ARCHIVES
DOSSIER : Développement durable

Des couches oui, mais en machine !

Edité par
le 28 octobre 2011 à 15h00 , mis à jour le 02 novembre 2011 à 15h56.
Temps de lecture
5min
Une vingtaine de couches lavables sont nécessaires pour un enfant de la naissance à ses 3 ans.

Une vingtaine de couches lavables sont nécessaires pour un enfant de la naissance à ses 3 ans. / Crédits : Bertrand Sennegon Flickr

À lire aussi
Dossier Développement durableElles sont en bambou ou en coton et finissent dans le lave-linge. Moins de déchets et moins de produits chimiques, les couches lavables séduisent de plus en plus de parents pour leur côté écologique. Mais pas que. Plus chères à l'achat que des modèles classiques, elles permettent pourtant de réaliser de jolies économies.

Picto Revolution Verte développement durable Cette fois-ci, Annabel ne passera pas son congé maternité devant son ordi. Enceinte de son deuxième enfant, cette jeune maman de 34 ans a déjà tout ce qu'il faut et réitèrera son "expérience réussie". Son produit de prédilection ? Les couches lavables qu'elle a utilisées pour sa première fille, aujourd'hui âgée de deux ans et demi. Une découverte qui s'est un peu faite au hasard il y a trois ans. "J'étais en congé maternité et je n'y connaissais absolument rien en enfants !, plaisante-t-elle. J'ai pas mal surfé sur Internet et je suis tombée sur un site qui parlait des couches lavables. Au début, je me suis dit « qu'est ce que c'est que ce délire ?. Et puis j'ai continué mes recherches et j'ai trouvé des informations sur des sites canadiens. Ils sont beaucoup plus en avance que nous à ce sujet".
 
Elle a vite été séduite par la démarche écologique, et en particulier par l'absence de produits chimiques. Ses cours de préparation à l'accouchement, dispensés par une sage-femme axée bio-écolo ont fini par la convaincre. Et pourtant le pari était loin d'être gagné. "Il y a trois ans, pour moi le bio c'était un truc pour nous faire dépenser de l'argent". Après avoir échangé avec d'autres mamans sur des forums spécialisés, elle a fait ses premières commandes, sur Internet. Et a essayé tous les modèles. Des "langes" pour les premiers mois, des "couches classiques" - qui se composent de deux parties, une partie absorbante et une culotte imperméable - et des couches tout en un - les TE1 où partie absorbante et culotte ne forment qu'une seule pièce. Le tout en différentes matières : bambou, coton, microfibre ou chanvre.
 
Quand les selles du bébé deviennent plus consistantes, un "petit voile" vient se placer dans la couche. Biodégradable, il suffit de le jeter dans les toilettes. "L'inconvénient des couches lavables, c'est qu'on change les enfants plus souvent, toutes les 2 à 3 heures", explique-t-elle. Sans plastique, elles résistent moins bien aux fuites. Une fois utilisées, les couches sont stockées dans un sceau, "à sec" ou "dans de l'eau", mais toujours avec quelques gouttes d'huiles essentielles (même bio, les couches ne suppriment pas les mauvaises odeurs). "Ensuite on met les couches en machine, à 60 degrés". Au départ, son mari Ronan était "complètement contre". Puis elle a trouvé une vidéo où un papa expliquait la démarche des couches lavables. Et ça l'a convaincu. Pour son entourage, ça a été plus compliqué. "Certains m'ont renvoyé l'argument de la quantité d'eau que j'utilisais en me disant que ce n'était pas écologique".
 
"Nous ne sommes pas des extraterrestres !"
 
Mais "les couches jetables utilisent beaucoup plus d'eau qu'une couche lavable", affirme Florence Bédon de l'association Bulle de Coton qui cherche à promouvoir l'utilisation des lavables. "La seule chose, c'est que la jetable utilise ces ressources en amont de la fabrication donc personne ne le voit". Selon une étude sur 6000 couches jetables - le nombre utilisés par un enfant de 0 à 3 ans - et 6000 lavables parue dans Couches lavables et autres alternatives aux couches jetables (éditions Grandir autrement), les jetables consomment 118 m3 en phase de production, contre 85 m3 pour les lavables, chasse d'eau, lavage et production comprise. Et un enfant ne va utiliser qu'une vingtaine de couches lavables jusqu'à la propreté. De quoi faire des économies d'eau mais aussi d'argent. "Les lavables sont de toute façon deux à trois moins chères que les jetables", selon Claire de Ponteves. En ouvrant sa boutique Nat. Bé dans le XIIIe arrondissement de Paris il y a quatre ans, elle a été la première à proposer des couches lavables dans la capitale. Les prix varient entre 20 et 25 euros à l'unité mais elle propose des « remises à la quantité". Un lot d'une vingtaine de couches, nécessaires pour un enfant de 0 à 3 ans, coûte entre 300 et 500 euros suivant les boutiques tandis que les dépenses en couches jetables représentent environ 1500 euros. "Beaucoup de gens viennent parce qu'ils se rendent compte que ça ne revient pas cher. Ce ne sont pas des 'bobo'", précise-t-elle. Elle propose également des couches en location et d'occasion pour les parents encore hésitants. Car si le marché est en plein boom, il reste paradoxalement peu connu.
 
Pour sensibiliser un public plus large, Bulle de coton a supervisé la Semaine internationale de la couche lavable en France, en mai dernier. Objectif ? Combattre une image vieillotte. "Le problème avec les couches lavables, c'est que ce n'est pas nouveau", explique Florence Bédon, "Et beaucoup de gens se disent "c'est quoi ces dingues qui reviennent à ce que nos grands-mères utilisaient !". Aujourd'hui, la lavable ce n'est plus un machin qu'on plie en 36 morceaux et qu'on fixe à une épingle à nourrice et qui fuit toutes les 5 minutes. Nous ne sommes pas des extraterrestres ». Depuis le mois de mai, la maternité de Schiltigheim, en Alsace, propose à ses patientes d'utiliser des couches lavables. Une première en France qui pourrait "aider à faire avancer les mentalités" selon Florence Bédon. "On va commencer à se dire que si c'est proposé dans les maternités, ce n'est pas si terrible que ça." Et pour les plus réticentes qui ont à cœur de préserver l'environnement, sachez qu'il existe des couches jetables estampillées "écologiques".

Commenter cet article

  • suzolle : Moi aussi j'ai testé les couches lavables : mais il faut les changer toutes les 2h30 3h parce qu'elle ne sont pas assez absorbantes. Et inutile d'essayer de les utiliser la nuit, ce serait un vrai catastrophe !! le principe et très bien mais il faut encore l'améliorer

    Le 07/12/2011 à 15h38
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience