En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

José Munoz remporte le Grand Prix d'Angoulême 2007

Edité par
le 28 janvier 2007 à 13h04
Temps de lecture
3min
Extrait d'une BD 'Alack Sinner' de José Munoz

Extrait d'une BD 'Alack Sinner' de José Munoz / Crédits : DR

LivresMaîtres incontesté de la BD et spécialiste du noir et blanc, l'Argentin, qui vit à Paris, est le dessinateur notamment de la série Alack Sinner.

Les BDphiles connaissent sa fameuse série policière Alack Sinner. Le dessinateur argentin spécialiste du noir et blanc José Munoz a reçu dimanche le Grand prix de la Ville d'Angoulême 2007 (qui récompense un auteur de BD pour l'ensemble de son oeuvre). "C'est vraiment un auteur unique, avec un dessin très noir, très sombre, qui a influencé de nombreux dessinateurs", a souligné la dessinatrice Florence Cestac, à l'issue des délibérations du jury de ce 34ème Festival international de bande dessinée.

Auteur de plusieurs dizaines d'albums, notamment avec le scénariste Sampayo, il a été édité en France dans le magazine Charlie mensuel à partir des années 1970. Né en 1941 à Buenos Aires, José Muñoz est entré dans l'univers artistique dès l'âge de 12 ans (sculpture, peinture et marionnettes).

Sampayo, son collaborateur de toujours

'Alack Sinner' de José MunozA 15 ans, Hugo Pratt l'engage pour dessiner Precinto 56, détective new-yorkais. José Muñoz quitte l'Argentine en 1972 pour l'Europe. Il dessine pour les comics populaires anglais et collabore avec Carlos Sampayo, Argentin comme lui. C'est en 1975 qu'Alack Sinner est lancé puis en 1979 Le Bar à Joe, deux séries qui se passent dans un New-York presque irréel, que les deux hommes ne visiteront pourtant qu'en 1981.

En 1983, les deux auteurs évoqueront l'histoire de l'Argentine avec Sudor Sudaca. Puis viendront Nicaragua (1986), Billie Holiday (1990). Parfois infidèle à son ami et scénariste, José Muñoz a également mis en images les récits de Jérôme Charyn, Prado, et plus récemment Picouly (Retour de flammes).

Le palmarès complet du festival

  • Grand prix de la Ville d'Angoulême 2007 : José Munoz (Argentine), récompensé pour l'ensemble de son oeuvre.
  • Prix du meilleur album : Non Non Bâ, de l'auteur de manga japonais Shigeru Mizuki (éditions Cornélius). (Lire notre article)
  • Prix du public : Pourquoi j'ai tué Pierre d'Olivier Ka et Alfred (Delcourt).
  • Le jury a également attribué cinq prix "Essentiels" d'Angoulême, ex-aequo : Black Hole, de Charles Burns (Delcourt), Lucille" de Ludovic Debeurme (Futuropolis), Lupus de Frédéric Peeters (Atrabile), Le photographe d'Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre, Frédéric Lemercier (Dupuis) et Pourquoi j'ai tué Pierre. 
  • Deux autres prix ont été décernés : Panier de singe de Jérôme Mulot et Florent Ruppert (L'Association) a obtenu l'"Essentiel Révélation" et Sergent Laterreur de Touis et Frydman (L'Association) a reçu le Prix du patrimoine.
Commenter cet article

      Nous suivre :
      Assassin's Creed en vrai dans les rues de Paris

      Assassin's Creed en vrai dans les rues de Paris

      logAudience