En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

The Wire, The Hour : Interview Dominic West

par
le 25 avril 2012 à 09h00
Temps de lecture
5min
The Hour - Saison 1. Série britannique créée par Abi Morgan en 2011. Avec : Dominic West, Romola Garai, Ben Whishaw

The Hour - Saison 1. Série britannique créée par Abi Morgan en 2011. Avec : Dominic West, Romola Garai, Ben Whishaw / Crédits : BBC (British Broadcasting Corporation)

À lire aussi
DossiersActuellement à l'affiche de la série The Hour, Dominic West revient sur son rôle culte de Jimmy McNulty dans The Wire.

Depuis la fin de la série, tout le monde semble réhabiliter The Wire (Sur écoute), considérée par beaucoup comme la meilleure série de tous les temps alors que très peu suivie à l'époque de sa diffusion américaine ou française. Alors que les thèses universitaires et les ouvrages sur la fiction fleurissent comme les sachets de drogue à Baltimore, les personnages du show sont entrés dans la légende télévisuelle. C'est le cas de Jimmy McNulty, l'inspecteur alcoolique, doué et contre toute forme d'autorité incarné par Dominic West. Grâce à The Wire, l'acteur anglais a obtenu le rôle d'une vie dans une série américaine. Il est aujourd'hui à l'affiche de The Hour, un show produit par la BBC entre le thriller d'espionnage et le drame. Dominic West revient sur le protagoniste qui la fait connaître et les nouveaux challenges représentés par Hector Madden, présentateur vedette de l'émission The Hour.

 

Propos recueillis par Nicolas SCHIAVI au Festival de Séries Mania saison 3.


Sur ecoute (The Wire) - Saison 5. Série américaine créée par David Simon, Ed Burns (II) en 2002. Avec : Dominic West, Reg E. Cathey, John Doman

 

Pensez-vous que Jimmy McNulty représente les différents visages des habitants de Baltimore que l'on peut voir à la fin de The Wire ? Jimmy McNulty est-il Baltimore ?

Dominic West) Je suppose que oui, dans un sens. Il est tous ces gens... En fait, non ! Je pense surtout que The Wire est Baltimore et que le personnage principal de la série est Baltimore. Plus que n'importe quelle autre série, elle parle d'une ville et de sa diversité. Jimmy McNulty fait partie du puzzle. Il représente tous ces gens qui... haïssent leur patrons ! (Rires).

 

Vous avez réalisé un épisode de The Wire (Saison 5, épisode 7, ndlr). Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

DW) Ce fut fantastique et j'aurais du le faire plus tôt. Je les ai suppliés et pris en otage en disant que je ne reviendrais pas dans la série avant qu'ils n'acceptent. Ils m'ont donc laissé faire. J'étais très sérieux. C'était une immense opportunité car j'avais appris à connaître toute l'équipe en cinq ans et j'avais pu observer chaque réalisateur travailler. Je désirais être moins présent à l'écran pendant l'épisode mais les responsables ont souhaité que je sois autant devant la caméra. C'est la seule chose qui fut vraiment difficile : jouer une scène et la penser en tant que réalisateur. Je donnais la réplique à quelqu'un en réfléchissant à l'angle qui serait le meilleur pour la prise. Le deuxième défi était de diriger des collègues qui étaient devenus des amis en cinq ans. Je pensais qu'ils me diraient : "Fous moi la paix, ne me dis pas comment jouer !" mais ils furent vraiment sympathiques. Après cette incroyable expérience, j'ai voulu devenir réalisateur mais cela n'a pas marché car je me suis aperçu que le métier était beaucoup plus compliqué que ce que je pensais.

 

Vous pourriez donc réaliser un épisode de The Hour...

DW) Tout à fait. J'aimerais beaucoup. En vérité, nous en avons déjà parlé...

 

The Hour - Saison 1. Série britannique créée par Abi Morgan en 2011. Avec : Dominic West, Romola Garai, Ben Whishaw

 

Parlons justement de The Hour et de votre personnage, Hector Madden. Il tombe amoureux de la productrice Bel Rowley et trompe sa femme. Que voit-il en elle qu'il ne voit pas chez son épouse ?

