En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Taslima Nasreen trouve un havre de paix à Paris


le 03 janvier 2009 à 16h19
Temps de lecture
3min
Taslima Nasreen recevant le prix Simone de beauvoir des mains de Rama Yade (mai 2008)

Taslima Nasreen recevant le prix Simone de beauvoir des mains de Rama Yade (mai 2008) / Crédits : www.abacapress.com

LivresContrainte de fuir le Bangladesh en 1994 après un livre dénoncé par les extrémistes musulmans, la romancière et militante féministe va être logée par la mairie de Paris.

L'écrivain bangladaise Taslima Nasreen, menacée de mort par des extrémistes musulmans, va être logée par la municipalité de Paris. Contrainte de quitter l'Inde sous le coup de nouvelles menaces au printemps dernier, Taslima Nasreen, âgée de 45 ans, a vécu ces derniers mois entre Stockholm, Berlin et les Etats-Unis. Elle avait dû fuir le Bangladesh en 1994, un tribunal ayant estimé qu'elle avait porté atteinte "intentionnellement" aux sentiments religieux musulmans dans son roman Lajja (La Honte), écrit en bengali, dans lequel elle affirmait que la minorité hindoue du Bangladesh était mal traitée.

La romancière s'installera début février dans une résidence d'artistes du Xe arrondissement de la capitale française. Elle y disposera d'un studio de 30m2 dont le loyer sera payé, dans un premier temps, par la mairie de Paris.

"Vous êtes ici chez vous"

Taslima Nasreen avait été faite citoyenne d'honneur de la ville le 7 juillet 2008. Bertrand Delanoë avait lancé à cette "combattante de la liberté", présente dans la tribune du Conseil de Paris: "vous êtes ici chez vous, dans la ville où il fut proclamé que les hommes naissent et demeurent libres et égaux, et que nul ne peut être condamné pour ses opinions". Or précisément, il y a un mois et demi, la romancière a fait appel à la mairie pour trouver un logement ; le cabinet du maire a alors cherché la solution "la plus efficace et la plus conforme" à ses propres procédures.

Nasreen s'est vu décerner le prix Simone de Beauvoir par le gouvernement français pour ses écrits féministes, mais elle n'a pas pu se rendre en France en janvier 2008 pour le recevoir. Le Parlement européen lui a décerné le prix Sakharov pour la liberté de pensée la même année. Avocate de la laïcité, militante féministe, l'écrivain explique faire campagne pour l'émancipation des femmes - "l'Islam est une torture pour les femmes", estime-t-elle - et contre l'oppression des minorités non-islamiques dans les sociétés islamiques.

D'après agence

Commenter cet article

  • Rakshasha : 30 metres carré, c'est pas très grand. Delanoé peut mieux faire!

    Le 18/02/2009 à 17h06
      Nous suivre :
      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      logAudience