En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La guerre des étoiles se joue au sol

Edité par
le 18 juin 2001 à 17h28 , mis à jour le 19 juin 2001 à 07h00.
Temps de lecture
3min
Ariane 5 (Photo Arianespace)

Crédits : INTERNE

A lire aussi
EconomieLe salon aéronautique du Bourget, où s'est rendu aujourd’hui Jacques Chirac, est l’occasion pour Arianespace d’annoncer la conclusion de plusieurs contrats de lancement de satellites. De quoi réaffirmer sa position de leader face au russo-américain International Launch Services, son principal concurrent sur le marché mondial.

Déjà concurrents dans les airs, avec la lutte entre Airbus et Boeing, l’Europe et les Etats-Unis se livrent également une bataille économique dans l’espace. Après avoir enregistré l’an dernier, pour la première fois en vingt ans d'existence, un résultat "significativement  négatif" avec un "trou" de 242 millions d’euros, Arianespace met les bouchées doubles pour tenter de maintenir sa position de numéro un mondial du transport spatial commercial, face à son grand rival, International Launch Services (ILS).

Arianespace, qui commercialise les fusées Ariane, vient de remporter à l’occasion du salon du Bourget les contrats de lancement de trois satellites de télécommunications géostationnaires avec l'opérateur américain PanAmSat, portant ainsi à six le nombre de contrats engrangés depuis le début de l'année. La société européenne s'est fixée pour objectif de remporter entre douze et quinze contrats de lancements en 2001, soit la moitié du marché mondial.

ILS, un concurrent sérieux


Jacques Chirac en visite sur le salon
du Bourget - DR
Le leader mondial semble en bonne voie de réaliser son pari. Selon son directeur commercial Philippe Berterottière, Arianespace devrait encore annoncer la signature d'autres contrats avant la fin du salon. "Il n'y aura pas de journée sans qu'il y ait une annonce d'Arianespace au Bourget", a renchéri Jérôme Paolini, directeur des affaires internationales et de la communication de la société. Si cette hypothèse se réalisait, la société européenne devrait ainsi battre son record historique de carnet de commandes. Celui-ci comprend à ce jour, quarante satellites à lancer, plus neuf véhicules de transport automatiques à envoyer par une version future d'Ariane 5 vers la Station spatiale internationale (ISS). Le tout facturé à plus de 4 milliards d'euros.

Cette position de leader mondial lui est contestée par le constructeur américain, Lockheed-Martin associé aux Russes Khrunichev et RSC Energia au sein d'International Launch Services (ILS), qui exploite les fusées Atlas à partir des Etats-Unis, et les Proton russes, lancés depuis le centre spatial de Baïkonour, au Kazaksthan. ILS affirme disposer actuellement d'un carnet de commandes de 40 contrats de lancement, pour un montant global de 3 milliards de dollars, et indique avoir déjà signé sept contrats depuis le début de l'année.

A voir:

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience