En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bandes dessinées : Jean-Claude Denis roi d'Angoulême


le 29 janvier 2012 à 17h03 , mis à jour le 29 janvier 2012 à 17h06.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
LivresLe Grand Prix de la Ville d'Angoulême a récompensé dimanche le dessinateur et scénariste, créateur notamment de la série "Luc Leroi".

Jean-Claude Denis a été couronné dimanche par le Grand Prix de la Ville d'Angoulême, "Nobel de la BD" décerné par le 39e Festival international de la bande dessinée. Le jury était présidé cette année par l'Américain Art Spiegelman, père du mythique Maus, qui lui valut en 1992 le seul prix Pulitzer attribué à une bande dessinée, et lauréat en 2011 du Grand Prix d'Angoulême.

Musicien, illustrateur lumineux, scénariste et dessinateur hors pair, Jean-Claude Denis, né le 1er janvier 1951 à Paris, a été formé à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Paris. C'est là qu'il fonde, en 1974, le groupe Imaginon avec deux de ses condisciples, Caroline Dillard et Martin Veyron. Véritable homme-orchestre, il tâte de la publicité et de l'illustration, réalisant de nombreuses couvertures de romans pour les principaux éditeurs français avant de s'attaquer à la BD dans Pilote et A Suivre.

Des contes pour enfants aux histoires pour adultes

Après un premier conte illustré pour enfants (Oncle Ernest et les Ravis), en collaboration avec Martin Veyron chez Casterman en 1978, il publie son premier album en solo chez Futuropolis, Cours tout nu. Aussi à l'aise dans la série pour enfants des Aventures de Rup Bonchemin (trois albums chez Casterman) que dans la narration sophistiquée pour adultes (Luc Leroi, une demi-douzaine de titres chez Futuropolis, puis Casterman), il aime se détendre en participant à des collectifs, à l'illustration de contes pour enfants ou de carnets de voyages. Il a fait partie du groupe Dennis Twist formé par des as du pinceau et de la plume, tels que Margerin, Dodo, Vuillemin et Denis Sire, avant d'intégrer Les Hommes du président, avec le même noyau dur de musiciens.

Chroniqueur de notre époque avec sa série Luc Leroi, au héros décalé, et divers albums comme L'Ombre aux tableaux (Albin Michel) ou Les Trains de plaisir (Dargaud), il rajeunit avec Yann le célèbre Peau d'âne de Charles Perrault en le transposant dans le monde de la jet-set et... des films X. En solo, il a réalisé le magistral Quelques mois à l'Amélie. Il a reçu le "Grand Boum" de la Ville de Blois en 2007. Sa dernière oeuvre est un diptyque, Tous à Matha, sur ses souvenirs d'enfance, publié en 2010 et 2011 chez Futuropolis.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience