En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Assurance chômage : Parisot ne croit plus à un ralliement de FO


le 04 janvier 2006 à 10h19
Temps de lecture
3min
laurence parisot après élection medef
À lire aussi
EconomieLa présidente du Medef a déclaré sur LCI mercredi qu'elle ne croyait pas que FO puisse encore rallier l'accord sur l'assurance chômage, même si, selon elle, le désaccord résulte d'un "malentendu".

Les discussions sur la réforme de l'indemnisation du chômage bloquent toujours. Alors que FO argue du non respect d'un engagement patronal pour justifier son refus de signer le nouvel accord sur l'assurance chômage, Laurence Parisot a affirmé mercredi sur LCI que le Medef, qu'elle dirige, n'avait " absolument pas cherché à organiser la moindre tricherie". Evoquant la question litigieuse de la demande d'une surtaxation du travail précaire pour financer la formation des CCD en fin de contrat, la présidente du Medef a mis en avant la matière "complexe" d'un débat portant sur des dispositifs ressemblant à de "telles usines à gaz", qu'"à certains moments mêmes les spécialistes se perdent dans les canalisations". D'où, selon elle, le "malentendu" avec FO, alors même que cette organisation "a participé à la négociation et contribué à certains éléments" du protocole d'accord.

Il reste encore à transcrire juridiquement le texte pour parfaire la convention, mais Laurence Parisot "ne croit pas" qu'il soit désormais possible d'obtenir le ralliement de FO : "J'ai personnellement essayé" de voir jusqu'au dernier moment s'il était possible de trouver un accord avec FO, parce qu'il est vrai que j'aurais souhaité que l'accord soit le plus large possible. Il s'avère que ce n'est pas le cas", a-t-elle constaté . 

Si la CGT a annoncé mardi qu'elle signerait la convention d'assurance-chômage, la CFE-CGC a créé la surprise en annonçant le report de sa décision au 10 janvier. Interrogée sur ce nouveau délai, la présidente du Medef a jugé "tout a fait normal qu'une organisation estime qu'elle a besoin de réunir son instance principale pour approuver une convention de cette importance". Mme Parisot a jugé l'accord "responsable, équilibré et prometteur pour  l'avenir" : elle a rappelé qu'il visait un retour à "un équilibre annuel" et  devrait permettre de "résorber le déficit cumulé début 2009".

Photo : Laurence Parisot

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Un permis pour naviguer sur Internet

      Un permis pour naviguer sur Internet

      logAudience