En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Manga

Chi, le chaton : on veut le même à la maison!

Ludmilla Intravaia par
le 17 février 2012 à 12h38 , mis à jour le 17 février 2012 à 16h24.
Temps de lecture
3min
Chi

Tome 7 de la BD "Chi, une vie de chat" de Konami Kanata, chez Glénat Kids et détail d'un fond d'écran disponible sur le site officiel de ce manga / Crédits : Glénat Kids

A lire aussi
LivresComment ne pas craquer pour la petite boule de poils du manga "Chi, une vie de chat" chez Glénat? Les aventures de l'adorable minou à la trombine coquine ont déjà conquis un large public, et pas seulement les amateurs de mangas. Trop chou.

C'est quoi ces bouts de papier journal dans la boite? C'est pour jouer, se faire un lit ou faire pipi? Et ces boules multicolores, pourquoi rebondissent-elles, dans tous les sens, sans se laisser attraper? Et d'abord, pourquoi ses maîtres lui ont-ils infligé la torture du bain? Ils veulent sa mort, ou quoi? Une journée de Chi, ça regorge de questions, de défis et d'incidents en tous genres.

Normal, Chi est un chaton perdu qui doit encore tout apprendre de l'existence. Une seconde d'inattention et le minou s'est éloigné de sa maman, se retrouvant abandonné dans un monde hostile, rempli de chiens et de voitures. Alors qu'il désespérait allongé dans l'herbe, il s'est retrouvé nez à nez avec Yohei, le fils unique d'un couple habitant dans les environs. Ni une ni deux, l'apprenti matou a été adopté. Sauf que, dans la résidence de sa nouvelle famille, les animaux domestiques ne sont pas autorisés. Va-t-il être abandonné à nouveau?

"Miaou, miaw, miar"

Chi qui bondit, Chi qui pleurniche, Chi étonné, chi effrayé, chi fasciné..., les trombines de ce chat sont tout bonnement impayables. Les yeux immenses, les petites canines aiguisées, la bave aux babines, le pelage qui se hérisse, bref, tous les détails possibles et imaginables, fruit d'une étude minutieuse des félidés (notamment le propre chat de la dessinatrice de la série, Konami Kantana), concourent  à dresser le portrait d'un minou coquin, mignon tout plein, lancé à plein tube dans les aventures quotidiennes du début de son existence.

Franchement, chi, c'est craquant. L'observation du comportement des chats est d'une justesse adorable. Le dessin est expressif et trognon. Le scénario, structuré en chapitres courts, est délicieux et permet de regarder grandir la boule de poils, en la suivant dans les événements les plus marquants de sa vie. Enfin, les dialogues sont sympathiques, même si Chi a bien du mal à se faire comprendre de ses propriétaires avec ses "Miaou, miaw, miar" de petit félin en herbe.

De quoi plaire aux amateurs de manga, certes, mais aussi dépasser cette sphère pour atteindre le public, plus large, des amateurs d'animaux et de chats. "Amateurs de mangas ou néophytes complets, cette BD convient à tous, en raison de son propos universel", observe la maison d'édition Glénat, chez qui cette série, débutée en 2004 et toujours en cours au Japon, est éditée. A noter, d'ailleurs, le sens de lecture français, à savoir  de gauche à droite, plutôt que de droite à gauche, comme dans les mangas traditionnels. Alors, faut-il lire Chi, une vie de chat? Réponse : évidemmiaou! Le tome 7 sort le 22 février, le tome 8 en avril.

Chi, une vie de chat

De Konami Kanata
Chez Glénat Kids
Tome de 1 à 6
10,55 euros par volume

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Un violent orage de grêle ravage Brisbane

      Un violent orage de grêle ravage Brisbane

      logAudience