En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le prix du pétrole en baisse


le 14 août 2006 à 13h51
Temps de lecture
3min
Sur le champ pétrolier BP de Prudhoe Bay en Alaska (TF1/LCI)

Sur le champ pétrolier BP de Prudhoe Bay en Alaska (TF1/LCI) / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
EconomieLes prix du pétrole sont en forte baisse en réponse à l'arrêt des combats au Liban, et à la décision de BP de maintenir la moitié de sa production en Alaska pendant la durée des travaux sur ses oléoducs.

Quelques heures après le début du cessez-le-feu au Liban, les prix du pétrole connaissent une forte baisse sur les places financières internationales. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord reculait à la mi-journée de 1,45 dollar (-1,9%) à 74,25 USD sur l'échéance de septembre. A New York, le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre perdait 1,35 dollar à 73,00 dollars lors des échanges électroniques.

"L'annonce de la trêve au Liban était la grande actualité de la nuit", observe Tony Nunan, gérant de risques énergétiques chez Mitsubishi Corp à Tokyo. "Les gens vont vouloir attendre de voir comment sera respectée la trêve. Sa mise en place est assez problématique... Cela s'annonce ardu", a-t-il toutefois ajouté. "Avec un peu de chance, le fait qu'il y ait une trêve, même si elle est fragile, signifie que le conflit ne va pas se propager ailleurs au Moyen-Orient", estime pour sa part Bruce Evers, analyste à la banque Investec.

Le marché redoutait surtout en effet qu'une poursuite des combats au Liban n'entraîne les pays voisins producteurs de pétrole dans le conflit, en particulier l'Iran, soutien de longue date du Hezbollah et quatrième producteur mondial d'or noir.

BP maintient 50% de sa production à Prudhoe Bay

Une autre bonne nouvelle est venue rassurer les marchés. L'annonce faite vendredi soir par le groupe britannique BP de maintenir la moitié de sa production sur le champ pétrolier de Prudhoe Bay en Alaska, en même temps qu'il répare les oléoducs endommagés par la corrosion a également fait baisser le prix du brut. BP devait initialement fermer la totalité du champ, qui est le plus gros des Etats-Unis avec une production de 400.000 barils par jour en temps normal, soit 8% de la production nationale. Il compte désormais maintenir une production de 200.000 barils par jour.

Cette fermeture partielle devrait permettre de diminuer la pression sur les prix du brut de la côte ouest, la plus affectée par la fuite de l'oléoduc de Prudhoe Bay survenue il y a dix jours. Toutefois, selon Bruce Evers, les prix du brut ne reculeront pas énormément, car "la demande reste incroyablement importante malgré les prix élevés du pétrole", en particulier en Chine.

Baisse de la demande en kérosène

Parmi les autres facteurs d'influence, les analystes citent le recul de la demande de kérosène en raison des annulations de vols ayant suivi la découverte d'un complot terroriste aérien jeudi dernier. Le marché surveille également la situation en Irak, où au moins 57 Irakiens ont été tués lundi dans des attentats, et au Nigeria, où le groupe Shell a recommencé à produire 173.000 barils par jour après la réparation d'une fuite sur l'un de ses oléoducs et où trois employés philippins du secteur pétrolier qui avaient été enlevés ont été libérés lundi.

D'après AFP

Commenter cet article

  • FLORI : Beaucoup vont être contents mais je suppose que les frais de rétablissements d'aléoducs vont peut-être légèrement affectés le prix au baril et encore plus un possible prix au litre amélioré.

    Le 15/08/2006 à 05h37
  • Laurence : Alors, je suppose qu'aux pompes aussi, la forte baisse va avoir lieu. Et tout ce qui va avec.

    Le 14/08/2006 à 14h06
      Nous suivre :
      EXTRAIT Sept à Huit : aux Etats-Unis, la police est dans l'école

      EXTRAIT Sept à Huit : aux Etats-Unis, la police est dans l'école

      logAudience