En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mais où est passée la cagnotte ?

Sophie Lutrand par avec
le 15 novembre 2000 à 00h00 , mis à jour le 18 décembre 2000 à 11h56.
Temps de lecture
3min
Mais où est passée la cagnotte ?

Crédits : INTERNE

À lire aussi
EconomieMauvais joueur, Laurent Fabius a laissé sa collègue en charge du buget présenter le collectif budgétaire de fin d’année en conseil des ministres, un bilan trop dépensier à ses yeux et dont il ne souhaite sans doute pas assumer la paternité.

C’est Florence qui s’y colle. Substitution symbolique : Laurent Fabius a laissé sa place à Florence Parly, Secrétaire d’Etat au Budget, pour présenter ce jeudi le collectif budgétaire pour l’année 2000 en conseil des ministres. Le ministre de l’Economie et des Finances qui, de son perchoir, ne cessait de défendre la réduction des déficits publics et la maîtrise des dépenses, ne revendique aucunement la paternité de ce bilan financier.


Florence Parly présente le
projet de loi de finances. -
Le déficit budgétaire a été ramené à 209 milliards de francs, soit seulement 6 milliards de moins que prévu dans le collectif de printemps. Où sont passés les quelques 30 milliards de francs d’excédents fiscaux, communément appelés "cagnotte", annoncés début juillet pas Laurent Fabius ? S’il les avaient jalousement gardés, comme il l’avait affirmé, pour les affecter à la réduction du déficit, ce dernier aurait été ramené à 185 milliards de francs. Le projet de loi de finances confirme néanmoins les baisses d'impôts annoncées par le gouvernement pour l'année 2000, soit quelque 90 milliards de francs. Ces baisses constituent "un juste retour du travail des Français qui ont contribué dans une large mesure au retour de la croissance", a souligné Florence Parly. Un bilan que ne partage pas Laurent Fabius pour qui il était indispensable de surveiller davantage les dépenses.

"De gauche je suis, de gauche je reste"

Le ministre de l'économie a pourtant vigoureusement répondu à ceux qui l'accusent d'être "une sorte de comptable borné, et même carrément droitier", a-t-il déclaré dans un entretien au journal Le Monde. "J'ai le regret de dire qu'il s'agit là d'une collection d'âneries. De gauche je suis, de gauche je reste. Solidaire je suis, solidaire je reste", affirme Laurent Fabius. "Le progrès social a besoin de développement économique ; le développement économique a besoin de maîtrise budgétaire", a-t-il ajouté, visiblement soucieux de justifier ces récentes prises de position quant à la maîtrise des dépenses publiques.

Le salaire des fonctionnaires

Il demeure qu'entre temps, on a supprimé la vignette (10 milliards de francs), on a pris pour enrayer la hausse du prix de l’essence (3 milliards), soutenu la mise en place des 35 heures, le plan annoncé mardi par Lionel Jospin sur la vache folle n’est pas encore bien chiffré…. Laurent Fabius a bien tenté de serrer la ceinture de certains ministères mais ces derniers sont allés se plaindre à Matignon.

A commencer par le ministre de la fonction publique qui tente depuis plusieurs mois d’obtenir une marge de manœuvre avant d’entamer les négociations salariales des fonctionnaires, qui débuteront le 21 novembre. Il faut pourtant savoir que la revalorisation d’un seul point du salaire des fonctionnaires en France revient illico à 6 ou 7 milliards de francs de dépenses supplémentaires. Pas de quoi rassurer l’hôte de Bercy. Sans compter le petit geste d’avant Noël. Le gouvernement devrait décider courant décembre d’augmenter les minima sociaux à partir du 1er janvier 2001.

��
Commenter cet article

      Nous suivre :
      Game of Thrones : des images du tournage de la saison 5 à Sibenik

      Game of Thrones : des images du tournage de la saison 5 à Sibenik

      logAudience