En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

460 Français en rade en Turquie

Franck Lefebvre-Billiez par
le 20 août 2006 à 14h42
Temps de lecture
4min
aéroport queue file attente voyageurs embarquement

Crédits : LCI

À lire aussi
EconomieMauvaise surprise ce dimanche pour plusieurs centaines de touristes qui s'apprêtaient à regagner la France après des vacances en Turquie : les avions n'étaient pas au rendez-vous. Motif : un différend financier entre leur agence de voyage et la compagnie aérienne turque Atlas Jet.

Dimanche 20 août : c'est la fin du séjour en Turquie et Cédric Letay, 26 ans, assistant technique, se prépare sans enthousiasme à prendre le chemin du retour vers Paris. Comme lui, des dizaines de touristes français sont prêts à quitter leur hôtel pour rejoindre l'aéroport d'Izmir. Départ prévu : 6 heures du matin, heure locale. Il y a là surtout des jeunes, qui ont préféré assister à un dernier spectacle ou finir le séjour en boîte de nuit plutôt que de dormir ; ou quelques familles, levées avant les 2 heures du matin pour pouvoir prendre le bus.

Le bus arrive, chacun s'installe, et déjà un détail troublant : "ce qui m'a surpris, déclare Cédric Letay à LCI.fr, c'était l'absence d'accompagnateur de l'agence de voyage Elégance", organisatrice du séjour. A l'aéroport, il rencontre d'autres touristes venus à bord d'autres véhicules, qui lui affirmeront avoir bien vu un accompagnateur... mais que ce dernier s'est aussitôt éclipsé. Autre "détail" encore plus troublant : leur vol pour Paris, normalement assuré par la compagnie turque Atlas Jet, n'apparaît pas sur les tableaux d'affichage de l'aéroport... Chacun va à la chasse aux informations et revient bredouille. Le temps passe, l'heure prévue du décollage est bientôt dépassée ; puis le ton monte entre les passagers et le personnel de l'aéroport. La police turque intervient et leur demande de s'écarter pour laisser la voie libre aux passagers d'autres vols.

"Elegance a vendu des billets mais n'a pas loué d'avions"

Ce qu'ils ignorent encore, c'est que tous les vols prévus ce jour-là entre la Turquie et la France par l'agence Elégance ont été annulés. En tout, quatre appareils, et 460 (et non 700 comme annoncé précédemment) passagers qui se retrouvent ainsi bloqués, non seulement à Izmir, mais aussi à Istanbul et Antalya... A l'origine de cette situation ubuesque : un désaccord financier entre l'agence Elégance (basée à Noisy-le-grand, en banlieue parisienne) et la compagnie Atlas Jet. "Elegance a vendu des billets mais n'a pas loué d'avions pour dimanche", affirme sans ambages une responsable d'Öger Tours, l'entreprise propriétaire d'Atlas Jet. Erol Dil, directeur commercial de l'agence, préfère parler d'un "malentendu entre nous et Atlas Jet qui a occasionné une annulation des permis de vol". Mais pour d'autres sources, le "malentendu" pourrait révéler un problème bien plus grave : Elegance serait financièrement exsangue...

A Izmir, Ils sont près de 200 à attendre, sur des chaises pour les mieux lotis, ou assis par terre sur une serviette ou un blouson. Avec le sentiment d'être abandonnés à leur sort : "beaucoup d'entre nous sont convaincus, par exemple, que la direction de l'hôtel savait, témoigne Cédric Letay auprès de LCI.fr. Mais qu'elle a préféré nous mettre dans nos bus pour libérer nos chambres." La consule de France honoraire, Zeliha Toprak, est bientôt appelée en renfort par les autorités pour calmer la situation. Elle entre dans l'aéroport et  fait face aux passagers les plus énervés : "Certains ont voulu casser les comptoirs", assure-t-elle. Elle se met en quête de solutions pendant que l'impatience des touristes naufragés grandit.

Au bout du fil, un simple répondeur

"Les gens ont fini par s'installer au beau milieu de comptoirs vides, témoigne Cédric Letay auprès de LCI.fr. On attend. On nous a distribué tout au plus de l'eau et des brioches pour nous faire patienter. Comme tout le monde essaie d'appeler en France, les batteries des téléphones s'usent vite : on a débranché des ordinateurs pour pouvoir recharger." Mais si les appels permettent de rassurer les familles, ils n'apportent guère plus d'informations.  Beaucoup des touristes ont acheté leur billet sur internet, sur des sites comme Opodo, Last Minute ou Degriftour, et ne savent à peu près rien de l'agence Elégance : tout au plus ont-ils son nom... et un numéro de téléphone. Au bout du fil, un simple répondeur. Et aucune explication.

En France, la société Elégance assure pourtant tout faire pour débloquer la situation. Erol Dil, sans évoquer de problème financier, indique avoir rencontré un responsable d'Atlas Jet et avoir "mis un projet sur pied pour permettre aux passagers de rentrer en France dans les plus brefs délais". Selon lui, l'attente ne devrait pas dépasser mardi matin et les voyageurs seraient hébergés à l'hôtel. Et en Turquie même, le rapatriement s'organise : "il se pourrait qu'une autre compagnie turque accepte d'affréter un vol Izmir-Istanbul, puis Istanbul-Paris, indiquait Cédric Letay dimanche en milieu d'après-midi. Mais il faudrait payer ce trajet en plus du séjour. Sinon, tous les autres vols Izmir-Paris sont complets jusqu'au 5 septembre..."

A Roissy, ça bloque aussi

Le vol Atlas Jet qui devait quitter l'aéroport de Roissy pour Izmir dimanche à 18H15 avec 180 passagers à son bord a été annulé. Rassemblés à l'hôtel Ibis de Roissy, les 180 passagers attendaient dimanche soir une attestation d'annulation de l'agence Elégance qui avait affrété le vol pour faire annuler leur séjour en Turquie (AFP).

Photo d'ouverture : archives

Commenter cet article

  • LPC : Que de naiveté! Pourquoi l'hôtelier aurait-il du leur laisser les chambres? Pour la bonne cause? Arrêtons de nous desresponsabliser. C'est le résultat de la chasse au toujours moins cher, on finit toujours pas tomber sur des boites, qui à force faire du dumping, se cassent les reins.

    Le 21/08/2006 à 10h06
  • Pierre : Evidemment quand on achete des vacances à des prix cassés, bradés ou super bas, il faut pas s'attendre à avoir un service 5 étoiles. Vols charter dans des avions douteux, hotels de seconde zone et aucune assistance. Ils croient quoi les gens ? payer leur voyage 300 euros la semaine et avoir un avion de remplacement dans la minute parce que le leur est pas là ??? Soyons sérieux

    Le 21/08/2006 à 09h01
  • Pacal : En tant que consommateur qui fait un effort toute l'année pour se payer un voyage même si il ne coûte pas cher je suis en droit de savoir avec quelle Compagnie Aérienne je décolle et c'est normal c'est pour ma sécurité et celle de ma famille. Par contre, pourquoi ne pas noter les agences de voyages comme les Compagnies Aériennes??????? et là c'est pour la sécurité de mes vacances et de son organisation!!!!!!. Le jour ou cela m'arrive je ne répond de rien quand aux comptoir de l'Agence de voyage et de son siège ils vont avoir des problèmes!!!!

    Le 21/08/2006 à 08h48
  • Antoine M : Vivent les voyages bon marché!

    Le 21/08/2006 à 06h26
  • Patrick : C'est pas la fin du monde !

    Le 21/08/2006 à 05h40
      Nous suivre :
      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      logAudience