En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Anaisthêsia" : l'enfer du flic qui ne souffrait plus

Edité par
le 04 mai 2009 à 05h30
Temps de lecture
3min
Antoine Chainas Anaisthêsia

Antoine Chainas : Anaisthêsia (Série Noire / Gallimard) / Crédits : (Série Noire / Gallimard)

A lire aussi
LivresChronique - Devenu insensible à la douleur, un policier est lancé sur les traces d'une tueuse en série. Avec "Anaisthêsia", Antoine Chainas confirme qu'il est l'un des grands auteurs français de roman noir.

Anaisthêsia
Antoine  Chainas
Série Noire, Gallimard
310 pages, 17,50 euros

 

Désiré Saint-Pierre est une sorte de mort-vivant. A la suite d'un accident qui l'a défiguré, ce policier est devenu insensible à la douleur. Un cas d'école qui fait le bonheur du docteur Zymanski. Mais pas celui de ses collègues. Ils avaient déjà mal pris l'intégration de Désiré dans leur groupe d'investigations. Ils y voyaient une nomination politique, après les émeutes interraciales dans les banlieues. Car Désiré est noir. Flic et noir. Et ça, personne ne lui pardonne. Ni dans son quartier, ni au commissariat.

Désiré s'en fout. Depuis son accident, il a été placardisé. Désormais, celui que l'on montrait comme exemple même de l'intégration réussie dérange. Il fait peur, avec son visage ravagé et son attitude détachée de tout. Mais ses collègues vont de nouveau faire appel à lui pour traquer une impitoyable tueuse en série.

Glauque et dérangeant

En deux romans (Aime-moi, Casanova en 2007 et Versus en 2008), Antoine Chainas a creusé son trou dans les catacombes du roman noir. En imposant son univers glauque et dérangeant. Comme Jean-Christophe Grangé, Chainas est un chroniqueur du mal, un arpenteur des ténèbres. De ces deux spéléologues du vice, Grangé est celui qui a fait sienne cette zone de la caverne où la lumière du jour, aussi faible soit-elle, esquisse les contours de l'horreur. Chainas, lui, progresse dans les boyaux les plus visqueux et les plus sombres. Dont il ne manque de décrire aucun détail.

Sans être aussi éclatant que Versus - un diamant noir, Anaisthêsia confirme l'immense talent de son auteur. Certes, même s'ils sont dictés par la manière de penser de Désiré Saint-Pierre, certains effets de style, qui reposent sur la répétition, sentent le déjà-lu et finissent par alourdir la narration. Des petits défauts sur lesquels le lecteur passe bien vite tant il est emporté par cette histoire forte et terrible. Et par le style unique de Chainas. Anaisthêsia ne laisse pas insensible.

Commenter cet article

  • Tiburce974 : La critique donne sincèrement envie de lire ce roman, son prix de 17.50? fera que je ne l'achèterai pas.

    Le 04/05/2009 à 17h58
      Nous suivre :
      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      Halloween : Rémi Gaillard se fait clown entarteur

      logAudience