En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

AIG sauvé, le CAC 40 se stabilise


le 17 septembre 2008 à 07h28
Temps de lecture
4min
L'assureur américain AIG.

L'assureur américain AIG. / Crédits : TF1/LCI

ConjonctureL'octroi d'un prêt de 85 milliards de dollars à l'assureur AIG par la réserve fédérale américaine rassure temporairement les marchés financiers.

 Les marchés boursiers européens, qui avaient particulièrement souffert lundi et mardi, ont ouvert en hausse mercredi, soulagés par l'annonce du plan de sauvetage de l'assureur américain AIG. A Paris, le CAC 40 gagnait 1,48% à 9 heures 15. A la même heure, le Footsie-100 de Londres gagnait 1,73% et le Dax de Francfort 0,87%. A 12 heures 25, le CAC 40 avait toutefois annulé  ses gains (+ 0,09%).

La plupart des Bourses d'Asie avaient rebondi mercredi matin après l'annonce du plan de sauvetage de l'assureur américain AIG par la Réserve fédérale américaine, qui épargne au système financier mondial un nouveau cataclysme immédiat. Les investisseurs restaient toutefois sur leurs gardes, craignant d'autres mauvaises surprises après l'avalanche de défaillances de géants de la finance américains qui a semé l'effroi à Wall Street ces dernières semaines. Après un plongeon de 4,95% mardi, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo repartait en hausse de 2,08% mercredi à la mi-séance.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé mardi soir qu'elle allait consentir à AIG un prêt pouvant aller jusqu'à 85 milliards de dollars, qu'elle a justifié par les dangers que pourraient faire courir une faillite de l'assureur à des marchés financiers fragilisés. En contrepartie, l'Etat américain va recevoir une participation de 79,9% dans le capital de l'assureur. Avant cette annonce officielle, le Dow Jones, indice vedette de la Bourse de New York, avait terminé en hausse de 1,30% et le Nasdaq de 1,28%, soutenus par des rumeurs d'une intervention publique pour sauver AIG de la faillite. Les bourses européennes avaient pour leur part fermé sur des pertes modérées.

La Banque du japon injecte 13,3 milliards d'euros

Cette relative accalmie s'explique simplement : l'intervention de la Fed est considérée comme le premier pas vers une stabilisation du marché financier, et cela entraîne des rachats. Même si les principes qui guident les autorités financières restent peu clairs : le marché se demande pourquoi la Fed et le Trésor américain ont sauvé AIG, Freddie Mac et Fannie Mae tout en laissant tomber Lehman Brothers. Les investisseurs se demandent désormais quelle sera la prochaine institution financière américaine à tomber. En effet, il est raisonnable pour les investisseurs de penser que si une gigantesque institution comme AIG souffre à ce point, il existe beaucoup d'autres entreprises plus petites dont les problèmes restent à révéler.
 
La Fed a par ailleurs annoncé mardi le maintien de son taux directeur à 2%, malgré l'accélération de la crise financière qui avait alimenté l'idée d'un rabaissement du loyer de l'argent. La Banque du Japon (BoJ) devait pour sa part annoncer mercredi sa décision de politique monétaire mensuelle, les économistes pariant tous sur un maintien du loyer de l'argent inchangé à 0,50%. Les grandes banques centrales mondiales ont toutes déversé des milliards de dollars, d'euros ou de yens ces derniers jours dans leurs systèmes bancaires respectifs pour tenter de calmer les marchés. La Banque du Japon a encore injecté 2000 milliards de yens (13,3 milliards d'euros) mercredi.

Côté gouvernement français, l'heure est à l'apaisement. Outre la ministre de l'Economie Christine Lagarde qui répète que la crise n'aurait "pas un effet important" en France car "l'exposition des banques françaises est faible", le porte-parole du gouvernement a assuré, lors de son point presse mercredi que le système bancaire français était "sain".

(D'après agence)

Barclays rachète une partie des actifs de Lehman Brothers

La banque britannique Barclays a annoncé mercredi dans un communiqué qu'elle était parvenue à un accord pour racheter les activités de marché de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers aux Etats-Unis. Barclays, 3e banque de Grande-Bretagne, précise qu'elle acquérera les actifs commmerciaux de la banque américaine d'une valeur de 40 milliards de livres (50 milliards d'euros, 72 milliards de dollars) et les passifs commerciaux de 38 milliards de livres. Elle va également acquérir le siège de Lehman à New York. Mardi, le Wall Street Journal avait annoncé en ligne qu'un accord était intervenu. Selon le quotidien économique américain, citant des sources proches du dossier, la transaction s'élève à 2 milliards de dollars, et concernerait 9.000 des plus de 20.000 employés de Lehman. Lehman Brothers s'était placée lundi sous la protection de la loi sur les faillites.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      logAudience