En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Des Hommes sans loi

Des hommes sans loi : interview du petit-fils des bandits

Edité par
le 07 septembre 2012 à 05h45 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 13h16.
Temps de lecture
4min
Des hommes sans loi (Lawless) de John Hillcoat

Des hommes sans loi (Lawless) de John Hillcoat / Crédits : Metropolitan Filmexport

À lire aussi
AmériquesMatt Bondurant est le descendant des héros du film "Des hommes sans loi", qui sort le 12 septembre au cinéma, et l'auteur du roman qui a inspiré ce film. L'écrivain raconte une histoire familiale dans un contexte historique bien précis : celui de la prohibition aux Etats-Unis.

Forrest, Howard et Jack Bondurant sont trois frères, trois contrebandiers, trois trafiquants d'alcool notoires du comté de Franklin, en Virginie, Etat célèbre pour sa production d'alcool de contrebande. Ces hommes sont au cœur d'une violence omniprésente. Ils font face à une police corrompue et à la concurrence des autres trafiquants d'alcool. Le récit de ces contrebandiers est à demi-vrai, à demi-romancé. Ce qui est vrai c'est la description de cette période unique de l'histoire des Etats-Unis. Et ces contrebandiers ont réellement existé puisqu'ils sont les ancêtres de l'auteur du livre « Des hommes sans loi » (Editions l'Archipel).

TF1News : Quelles sont les origines de la prohibition ?                                                        

Matt Bondurant : A partir de la fin du 19e siècle, un grand débat s'était installé aux Etats-Unis, sur les effets démoniaques de l'alcool. Les mouvements de tempérance (ndlr : voir notre encadré Qui a eu un jour cette idée folle d'interdire l'acool ?) aspiraient à bannir la fabrique, la vente et la consommation d'alcool. Pour les militants de ce mouvement, l'alcool nuisait aux populations et endommageait le tissu social. Ce mouvement était imprégné d'une certaine ferveur religieuse. C'est avec la ratification du 18ème amendement de la Constitution des Etats-Unis, qu'a commencé la période de prohibition, qui s'étend de 1920 à 1933.  C'était une période unique pour l'histoire des Etats-Unis et un terreau pour l'entreprise criminelle. Le crime organisé s'est multiplié de façon impressionnante.

Les gangsters tels qu'Al Capone ont d'ailleurs largement influencé l'imagination des artistes. Même après l'abrogation de l'amendement, la mafia et le crime organisé ont continué à être associés à cette période. La prohibition n'a pas seulement engendré une circulation illégale de l'alcool mais a aussi provoqué le développement des jeux d'argent. Et notamment à Las Vegas où les casinos ont été financés par le « gangster money » de la prohibition.

TF1News : Etait-ce une erreur d'interdire l'alcool ?                                                             

M.T. : Oui, c'était une erreur. C'était une expérience socialiste qui visait à changer le comportement des gens. Mais en interdisant l'alcool, sa demande n'a fait qu'augmenter. L'alcool, ce n'est pas juste une drogue, il y a quelque chose de culturel derrière tout ça. La période de prohibition était très violente, et, en un sens, ça faisait d'elle une ère très romantique. Les contrebandiers (comme ceux de mon livre) étaient populaires parce qu'ils se battaient contre quelque chose, qui, d'emblée, était mauvais. Les gangsters de ce temps ont été une véritable source d'inspiration artistique parce qu'ils n'étaient pas que des criminels. Ils se battaient pour une cause.
 

TF1News : Selon une rumeur, le gouvernement aurait parfois introduit du poison dans l'alcool qui circulait illégalement. Est-ce vrai ?                                                                    

M.T. : J'en ai entendu parler mais je ne suis pas sûr que cela puisse être vérifié. La façon dont l'alcool était fabriqué provoquait déjà toutes sortes de maladies, puisqu'il n'y avait pas de contrôle. Le « Jamaican Ginger » était un alcool connu, qui s'est avéré être très dangereux.  Certains consommateurs devenaient aveugles, d'autres paralysés...

 

 TF1News : Pensez-vous que la prohibition a, encore aujourd'hui, des effets sur la société américaine ? Dans la législation par exemple ? En Europe, on a l'impression que les lois américaines sont beaucoup plus restrictives vis-à-vis de la vente et de consommation ?    

M.T. : Vous avez raison, les Américains ont une relation très inhabituelle à l'alcool. Pour moi, c'est même dangereux. D'un côté, ils sont enthousiastes à l'idée de boire, de l'autre ils réprimandent cette consommation. Cette relation est très différente de celle que j'ai pu observer en Europe où j'ai vécu plusieurs années, notamment à Londres et à Paris. L'ère de la prohibition a aussi influencé la société américaine avec l'héritage des anciens « speakeasies » (bars clandestins lors de la prohibition). Ces bars font toujours partie de notre imaginaire. Peut-être que quand nous y allons pour boire, nous nous remémorons l'histoire de ces jours.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      logAudience