En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le chômage en hausse de 0,7%


le 27 février 2006 à 21h42
Temps de lecture
4min
emploi chomage ANPE

Crédits : TF1

A lire aussi
EconomieAprès neuf mois consécutifs de baisse, le nombre de chômeurs a augmenté de 0,7% en janvier. Le taux de chômage remonte à 9,6% de la population active. Les moins de 25 ans restent les plus touchés.

C'est la première "hausse" après neuf mois consécutifs de baisse. Le nombre des chômeurs a augmenté de 0,7% en janvier (+16.300), après neuf mois consécutifs de baisse, le taux de chômage au sens du BIT remontant à 9,6% de la population active, en hausse de 0,1 point, selon les statistiques du ministère de l'Emploi dévoilées lundi soir.

En janvier, le nombre des demandeurs d'emploi de catégorie 1 (immédiatement disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée et à temps plein), qui sert de baromètre officiel, a augmenté de 0,7% par rapport à décembre (-5,7% sur un an). Au terme de cette première hausse du chômage depuis mars 2005, on comptait 2.326.900 chômeurs de catégorie 1 fin janvier.

"Un mois ou deux mois de rechute, franchement, compte tenu des bons fondamentaux que l'on a, c'est pas dramatique. Si cela durait trois, quatre mois ce serait évidemment un autre sujet", a estimé le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, marid matin sur RMC.

Hausse pour toutes les catégories

Le nombre des chômeurs de catégorie 1+6 (qui prend en compte les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité occasionnelle ou réduite de plus de 78 heures dans le mois) est, lui, resté stable par rapport à décembre et a baissé de 5,2% par rapport à janvier 2005. Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT), calculé différemment, s'est lui établi à 9,6% de la population active (+0,1 point), revenant ainsi à son niveau de novembre 2005.

La hausse du chômage touche la quasi-totalité des catégories de chômeurs : tant les hommes (+0,9%), que les femmes (+0,5%). Le chômage de longue durée (demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an) progresse de 0,7% et celui de très longue durée (chômeurs inscrits depuis plus de trois ans) de 0,8%. Le chômage des plus de 50 ans augmente légèrement de 0,1%. Seul le chômage des jeunes affiche un recul de 0,6%. Les moins de 25 ans restent cependant la catégorie la plus touchée par le chômage: 22,8% des jeunes actifs sont à la recherche d'un emploi, contre 8,7% des 25-49 ans et 6,9% des actifs de plus de 50 ans.

Les sorties de l'ANPE en hausse

Le nombre des inscriptions enregistrées à l'ANPE au cours des trois derniers mois a augmenté de 5,1% par rapport aux trois mois précédents. Seules les entrées consécutives à un licenciement économique sont en baisse (-11,8%). Les inscriptions faisant suite à un autre motif de licenciement progressent de 1,5%, tandis que les premières entrées grimpent de 13,6%. Les entrées consécutives à la fin d'un CDD augmentent de 1,8% et celle liées à la fin d'une mission d'intérim sont en hausse de 5,7%.

Les sorties de l'ANPE au cours des trois derniers mois sont en hausse de 2,8% par rapport aux trois mois précédents. Les sorties pour reprise d'emploi déclarée augmentent de 2,0%, tandis que les sorties pour entrée en stage diminuent de 2,5%. Les sorties des fichiers de l'ANPE pour absence au contrôle sont passées de 141.744 en décembre à 143.536 en janvier, tandis que les radiations administratives ont baissé, passant de 36.010 en décembre à 33.546 en janvier (chiffres bruts).

Smic : un triste record

Plus de 2,5 millions de salariés étaient rémunérés sur la base du Smic en 2005, soit le "plus haut niveau" enregistré au cours des vingt dernières années, selon une étude du ministère de l'Emploi publiée lundi. Au total, 2.540.000 salariés des entreprises hors agricoles et hors intérim (soit 16,8% des salariés de ces entreprises) ont été concernés par l'augmentation du Smic, intervenue le 1er juillet dernier, précise la Dares (direction des études du ministère de l'Emploi). "C'est le plus haut niveau historique depuis vingt ans", souligne la Dares, qui rappelle que les Smicards ne représentaient que 15,6% des salariés (hors secteur agricole et intérim) en 2004 et 14% en 2002. Selon la Dares, cette hausse s'explique "principalement" par l'ampleur de l'augmentation du Smic horaire pour la troisième année consécutive : +5,5% par an en moyenne entre 2003 et 2005. (D'après AFP)

D'après AFP

Commenter cet article

  • Pane : Les chiffres etant truqués pour annoncer les baisses du chomage, on ose pas les imaginer quand il y a des hausses.

    Le 27/02/2006 à 22h22
  • Jean Mouloud : Le chomage est un vrai fléau.

    Le 27/02/2006 à 22h19
      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience