En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les syndicats n'œuvrent pas pour l'égalité hommes-femmes

Sophie Lutrand par avec
le 20 décembre 2004 à 00h00
Temps de lecture
4min
Travail salarié pretexte

Crédits : France télécom

À lire aussi
EconomieLa présence de délégués syndicaux dans une entreprise permet de revaloriser les salaires mais pas de réduire l'écart de traitements entre hommes et femmes, selon une étude de l'Insee.

Pascale Petit est chercheuse à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne spécialisées dans les questions de discriminations homme/femmes et coauteur avec Marie Leclair (Insee) de l'article : "Présence syndicale dans les établissements : quels effets sur les salaires masculins et féminins ?"

tf1.fr :La présence d'un syndicat dans une entreprise a-t-elle une incidence sur l'écart de salaires hommes-femmes ?

Pascale Petit (1): C'est la première fois que l'on se penche sur cette question en France. Ce qui ressort de notre étude c'est que les femmes travaillent moins que les hommes dans des entreprises où il y a une présence syndicale. Or, on constate que lorsqu'il y a un délégué syndical, les salaires des hommes et des femmes sont plus élevés. De fait donc, les femmes profitent moins de l'action des syndicats. En revanche, lorsqu'il y a des délégués syndicaux, les salaires des femmes en bénéficient plus que ceux des hommes. On explique cela par le fait que l'action des syndicats est peu déterminante pour les salaires élevés et plus pour les revenus modestes. Or, les femmes sont plus nombreuses dans la deuxième catégorie.

tf1.fr :La présence d'un syndicat est bénéfique pour les salaires tous sexes confondus mais contribue-t-elle à réduire l'écart entre hommes et femmes ?

P.P : A caractéristiques identiques, c'est-à-dire même niveau d'études, même ancienneté et mêmes fonctions, le fait d'avoir un représentant syndical ou non n'a pas d'incidence sur l'écart de salaire hommes-femmes. Les salaires augmentent pour tous mais "l'écart injustifié" ne se résorbe pas. La différence de salaire hommes-femmes est de plus de 20% en France. L'écart de salaire justifié (fonctions, statut…) représente 23% de l'écart de salaire. Restent plus de 70% non expliqué que l'on dit "non justifié", pour ne pas parler de discrimination.

tf1.fr :Cela revient-il à dire que les syndicats n'œuvrent pas pour l'égalité des sexes ?

P.P : On ne fait pas ce raccourci-là. Nous ne mesurons pas le bénéfice en terme d'amélioration de conditions de travail, d'aménagement des horaires, or il est possible que les syndicats améliorent le sort des femmes pour ce type de préoccupation. Mais ils ne contribuent pas à réduire l'inégalité salariale.

tf1.fr :Peut-on expliquer cela par le faible nombre de femmes syndiquées ?

P.P : En effet, seulement 6% des femmes salariées sont syndiquées contre 11% des hommes. De même, elles sont moins souvent déléguées syndicales et au sein des syndicats, n'occupent pas les postes à plus hautes responsabilités. Mais il n'est pas prouvé qu'une femme défende mieux les femmes.

Illustration d'archives

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Priées de ne pas "rire fort en public", les femmes turques s'insurgent sur les réseaux sociaux

      Priées de ne pas "rire fort en public", les femmes turques s'insurgent sur les réseaux sociaux

      logAudience