En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les ostréiculteurs d'Arcachon se suicident à l'huître...


le 18 mai 2006 à 09h33
Temps de lecture
3min
Les barques d'ostréiculteurs dans le bassin d'Arcachon (TF1/LCI)

Les barques d'ostréiculteurs dans le bassin d'Arcachon (TF1/LCI) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EconomieLes ostréiculteurs du bassin d'Arcachon ont voulu démontré jeudi que la consommation de leurs huîtres n'est pas nocive pour la santé. Cette opération baptisée avec ironie "suicide collectif" vise à dénoncer l'interdiction à la consommation en vigueur depuis le 12 mai en raison de la présence d'une micro-algue toxique.

"J'ai mangé pas loin de quatre douzaines d'huîtres et je ne suis pas malade" : Angelica a participé jeudi à l'opération "suicide collectif" avec 250 autres ostréiculteurs du bassin d'Arcachon en guerre contre l'interdiction de leur production depuis l'apparition d'un algue toxique. "Si les souris meurent lors des tests, alors on sera 150 à mourir, cela va faire de belles photos", avait ironisé Marc Druart, président de la section régionale conchylicole. Mais de mort, il n'y eut pas - du moins jusqu'à présent...

Comme Angelica, les ostréiculteurs ont mangé leurs huîtres, arrosées de larges rasades de vin blanc, dans la bonne humeur et sous une pluie fine, au coeur du bassin d'Arcachon, à bord de 80 chalands près des célèbres cabanes sur pilotis. La profession espère pouvoir vendre de nouveau les huîtres lors du long week-end de l'Ascension. De nouveaux prélèvements ont été effectués lundi. Les résultats sont attendus jeudi. Même s'ils sont bons, de nouvelles analyses seront nécessaires avant la levée de l'interdiction.

Cette interdiction de consommation des huîtres du bassin d'Arcachon, se fondant sur des tests sur les souris, a plongé les ostréiculteurs dans le désarroi, un an seulement après une mesure identique qui les avait privés de revenus pendant cinq semaines. La profession met notamment en doute la "fiabilité" des tests. La décision a été prise, a reconnu la préfecture, "malgré la faible présence constatée de micro-algues toxiques dinophysis dans les prélèvements d'eau", en vertu du "principe de précaution".

D'après AFP

(Image d'archive TF1/LCI : des barques sur le bassin d'Arcachons)

Commenter cet article

  • Coulet : Tant mieux!...

    Le 18/05/2006 à 20h11
  • Lo-Ran : Je connaissais le suicide au yahourt périmé, voilà les huitres périmées :):):) bref, c'est pas parce que les huitres de untel sont bonnes que TOUTES les huitres du bassin le sont. L'ostréiculteur présenté dans l'article est donc un imbécile. On a une agence de santé qui veille à la santé publique, c'est pas pour les chiens !!! S'il y a 1 problème, ils n'auront pas fait leur travail.

    Le 18/05/2006 à 19h24
  • Nicolas : Mes pas condoléances aux familles ! ca devait être sympa comme repas, continuez à vous battre comme ça dans la bonne humeur et en prouvant les tords.

    Le 18/05/2006 à 19h02
  • Psychose !!!! : Il n'y a pas de principe de précaution contre la bétise...qui est pourtant génreusement répartie. Ainsi, on peut paralyser un pays en évitant toute prise de risque aussi infime soit il. Le refus du CPE est aussi issu de ce principe de précaution pour préserver le travail à vie sans remise en cause des individus.

    Le 18/05/2006 à 15h42
  • Michel : Et bien comme cela s'il meurent tous, on mangera pas d'huitres pendant des mois, voire des années. Mais bon on sortira du port d'arcachon plus facilement....

    Le 18/05/2006 à 14h11
      Nous suivre :
      Star Wars, The Force Awakens : la première bande-annonce VO

      Star Wars, The Force Awakens : la première bande-annonce VO

      logAudience