En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Suez-GDF : les réserves européennes


le 19 août 2006 à 13h24
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Suez GDF Fusion énergie
À lire aussi
EconomieLa Commission européenne a fait connaître ses inquiétudes concernant la fusion entre Gaz de France et Suez. Comme prévu, elles concernent les problèmes de concurrence que la création du nouvel ensemble soulèverait en Belgique et en France sur les marchés du gaz et de l'électricité.

Les réserves étaient attendues et ne sont en rien une surprise. La Commission européenne a déclaré samedi avoir notifié vendredi soir à Suez et Gaz de France ses griefs quant à leur projet de fusion. Selon les "résultats préliminaires de l'enquête approfondie menée par la Commission", des problèmes de concurrence se posent en Belgique et en France, indique le communiqué de l'exécutif européen.

Les services européens de la Concurrence s'inquiètent, concernant la Belgique, pour "les marchés du gaz (négoce, fourniture aux différentes catégories de clients) et "les marchés d'électricité (production et marché de gros, négoce, fourniture aux différentes catégories de clients)". Concernant la France, il s'agit des "marchés de gaz (négoce, fourniture aux différentes catégories de clients)", et du "marché des réseaux de chaleur".

Ce que "pèserait" le nouvel ensemble

Suez et GDF doivent désormais proposer à la Commission des remèdes à ces problèmes de concurrence. "Ce sont des documents très longs et complexes et nous devons en prendre connaissance. Il est encore trop tôt pour donner une réaction", a déclaré samedi une porte-parole de GDF. Chez Suez, la réserve était également de mise. "Nous allons étudier les documents tranquillement et nous répondrons ensuite à la Commission", a déclaré un porte-parole de la société, refusant de s'exprimer en détail sur les problèmes de concurrence soulevés par Bruxelles. La Commission européenne s'est donné jusqu'au 25 octobre pour donner ou non son aval à la fusion.

Sur le marché français du gaz, l'ancien monopole GDF se taille toujours la part du lion. En s'alliant à Suez, il hériterait d'un de ses deux principaux concurrents, qui déteint 3,5% des parts du marché. En Belgique, le mariage des deux entreprises ferait vivre sous le même toit Electrabel, ex-opérateur historique d'électricité appartenant entièrement à Suez, et SPE (Société de production électrique), détenue à 25% par GDF, qui détiendraient ensemble plus de 90% du marché. Suez possède aussi 57% de Fluxys, réseau de gazoducs belge, et 57% de Distrigaz, le numéro un de la distribution. GDF opère en Belgique dans la distribution de gaz sous son nom, principalement auprès de clients industriels.

Photo d'ouverture : archives

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Ice Bucket Challenge : Tom Cruise se prend... 8 seaux d'eau glacée sur la tête !

      Ice Bucket Challenge : Tom Cruise se prend... 8 seaux d'eau glacée sur la tête !

      logAudience