En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Laurent Gaudé, descente aux enfers à Naples

Edité par
le 17 septembre 2008 à 06h00
Temps de lecture
3min
Laurent Gaudé roman

Rentrée littéraire 2008 : "La Porte des enfers" de Laurent Gaudé / Crédits : Marc melki/Actes Sud

À lire aussi
LivresChronique - Dans "La Porte des enfers", Laurent Gaudé évoque un émouvant combat contre la mort dans le mezzogiorno. Un roman où l'auteur jongle avec la réalité et le fantastique.

Laurent Gaudé
La Porte des enfers
Actes Sud, 270 pp., 19,50 euros

 
"Je m'appelle Pippo de Nittis et je suis mort en 1980". Le narrateur de La Porte des enfers n'est pas fou. Seulement ivre de vengeance. En 1980 donc, à Naples, alors que son père l'emmène à l'école, une fusillade éclate dans la rue : Pippo succombe, victime d'une balle perdue. Son père et sa mère ne s'en remettent pas. Comment pourrait-il en être autrement ? Giuliana vacille avant de s'accrocher à une idée fixe : vendetta. Matteo, lui, veut croire qu'il est possible de ramener son fils du royaume des morts.

Vingt et un an plus tard, Pippo, revenu à la vie, se rend pour la dernière fois à son travail, dans un petit restaurant. "Personne à Naples ne peut se targuer de faire les cafés mieux que moi", affirme-t-il. Mais tout cela n'a plus d'importance. Il a rendez-vous avec un client bien particulier. "J'ai préparé ma vengeance. Je suis prêt. Que le sang coule ce soir."

Croyances millénaires 

Le dernier roman de Laurent Gaudé est l'histoire d'une descente aux enfers. Celle, au sens figuré, que vivent les parents de Pippo, foudroyés de chagrin. Mais aussi celle, au sens propre, qu'entreprend Matteo pour retrouver son enfant perdu. L'auteur revisite de manière poignante le mythe d'Orphée, en l'enracinant dans la réalité du Sud de l'Italie. Une région rongée par la violence et la pauvreté. Une région où la modernité ne parvient pas à éradiquer des traditions, des croyances, des comportements d'un autre âge.

Après Le Soleil des Scorta, prix Goncourt 2004, Laurent Gaudé démontre une fois de plus que le mezzogiorno est un vaste théâtre où se jouent et se rejouent des tragédies millénaires. Les personnages se débattent au sein d'implacables machines à broyer les âmes. Mais alors que leur sort semble être scellé, les antihéros de Gaudé se débattent et refusent la fatalité en y opposant toute leur humanité. C'est ce qui rend La Porte des enfers aussi émouvant.

Commenter cet article

  • Robert Boivin : Après «Le soleil des Scorta», Gaudé nous transporte encore une fois dans un univers plus vrai que vrai, mais où le fantastique lorgne toujours au tournant de la page. L'intensité dramatique avac laquelle il dépeind la perte de Matteo et Guiliana font de lui un auteur dramatique hors du commun. Bravo Gaudé! De la belle littérature!

    Le 14/11/2008 à 01h03
  • Rage : Je suis Napolitain et je n'ai jamais lu un livre si ridicule et maladroit. On voit bien que l'auteur ne connaît rien de Naples. Ses personnages sont des caricatures et sa descente à l'Enfers est de la pire pseudo-littérature. En Italie on se moque des gens comme ce Gaudé.

    Le 06/11/2008 à 14h45
  • Manette : A ne surtout pas lire un w.e de pluie....Quel monde de tristesse....Je ne crois pas aux Enfers,mais pourquoi imaginer les morts se débattant dans d'horribles lieux et cherchant à retrouver la Vie?Que fait un enfant dans ces Enfers...Pas d'Eden imaginable??? Mr Gaudé vous m'avez fichiu le "bourdon".Heureusement que j'ai tellement aimé "Eldorado"

    Le 08/10/2008 à 10h52
  • Catherine : Ce roman est remarquable. Enfin une histoire élaborée avec soin et qui nous mène au delà des limites de notre monde et de notre vie.

    Le 18/09/2008 à 21h41
      Nous suivre :
      DiCaprio devient "messager de la paix pour le climat"

      DiCaprio devient "messager de la paix pour le climat"

      logAudience