En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les médecins étrangers réitèrent leur demande de négociations


le 14 août 2006 à 10h06
Temps de lecture
3min
medecin

Crédits : TF1

A lire aussi
EconomieL'Intersyndicale des praticiens à diplôme hors Union européenne (Inpadhue), qui a appelé les quelque 7000 médecins à cesser le travail durant le week-end du 15 août, a demandé lundi par courrier au ministre de la Santé, de rouvrir les négociations sur leur situation.

Après trois jours de grève, la direction des hôpitaux (Dhos, ministère de la Santé) a indiqué qu"une quarantaine de médecins" à diplôme hors Union européenne s'étaient déclarés grévistes lundi. Le syndicat appelant à la grève, l'Inpadhue, parle, lui, d'au moins "112 réquisitions".

L'intersyndicale des praticiens à diplôme délivrés hors de l'Union européenne (Inpadhue), qui dénonce des statuts précaires et des salaires au rabais, a demandé par courrier lundi au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, de rouvrir les négociations sur la situation des 7000 médecins concernés.

"Nous voulons que Xavier Bertrand rouvre le dialogue" sur les deux revendications principales de l'Inpadhue, qui sont "la prise en compte de l'expérience et des diplômes acquis en France", a déclaré samedi le président de l'Intersyndicale, Talal Annani. "Si le ministre ne nous écoute pas, nous lancerons de nouvelles actions à la rentrée", a-t-il ajouté.

A la suite du mouvement lancé par l'Inpadhue, certaines administrations ont procédé à des réquisitions de praticiens en grève, qui devaient être normalement de garde ce week-end, a indiqué Talal Annani, sans pouvoir préciser l'ampleur des arrêts de travail, ni leurs répercussions sur les hôpitaux.

Les "urgences vitales" sont assurées

Environ 7000 médecins étrangers ou français titulaires d'un diplôme délivré hors Union européenne sont appelés à faire la grève des "soins urgents et non urgents" depuis samedi midi et jusqu'à mercredi matin afin de dénoncer leurs statuts précaires et des salaires au rabais. Les "urgences vitales" sont toutefois assurées.

Ces praticiens, dont un grand nombre sont de nationalité française, exercent dans les hôpitaux de l'Hexagone, mais en étant moins bien payés et sans reconnaissance par l'Ordre des médecins, ce qu'ils ont dénoncé lors de plusieurs manifestations et grèves depuis deux ans. Xavier Bertrand a réaffirmé vendredi qu'un texte de loi serait présenté "avant la fin de l'année" au Parlement pour résoudre la situation des médecins à diplôme étranger.

D'après AFP

Photo : archives

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      logAudience