ARCHIVES

Croissance : un ministre ostensiblement optimiste

Edité par
le 19 mai 2006 à 12h02
Temps de lecture
3min
Thierry Breton lors d'une conférence de presse en mai 2006 (LCI)

Thierry Breton lors d'une conférence de presse en mai 2006 (LCI) / Crédits : LCI

À lire aussi
EconomieLe ministre de l'Economie et des Finances a annoncé vendredi qu'il tablait sur une "croissance située entre 2 et 2,5% en 2006". Il a aussi promis de faire diminuer la dette "de 66,6% à 64,6% du PIB cette année". Quant au chômage, il devrait passer "sous la barre des 9%".

L'optimisme ne coûte rien mais, en économie, il n'a pas de prix. Vendredi, c'est en ministre de l'Economie et des Finances volontaire que Thierry Breton s'est présenté devant les journalistes pour une conférence au cours de laquelle il a répété : "oui, la France a retrouvé la croissance". Le locataire de Bercy s'est également montré ferme sur un retour à l'orthodoxie financière souhaitée par Bruxelles.

  • Croissance "entre 2 et 2,5%"

Le ministre table sur une progression du PIB située entre 2 et 2,5% en 2006. La croissance a accéléré à 0,5% au premier trimestre, grâce à la consommation des ménages et aux exportations, mais elle reste inférieure aux attentes, selon les chiffres de l'Insee. Pour Thierry Breton, "ces résultats sont bons". L'Insee a revu à la baisse son estimation pour l'ensemble de 2005 à +1,2%, contre +1,4% mais note un "redémarrage de la croissance en milieu d'année" dernière.

  • Inflation "bien contenue"

Thierry Breton juge l'inflation "extrêmement bien contenue malgré la hausse du prix du pétrole". Elle s'est située à + 1,7% en avril sur un an.

  • Désendettement : objectif 60%

Le ministre de l'Economie et des Finances promet de faire baisser "d'au moins deux points" de PIB la dette de la France en 2006, soit 64,6% contre 66,6% (1138 milliards d'euros). Il s'engage à la faire passer sous les 60% d'ici 2010. Ses outils : les fruits des récentes privatisations et des cessions d'actifs publics. Ainsi, la privatisation des autoroutes fin 2005, mais aussi la vente de la part de l'Etat dans l'industriel Alstom et "bientôt" la privatisation d'Aéroports de Paris rapporteraient au total 12 milliards d'euros.

  • Chômage sous les 9%

Le chômage passera, aux dires du ministre, "sous la barre des 9%" avant la fin de l'année 2006, grâce aux créations d'emplois". Il pourrait s'établir à 8,7% l'an prochain, toujours selon Thierry Breton.

  • Arcelor et GDF

Evoquant le raid lancé par le groupe de sidérurgie Mittal sur Arcelor, Thierry Breton a averti que le gouvernement "espère prochainement des réponses" de Mittal sur "les engagements qui devront être pris vis-à-vis de ce qui se passe sur le territoire national".

Quant à la fusion prévue entre Gaz de France et Suez, il a indiqué que l'Etat détiendra "plus d'un tiers du capital" du nouveau groupe issu de la fusion et en assurera le "contrôle" par le moyen "d'une action spécifique". Le projet de loi sur cette fusion sera soumis au Parlement "avant l'automne" et "sera l'occasion d'un débat", a-t-il promis.

Commenter cet article

  • Regis : Je me mefiais de lui mais force m'est de reconnaitre que ce petit bonhomme a atteint les objectifs qu'il avait fixé alors que personne ne lui donnait une seule chance... il pourrait bien nous surprendre encore...

    Le 20/05/2006 à 08h47
  • Patrick : Bonjour il faudrait arreter de distribuer l'argent aux pays arabes et africains reduires les depenses des ministres et des deputes baisser la tva les charges sociales les impots le prix de l'essence et de l'immobilier la france ne s'en portera que mieux mais les gouvernants francais le veulent ils

    Le 20/05/2006 à 08h12
  • Lohey : La croissance est un principe infantile. Il est une évidence que l'économie ne pourra pas croitre à l'infini! Les chiffres sont truqués, n'importe quel employé de l'ANPE le confirmera. C'ets plus proche des 20% qu'est la réalité du chômage. La Décroissance Soutenable a été posé par des prix nobels en économie. C'est une alternative réaliste qu'il faudra bien mettre en place un jour au lieu de jouer les esclaves de la bureaucratie européenne qui ne comprenne rien à la vie, mais mange des chiffres truqués pour leurs plaisirs.

    Le 19/05/2006 à 15h33
  • Foxie : Cela sent un peu trop fort la méthode Coué. Quant à la dette, c'est le déficit budgétaire de l'Etat qui l'aggrave année après année. Vendre les "bijoux de famille" pour la réduire est une solution de facilité, très limitée dans le temps; la dette remontera donc ensuite mécaniquement, sauf improbable croissance forte. Le courage et la nécessité commandent de s'attaquer au vrai problème: le poids excessif du secteur public vu les "dimensions" de notre économie; mais avec des gouvernants presque tous fonctionnaires et plus de 50% des députés fonctionnaires (66% au PS) on continuera à charger la mule du secteur privé et tirer des traites sur nos descendants.

    Le 19/05/2006 à 15h23
  • Bob : Je commence à en avoir assez de cette mentalité Française qui consiste à tout critiquer mais surtout à ne rien faire... Au lieu de dire que les Politiques sont des imbéciles, vous ferez mieux de vous regarder dans une Glace... Signé : un Français qui possède une ouverture d'esprit !! Quand à la Gauche, au lieu de s'opposer à tout, elle ferait mieux de proposer. Mais dans ce cas, on ne les voit pas !!

    Le 19/05/2006 à 15h15
      Nous suivre :

      "Vous êtes venu à Carmaux il y a deux ans et vous ne tenez pas vos promesses"

      logAudience