristes de la série ont été fainéants d'utiliser une voix off ? On dit souvent qu'employer ce procédé pour une adaptation est une facilité...

JL) Effectivement, cela arrive quand vous n'êtes pas capable de penser à une solution visuelle. Quand je suis arrivé à Hollywood, c'était très courant. Je ne pense pas qu'ils auraient pu faire Dexter sans cette voix off. C'est une des exceptions. La plupart du temps, je suis d'accord avec vous : c'est une facilité scénaristique.

 

J'aimerais vous parler d'une phrase tirée de la deuxième page du premier roman : "Et je m'amusais beaucoup trop pour m'arrêter maintenant". Pensez-vous que dans un sens, Dexter Morgan prend du plaisir à tuer ? Il y aussi quelque chose de très enfantin chez lui.

JL) Ce n'est pas un jeu pour lui. C'est une nécessité, une passion. J'ai écrit cela pour que l'on pense délibérément au sexe. Tuer est comme avoir une relation sexuelle pour lui. Il trouve un aspect ludique dans ses meurtres mais ce n'est pas son objectif. Il a simplement un besoin urgent de tuer. La partie enfantine vient certainement de moi ! Certaines fois, il ne sait pas quoi faire. A d'autres moments, il ne se sent pas humain.

Dexter - Dark Defender

L'avez-vous déjà imaginé comme un super-héros ? Une sorte de Batman avec son côté sombre...

JL) La série a utilisé cette piste avec le personnage du Dark Defender. Cela vient du roman et il y a un côté dérision. Dexter ne se pense pas de cette manière mais il prendrait un certain plaisir à se décrire ainsi dans le but de vous provoquer. C'est une part assez amusante du personnage.

 

La majorité des serial-killer sont égocentriques, intéressés uniquement par leur performance. Je ne ressens pas totalement cela chez Dexter...

JL) Le mot totalement est très important dans votre question. Je devais le rendre sympathique... Il y a une phrase, dans le premier livre je crois, où il dit : "Je ne suis pas capable d'aimer mais j'espère que ma soeur est heureuse."

 

En parlant de sa soeur, il y a une nette différence entre votre description du personnage avec son style pin-up et la caractérisation qu'en ont fait les scénaristes. Que pensez-vous de ce choix ?

JL) Je comprends tout à fait pourquoi ils ont fait cela : Jennifer Carpenter est une merveilleuse actrice. Dans les deux premiers épisodes, j'ai trouvé qu'elle n'était pas à l'aise. Puis elle a réussi a créer quelque chose de différent. Cette modification est très bonne.

  Dexter - Saison 6. Série créée par James Manos Jr en 2006. Avec : Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, James Remar et Lauren Velez.

La saison 6 apporte un nouveau thème : la foi. C'est plutôt drôle car le premier titre choisi pour le roman sur Dexter Morgan était La Main Gauche de Dieu...

JL) J'espère qu'ils vont réussir quelque chose de bien avec ce thème. Je pense qu'il est passionnant de voir comment le personnage va se comporter avec la religion. C'est important de voir que le show n'est pas seulement un procedural ou une série policière comme Les Experts

 

Quel pourrait être le thème central de Dexter selon vous ?

JL)Tous ensemble. Ou peut-être : Qu'est-ce qui ne va pas chez toi ? Pourquoi tu aimes faire ça ? Tu n'as rien d'autre de mieux à faire ? (Rires). De manière sérieuse, je ne sais pas !

 

Lors de la saison 3, vous avez fait un caméo. Parlez-moi de cette expérience.

JL) C'était très embarassant car je n'avais que six ou sept lignes de texte et j'avais pourtant une caravane avec une chambre, une cuisine et un bar. J'essayais de faire profil bas, d'être le plus professionnel possible. Quand je suis entré sur le plateau de tournage, tout était sombre. J'ai entendu d'une voix faible : "Le créateur est ici." Mes yeux ont commencé à s'ajuster à l'obscurité, j'ai regardé autour de moi et j'entendais à chaque fois : "C'est le créateur." C'était effrayant. Il y avait un homme assis sur une chaise et qui voulait à tout prix me laisser sa place. Il m'a dit : "Asseyez-vous. je ne suis que le réalisateur. vous êtes le créateur !". C'était une expérience formidable mais embarrassante.

