En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'Italie accuse la France d'être intervenue


le 02 mars 2006 à 15h25
Temps de lecture
3min
Enel électricité Suez tube énergie

Crédits : LCI

A lire aussi
EconomieL'Italie a poursuivi jeudi son offensive diplomatique contre le projet de fusion Gaz de France-Suez avec l'envoi à Bruxelles d'un mémorandum du groupe italien Enel mettant en cause implicitement l'interventionnisme des autorités françaises.

Un texte polémique. Le rapport qui détaille la génèse de l'offre de l'Italien Enel associé au Français Veolia sur Suez a été transmis à la Commission européenne. "Nous apprécions de pouvoir obtenir des informations plus précises qui pourraient nous permettre une analyse sur une base plus factuelle", a dit Oliver Drewes, le porte-parole du commissaire au Marché intérieur.

Dans son mémorandum, le numéro un italien de l'électricité affirme que c'est Veolia, spécialisé dans le traitement des eaux et des déchets, qui a eu l'idée d'une offre conjointe sur Suez en novembre 2005 mais que le français a fait volte-face in extremis fin février à la suite de l'hostilité montrée par les autorités de Paris. Le groupe italien détaille les trois mois de négociations lancées en novembre et la façon dont les deux groupes prévoyaient de se partager les actifs de Suez. Sur le plan politique, une première rencontre se tient le 15 janvier entre Henri Proglio, patron de Veolia, et le ministre de l'Economie, Thierry Breton, affirme Enel. "Le ministre montre une certaine perplexité sur l'opération, évoque la possibilité d'une implication de Gaz de France dans l'opération et demande quelques jours de réflexion", indique le document obtenu par l'AFP.

Tout s'accélère le 21 février avec la fuite dans la presse des projets d'Enel sur Suez. "Le même jour, le Premier ministre et le ministre de l'Economie français contactent leurs homologues italiens pour manifester la forte contrariété de l'opinion publique française devant une opération jugée hostile d'Enel face à Suez", selon le mémorandum. Le 22 février au matin, Veolia confirme à Enel sa volonté de poursuivre le projet. Le même jour, "le président de la République française contacte le Premier ministre italien pour souligner la nature hostile de l'opération préparée par Enel sans le soutien de partenaires français", écrit le groupe italien. C'est à ce moment que Veolia décide de se retirer, une volte-face qu'Enel impute implicitement au veto des autorités françaises. "En soirée, le patron de Veolia annonce à celui d'Enel qu'il a été invité à interrompre toute négociation commune relative à l'acquisition de Suez et qu'il émettra un communiqué en ce sens", explique le memorandum.

Les autorités italiennes dénoncent depuis plusieurs jours le protectionnisme français et pressent Bruxelles d'intervenir dans la fusion Suez/Gaz de France. Elles jugent que le gouvernement français a utilisé les ressources financières publiques de Gaz de France, détenu à 80% par l'Etat, pour entraver le libre fonctionnement du marché. Jusque-là, la Commission européenne est restée très prudente dans ses intentions. De son côté, le Premier ministre, Dominique de Villepin, a assuré mercredi qu'il n'était "nullement question de protectionnisme" dans ce projet.

Commenter cet article

  • Pierre : Exactement. au bon rappel d'EDF!

    Le 02/03/2006 à 17h58
  • Collignon : Bonjour, je tiens à préciser que la BNP a acheté une Banque Italienne (BNL) et que la caisse d' Epargne a acheté la Banque Italienne " San Paolo" . Il y a donc un manque de " fair play" de la part de la France !!!

    Le 02/03/2006 à 17h25
  • Alain : On est jamais trahi que par ses amis. Dallas, de la gnognotte à coté !

    Le 02/03/2006 à 17h19
  • Moimeme : Berlusconi a fait voter une loi pour proteger edison du rachat par edf faut pas qu'il vienne se plaindre du retour du baton

    Le 02/03/2006 à 16h43
      Nous suivre :
      L'atterrissage d'Orion filmé depuis la capsule

      L'atterrissage d'Orion filmé depuis la capsule

      logAudience