DW) Il admire sa passion pour son métier et peut-être simplement le fait qu'elle ait un métier. Je crois qu'il est difficile pour n'importe quel homme, même un homme dans les années 50, d'avoir une femme aimante et servante qui ferait n'importe quoi pour lui.  Il est compliqué dans un couple, de voir que son partenaire n'est pas son égal. On pense que dans les années 50, les hommes étaient sexistes mais je pense que l'époque était difficile pour les femmes et les hommes. Dans la deuxième saison de The Hour, vous allez voir comment la femme d'Hector, Marnie, lui dit d'aller se faire voir. Elle refuse d'étre servile et va prendre un job. C'est d'ailleurs ce qui va les rapprocher à nouveau. Je pense que c'est très réaliste.

 

Au début de la série, Hector dit à Bel qu'elle a une "gravité naturelle". Pouvez-vous expliquer cette réplique ?

DW) C'est une très bonne réplique. Je ne l'ai jamais comprise ! (Rires) Je pense que dans cette scène, son coeur et son cerveau ne sont pas à la bonne place. Tout peut arriver et il sait qu'elle serait d'accord avec ça. Je crois qu'il veut lui dire qu'elle est passionnée et qu'elle a un vrai objectif. Ce sont des choses qui donnent une bonne gravité au gens.

 

Il y a une autre réplique intéressante, vers la fin de la série. En parlant du métier de journaliste, Freddie dit à Hector qu'il est bon car il n'a pas peur des réponses. Est-ce que c'est ce qui fait de lui un bon reporter ou un bon acteur, dans votre cas?

DW) Superficiellement, tout le monde a tendance a penser : "Pourquoi devrai-je avoir peur des réponses si je suis journaliste ?" Habituellement, vous ne posez pas de questions qui pourraient blesser votre ego. Nous devons tous nous dire cela pour progresser.

 

The Hour - Saison 1. Série britannique créée par Abi Morgan en 2011. Avec : Dominic West, Romola Garai, Ben Whishaw

 

The Hour montre comment les présentateurs doivent improviser sur le plateau ou dans la rue. Aimez-vous improviser et pouvez-vous nous donner quelques exemples d'improvisations qui ont surgi dans votre carrière ?

DW) Malheureusement, je n'ai pas eu souvent l'occasion d'improviser et personne n'improvisait sur The Wire. Sur The Hour, il y a une scène d'interview en direct dans laquelle j'interroge un amiral sur la guerre. Il y a eu un peu de liberté et j'ai pu improviser. Je ne pense pas qu'ils en aient gardé beaucoup au montage à cause de l'accent que prend l'acteur à ce moment là. C'était très drôle. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'ai voulu faire The Hour : prendre un accent.

 

Il y a de plus en plus de séries qui se déroulent dans les années 50 ou 60. Croyez-vous que les gens soient plus nostalgiques que jamais ?

DW) Il me semble, non ? Je ne sais pas si cela est mon point de vue ou si c'est une généralité mais on dirait que l'on vit une époque d'austérité et par conséquent de grand conservatisme. Les temps ne sont pas au progressisme. Nous regardons volontiers en arrière et à une époque où il y avait plus d'innocence, d'alcool, de cigarettes et de drague. Je crois que les années 90 ont rendu beaucoup de choses tabou et incorrectes. En musique, Amy Winehouse a très bien représenté cette nostalgie. En fait, je pense que les gens ont toujours un peu regardé en arrière et les années 50 résonnent de belle manière pour eux.

 

Les décors de The Hour sont remarquables. En tant qu'acteur, en quoi cela vous aide dans le processus créatif ?

DW) C'est Eve Stewart qui s'en charge et je crois qu'elle a obtenu une nomination aux Oscars pour son travail sur Le Discours d'un roi. En tant que téléspectateur, ce que vous ne voyez pas, c'est que tous les documents, journaux, manuels ou stylos sont authentiques dans les détails. Je crois que c'est la même chose pour Mad Men sauf qu'ils ont beaucoup plus d'argent que nous. Ce genre de détails donne tellement à un acteur... Je passe beaucoup de temps assis à regarder des pages et des pages. Cela m'aide énormément quand je lis de vrais articles qui correspondent à la réalité de la scène que je vais jouer.

 

Les cinq saisons de Sur écoute (The Wire) sont disponibles séparément ou dans un coffret réunissant l'intégrale de la série aux éditions Warner Home Video France.


The Wire (Sur écoute) - Coffret de l'intégrale en DVD

Commenter cet article

      Nous suivre :
      WAT

        Voir et revoir En Mode Appart avec Diane Dassigny et Fabrice Abraham sur ...

      logAudience