 

Pourriez-vous décrire la part comique de Dexter et le terme Illegal Laughter (le rire illégal) que vous avez appris au cours d'art dramatique ?

JL) Il me vient d'un de mes professeurs préférés. Il aimait présenter ces moments grotesques qui vous faisaient rire en vous dégoûtant en même temps. Il m'a expliqué que nous devions pousser le public à rire tout en lui faisant comprendre que ce rire était illégal. C'est devenu une pierre angulaire pour moi.

Dexter - Saison 6. Série créée par James Manos Jr en 2006. Avec : Michael C. Hall, Jennifer Carpenter, James Remar et Lauren Velez.

Il y a une scène de la saison 5 qui y ressemble. Dexter annonce la mort de Rita à ses deux enfants tout en portant des oreilles de Mickey sur la tête...

JL) Je pense que cette scène ne fonctionne pas. Je crois que c'était une bonne tentative d'approcher cet humour si spécial mais cela n'a pas marché pour moi. C'était un peu de mauvais goût. Ce n'est pas ma conception de l'humour de Dexter Morgan. Mais tout ceci est très subjectif.

 

Vous êtes également musicien. Est-ce que cela vous a facilité la tâche en tant qu'auteur et acteur ?

JL) Tout à fait. Vous revenez aux origines du drama. La musique, la poésie et l'art dramatique sont indissociables. C'est pour cela que je m'inquiète autant au sujet des traductions de mes livres. Il faut arriver à retrouver le bon rythme. Pour moi, le langage de Dexter est pourpre et je n'aime pas trop cela. C'est sa façon de parler, sa couleur. C'est sa musique.

 

Seriez-vous intéressé par la réalisation d'un épisode de la série ?

JL) Pas vraiment. Je n'ai pas envie de retourner à Hollywood. J'y vais une fois ou deux pour des petits rôles. Je n'ai pas mis en scène depuis longtemps. Je n'ai pas l'intention d'y retourner et je n'ai jamais réalisé pour la télévision. Il y aurait trop de choses à apprendre.

 

Pensez-vous que Dexter Morgan pourrait s'arrêter de tuer un jour ?

JL) Cela pourrait arriver mais il s'agirait plus de vacances que d'une retraite.

 

Que pouvez-vous nous dire sur Ce délicieux Dexter, votre cinquième roman ?

JL) Le titre m'est venu et je n'arrêtai pas de rigoler. Il fallait absolument que j'écrive une histoire à partir de ça. J'ai rapidement pensé à une histoire de cannibalisme. J'ai commencé des recherches et ce n'était plus du tout drôle. Cela m'a rendu malade et m'a terrorisé. Ce livre est donc l'un de mes préférés parce il est l'un des plus drôles et des plus terrifiants que j'ai écrit.

 

Le cinquième tome des aventures de Dexter, Ce délicieux Dexter sort le 10 Novembre aux éditions Points. Les quatre premiers romans sont d'ores et déjà disponibles.

 

Chaque nouveau tome paraît également chez Michel Lafon en format 15/23. Vous pourrez donc découvrir le sixième roman Dexter de Jeff Lindsay courant 2012 : Double Dexter.

Commenter cet article

  • tektronik : Je l'ai déjà, ce roman ! Il est génial ! et je vous le recommande ! Une bande de jeunes gothiques rêvent de se taper Dexter...

    Le 28/03/2012 à 19h14

      Les dernières infos

      Interrogé lundi soir sur TF1 au lendemain de l'interview de Nicolas Sarkozy, son challenger Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP qu'il "compte" bien remporter, a estimé que si l'ancien chef de l'Etat a cité Alain Juppé et François Fillon et l'a "oublié", c'est qu'"il n'avait que 40 minutes"...
      Nous suivre :
      WAT

        Stefan (Secret Story 8) dans la laverie de Jeremstar - INTERVIEW

      logAudience